e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 4 questions autour de la PMA pour toutes - Repères  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.

 
 
 
 

Les États généraux de la bioéthique, après plusieurs mois de débat citoyen, font maintenant place à la synthèse en vue d'une nouvelle loi.

Ces États généraux, pilotés par le Comité consultatif national d'éthique (CCNE), doivent aider le gouvernement à rédiger un projet de loi de bioéthique.

Attendu au Parlement à l'automne pour réviser la loi de 2011, il posera des limites ou autorisera des nouveautés dans le domaine de la santé.

L'occasion de faire le point autour de la PMA, question-clé de ces débats.

- Que dit la loi ?

L'AMP (assistance médicale à la procréation), son nom officiel, est plus communément appelée PMA (procréation médicalement assistée).

Son but: permettre à un couple qui ne le peut pas d'avoir un enfant, au moyen de différentes techniques médicales (insémination artificielle, fécondation in vitro, accueil d'embryon).

Aujourd'hui, elle est réservée aux couples hétérosexuels en âge de procréer et dont au moins l'un des deux membres est stérile (ce qui doit être médicalement constaté).

Autre cas de figure: l'un des membres du couple est porteur d'une maladie grave, susceptible d'être transmise au conjoint ou à l'enfant. Il n'y a pas d'âge limite clairement fixé.

L'Assurance maladie prend la PMA en charge seulement si la femme n'a pas dépassé 43 ans. En mars, la cour administrative d'appel de Versailles a fixé pour la première fois la limite d'âge de procréer pour les hommes à "environ 59 ans".

- Qu'est-ce qui pourrait changer ?

Durant sa campagne, Emmanuel Macron s'était dit favorable à l'ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules. En octobre, il a toutefois insisté sur la nécessité d'un "débat apaisé".

Voeu pieux? Les États généraux, qui nourriront la loi bioéthique attendue au Parlement à l'automne, n'ont pas fait taire la polémique.

Les associations pro-PMA ont accusé les anti de monopoliser la parole. En juin 2017, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) s'est prononcé pour l'ouverture de la PMA. Favorable à la généralisation de la PMA, le président de la République est en revanche opposé à la GPA (gestation pour autrui), c'est-à-dire le recours à une mère porteuse.

Autorisée dans certains pays (Inde, Afrique du Sud, certains États américains comme la Californie ou New York), elle est interdite en France. "J'ai une conception de la dignité du corps de la femme (qui) ne permet pas qu'on puisse porter un enfant pendant neuf mois pour le compte d'un autre (...) Je souhaite qu'on ne puisse pas passer de la PMA à la GPA subrepticement", disait Emmanuel Macron en octobre.

- Quels arguments pour et contre ?

Les partisans de la "PMA pour toutes" estiment qu'il s'agirait d'une mesure d'équité pour les couples d'homosexuelles vis-à-vis des couples hétérosexuels.

L'association Inter-LGB estime ainsi que cela mettrait fin à "une discrimination fondée sur l'orientation sexuelle". À l'inverse, la Manif pour tous, qui y est opposée, dénonce le fait que des enfants grandissent sans père. Pour les anti, les pro-"PMA pour toutes" se prévalent d'un "droit à l'enfant".

L'Église catholique est opposée à la PMA pour tous les couples, même hétérosexuels. "La PMA élargie aux femmes seules et aux couples de femmes achève de disjoindre la fécondation biologique et la parenté sociale", juge la conférence des évêques de France.

Selon les derniers sondages, environ six Français sur dix sont favorables à l'ouverture de la PMA.

- Quelles autres questions cela pose-t-il ?

L'ouverture de la PMA à toutes les femmes poserait la question des modalités de son remboursement par l'Assurance maladie.

Autre interrogation en suspens, un éventuel risque de pénurie de dons de sperme mis en avant par certains.

Actuellement, les femmes à qui la PMA n'est pas permise en France doivent se rendre à l'étranger, principalement en Belgique, en Espagne et en Grande-Bretagne.

Son ouverture à toutes les femmes entraînerait entre 1.250 et 3.750 naissances supplémentaires par an, selon l'Inter-LGBT.

Par ailleurs, que la PMA soit ou non élargie à toutes les femmes, des associations de personnes nées grâce à ces techniques militent pour la fin de l'anonymat des donneurs de sperme.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Adoption
Le département de Seine-maritime soupçonné de discrimination envers les couples homosexuels
 

Le conseil départemental de Seine-maritime est soupçonné de discrimination envers les couples homosexuels dans l'attribution des adoptions d'enfants, après des propos d'une responsable de service sur France Bleu Normandie, "fermement" condamnés par le président UDI de la collectivité.
 
 
 
 
  
Marketing
Un visuel gay-friendly sur des bouteilles d'Evian fait bondir les anti-LGBT
 

Un dessin représentant un couple d’hommes se tenant par la main apposé sur les bouteilles d'Evian suscite de vives réactions homophobes sur les réseaux sociaux.
 
 
 
 
  
Grande-Bretagne
Premier mariage gay au sein de la famille royale d'Angleterre
 

Un cousin de la reine d'Angleterre va épouser son compagnon. Ce mariage de même sexe sera le premier au sein de la famille royale britannique.
 
 
 
 
  
Associations
GayLib se rallie au Mouvement radical
 

Après l'UMP et l'UDI, GayLib rejont les radicaux. 
 
 
 
 
  
Télé / C8
Le Conseil d'Etat confirme la sanction contre le canular homophobe de Cyril Hanouna
 

Le Conseil d'Etat a confirmé la sanction de 3 millions d'euros prononcée en juillet dernier après la canular homophobe diffusé dans une émission de Cyril Hanouna en mai 2017.
 
 
 
 
  
Ukraine
A Kiev, une gay pride sous haute protection face à l'extrême droite
 

La police ukrainienne a arrêté dimanche 56 militants d'extrême droite qui tentaient par la force d'empêcher le départ de la Gay Pride à Kiev, qui a rassemblé environ 5.000 personnes sous forte protection policière.
 
 
 
 
  
Reportage
Le dangereux exil des trans fuyant la violence du Honduras
 

La transgenre Roxana Hernandez fuyait le Honduras mais son exil s'est terminé de manière abrupte, quand elle est morte dans un centre de détention aux Etats-Unis. Malgré le danger, son amie Francis, lassée de la discrimination dans son pays, veut effectuer le même périple.
 
 
 
 
  
Fiertés LGBT
20.000 personnes défilent à la gay pride de Lyon
 

"Festive" et "pacifique", la 23e marche des fiertés LGBTI de Lyon a rassemblé samedi 20.000 personnes - selon la police et les organisateurs - qui ont transité sans incidents dans le "Vieux-Lyon", siège de groupuscules d'extrême droite, une première depuis 2010.
 
 
 
 
  
Terrorisme
Un projet d'attentat anti-gays déjoué, deux hommes arrêtés
 

Deux hommes de 21 et 22 ans, soupçonnés de préparer un attentat homophobe au nom de l'idéologie du groupe Etat islamique, ont été mis en examen mardi par un juge antiterroriste et écroués.
 
 
 
 
  
Ukraine
Des ONG s'inquiètent d'une hausse des violences homophobes
 

Plusieurs organisations internationales de défense des droits de l'Homme ont uni leurs voix jeudi pour dénoncer une "recrudescence" des violences en Ukraine, notamment racistes ou homophobes, de la part de groupes radicaux d'extrême droite, accusant les autorités de les encourager par leur inaction.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site