e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 4 questions autour de la PMA pour toutes - Repères  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.

 
 
 
 

Les États généraux de la bioéthique, après plusieurs mois de débat citoyen, font maintenant place à la synthèse en vue d'une nouvelle loi.

Ces États généraux, pilotés par le Comité consultatif national d'éthique (CCNE), doivent aider le gouvernement à rédiger un projet de loi de bioéthique.

Attendu au Parlement à l'automne pour réviser la loi de 2011, il posera des limites ou autorisera des nouveautés dans le domaine de la santé.

L'occasion de faire le point autour de la PMA, question-clé de ces débats.

- Que dit la loi ?

L'AMP (assistance médicale à la procréation), son nom officiel, est plus communément appelée PMA (procréation médicalement assistée).

Son but: permettre à un couple qui ne le peut pas d'avoir un enfant, au moyen de différentes techniques médicales (insémination artificielle, fécondation in vitro, accueil d'embryon).

Aujourd'hui, elle est réservée aux couples hétérosexuels en âge de procréer et dont au moins l'un des deux membres est stérile (ce qui doit être médicalement constaté).

Autre cas de figure: l'un des membres du couple est porteur d'une maladie grave, susceptible d'être transmise au conjoint ou à l'enfant. Il n'y a pas d'âge limite clairement fixé.

L'Assurance maladie prend la PMA en charge seulement si la femme n'a pas dépassé 43 ans. En mars, la cour administrative d'appel de Versailles a fixé pour la première fois la limite d'âge de procréer pour les hommes à "environ 59 ans".

- Qu'est-ce qui pourrait changer ?

Durant sa campagne, Emmanuel Macron s'était dit favorable à l'ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules. En octobre, il a toutefois insisté sur la nécessité d'un "débat apaisé".

Voeu pieux? Les États généraux, qui nourriront la loi bioéthique attendue au Parlement à l'automne, n'ont pas fait taire la polémique.

Les associations pro-PMA ont accusé les anti de monopoliser la parole. En juin 2017, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) s'est prononcé pour l'ouverture de la PMA. Favorable à la généralisation de la PMA, le président de la République est en revanche opposé à la GPA (gestation pour autrui), c'est-à-dire le recours à une mère porteuse.

Autorisée dans certains pays (Inde, Afrique du Sud, certains États américains comme la Californie ou New York), elle est interdite en France. "J'ai une conception de la dignité du corps de la femme (qui) ne permet pas qu'on puisse porter un enfant pendant neuf mois pour le compte d'un autre (...) Je souhaite qu'on ne puisse pas passer de la PMA à la GPA subrepticement", disait Emmanuel Macron en octobre.

- Quels arguments pour et contre ?

Les partisans de la "PMA pour toutes" estiment qu'il s'agirait d'une mesure d'équité pour les couples d'homosexuelles vis-à-vis des couples hétérosexuels.

L'association Inter-LGB estime ainsi que cela mettrait fin à "une discrimination fondée sur l'orientation sexuelle". À l'inverse, la Manif pour tous, qui y est opposée, dénonce le fait que des enfants grandissent sans père. Pour les anti, les pro-"PMA pour toutes" se prévalent d'un "droit à l'enfant".

L'Église catholique est opposée à la PMA pour tous les couples, même hétérosexuels. "La PMA élargie aux femmes seules et aux couples de femmes achève de disjoindre la fécondation biologique et la parenté sociale", juge la conférence des évêques de France.

Selon les derniers sondages, environ six Français sur dix sont favorables à l'ouverture de la PMA.

- Quelles autres questions cela pose-t-il ?

L'ouverture de la PMA à toutes les femmes poserait la question des modalités de son remboursement par l'Assurance maladie.

Autre interrogation en suspens, un éventuel risque de pénurie de dons de sperme mis en avant par certains.

Actuellement, les femmes à qui la PMA n'est pas permise en France doivent se rendre à l'étranger, principalement en Belgique, en Espagne et en Grande-Bretagne.

Son ouverture à toutes les femmes entraînerait entre 1.250 et 3.750 naissances supplémentaires par an, selon l'Inter-LGBT.

Par ailleurs, que la PMA soit ou non élargie à toutes les femmes, des associations de personnes nées grâce à ces techniques militent pour la fin de l'anonymat des donneurs de sperme.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Etats-Unis
Trump confirme envisager une mesure anti-transgenres
 

Le président américain Donald Trump a confirmé une information selon laquelle son administration envisageait de restreindre la définition légale du genre, pour en faire un état immuable et biologique.
 
 
 
 
  
USA / Washington
Vingt ans après, hommage exceptionnel à Matthew Shepard, victime de l'homophobie
 

Il y a vingt ans, un jeune Américain homosexuel succombait après avoir été sauvagement battu et laissé pour mort dans un champ. Le 26 octobre, les cendres de Matthew Shepard seront transférées à la cathédrale de Washington, un hommage exceptionnel à celui qui est devenu un symbole des violences homophobes.
 
 
 
 
  
Droite
Cinq députés Les Républicains se déclarent favorables à la PMA pour toutes
 

Dans une tribune publiée par Le Monde, 5 députés Les Républicains refusent "d'être enfermés dans une posture hostile au progrès" et se déclarent favorables à l'extension de la PMA à toutes les femmes. 
 
 
 
 
  
Brésil / Présidentielle
Des gays et des Noirs pour Bolsonaro malgré ses dérapages
 

A contre-courant du mouvement qui s'est dressé contre Jair Bolsonaro, des homosexuels de droite et des femmes noires espèrent que l'ex-capitaine de l'armée sera élu président et affirment qu'il n'est ni misogyne, ni homophobe.
 
 
 
 
  
Canada
Le jardinier tueur en série choisit un procès devant un juge
 

Le jardinier-paysagiste de Toronto accusé de huit meurtres a choisi lundi d'être jugé lors d'un procès devant un magistrat seul plutôt que devant un jury, lors d'une comparution au tribunal.
 
 
 
 
  
Transgenres
Chelsea Manning annonce avoir subi une intervention chirurgicale
 

La lanceuse d'alerte transgenre américaine Chelsea Manning a subi une opération chirurgicale dans le cadre de sa réassignation sexuelle. Elle a elle-même annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux en publiant une photo prise sur son lit d'hôpital. 
 
 
 
 
  
Sport
La judokate française Amandine Buchard fait son coming out
 

Dans un entretien au journal Le Parisien du 22 octobre, la judokate française Amandine Buchard évoque pour la première fois son homosexualité et de sa vie de couple.
 
 
 
 
  
Stop aux LGBTphobies
Des milliers de manifestants à Paris après une série d'agressions
 

"Stop aux LGBTphobies", pour le droit d'"aimer librement": quelque 3.000 personnes, selon une source policière, se sont rassemblées à Paris dimanche, après une série d'agressions homophobes dans la capitale ces dernières semaines.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Trump projette d'empêcher la reconnaissance officielle des transgenres
 

L'administration Trump envisage de définir très strictement l'identité de genre comme étant liée aux organes sexuels à la naissance, selon une information diffusée dimanche par le New York Times. Cette disposition retirerait de fait aux personnes transgenres la possibilité de se faire reconnaître officiellement.
 
 
 
 
  
Homophobie
Un couple d'hommes frappé lundi à Paris par un chauffeur VTC
 

Deux hommes qui s'embrassaient dans un VTC dans la nuit de dimanche à lundi ont été frappés par leur chauffeur, des faits qui s'inscrivent dans une récente série d'agressions homophobes à Paris, a-t-on appris vendredi de source policière.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site