e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 A l'école, élèves et profs transgenres face au regard des autres - Enseignement   
Enseignement
A l'école, élèves et profs transgenres face au regard des autres
 

Comment faire face aux humiliations et à l'incompréhension quand on est prof ou élève trans en France ? Certains s'appuient sur des soutiens parfois inattendus au sein de l'équipe pédagogique quand d'autres, face au "tabou", préfèrent ne rien révéler de leur vie d'avant.

 
 
 
 

Pour l'administration de l'Education nationale, "on n'est pas prévu", constate Maïwenn, 33 ans, professeure de Sciences-et-vie-de-la-Terre dans un lycée de banlieue parisienne.

Certaine depuis sa petite enfance d'être une fille dans un corps de garçon, elle commence à 27 ans sa transition d'homme à femme avec prises d'hormones, pendant sa formation d'enseignante.

Maïwenn trouve difficilement son stage de fin d'études: "le rectorat m'a expliqué que je n'étais pas traitée différemment mais c'était 'normal que cela pose des soucis'".

Avant l'entrée dans la vie active, elle prend une année sabbatique pour se faire opérer et "gérer le changement d'état civil". Elle n'a jamais parlé de sa première identité au sein de son établissement, à la direction ou ses collègues. "C'est un tabou, je sais d'expérience que ça n'amène que des ennuis".

Fin mai, une professeure d'un collège de Seine-et-Marne a été victime de propos transphobes après la publication sur les réseaux sociaux d'un courrier de la principale de son établissement. Elle expliquait aux parents que leur enseignant souhaitait désormais être appelée "madame". Partie d'une bonne intention, cette lettre destinée aux seuls parents a provoqué des insultes sur Twitter et Facebook.

"Il n'y a pas de consigne officielle" sur la conduite à tenir avec les élèves ou les profs qui changent de genre, relève le proviseur d'un lycée du sud de la France, dont un membre de l'équipe pédagogique vient d'achever sa transition. "Il y a eu quelques remarques de collègues au début, quelques ricanements de la part d'élèves, et puis ça s'est calmé".

Du côté des élèves, Marvin, né Marine, qui a adopté son nouveau prénom à 10 ans, "les ennuis ont commencé au collège". A l'époque, la principale refuse de modifier son prénom et lui lâche un "au revoir mademoiselle" lors d'une visite dans sa classe. Marvin parvient à échapper au vestiaire des filles lors des cours de sport grâce à un prof qui l'autorise à se changer dans son bureau ; la gardienne du collège le recueille dans sa loge et lui permet d'utiliser ses toilettes.

Avec les élèves, après des moqueries, "on a fini par se connaître et plus personne ne m'a posé de questions. Ils ont compris comment j'étais", raconte Marvin, aujourd'hui âgé de 17 ans.

Ça reste l'innommable

Si les adolescents peuvent se montrer impitoyables face aux personnes qui dérogent à la norme, les spécialistes relèvent que les jeunes d'aujourd'hui sont toutefois bien plus ouverts que leurs aînés sur les questions LGBT .

"Le groupe de pairs (les élèves) vont avoir une souplesse et une ouverture, à quelques exceptions près, alors que les enseignants pourront avoir plus de difficultés", note Jean Chambry, pédopsychiatre.

"Le rapport à l'identité s'est modifié. Je suis surpris de voir avec quelle facilité les jeunes abordent facilement ces sujets, avec des représentations moins stéréotypées" et un vocabulaire approprié, inconnu de leurs aînés. Une plus grande aisance liée peut-être, de manière paradoxale, à la polémique sur le mariage pour tous, qui a mis sur le devant de la scène des sujets restés longtemps sous le tapis, selon lui.

"La visibilité accrue crée une sorte de banalisation", renchérit Arnaud Alessandrin, sociologue spécialisé sur les thématiques LGBT, qui note que "les jeunes profs par exemple ont moins peur d'assumer leur transidentité". Le chercheur souligne néanmoins que nombre d'élèves trans sont en décrochage scolaire et que des profs préfèrent quitter le métier. "Il suffit qu'une personne résiste pour que tout le groupe se crispe", relève-t-il.

Pour Maïwenn, "les choses progressent mais très lentement". Elle regrette l'absence de la transidentité lors des débats sur les discriminations: "ça reste l'innommable". Elle n'a cependant aucune envie de changer de métier car elle "aime enseigner" : "une personne comme moi rencontrera toujours plus de difficultés, il faut juste accepter de se confronter au rejet".

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
USA / Washington
Vingt ans après, hommage exceptionnel à Matthew Shepard, victime de l'homophobie
 

Il y a vingt ans, un jeune Américain homosexuel succombait après avoir été sauvagement battu et laissé pour mort dans un champ. Le 26 octobre, les cendres de Matthew Shepard seront transférées à la cathédrale de Washington, un hommage exceptionnel à celui qui est devenu un symbole des violences homophobes.
 
 
 
 
  
Droite
Cinq députés Les Républicains se déclarent favorables à la PMA pour toutes
 

Dans une tribune publiée par Le Monde, 5 députés Les Républicains refusent "d'être enfermés dans une posture hostile au progrès" et se déclarent favorables à l'extension de la PMA à toutes les femmes. 
 
 
 
 
  
Sport
La judokate française Amandine Buchard fait son coming out
 

Dans un entretien au journal Le Parisien du 22 octobre, la judokate française Amandine Buchard évoque pour la première fois son homosexualité et de sa vie de couple.
 
 
 
 
  
Stop aux LGBTphobies
Des milliers de manifestants à Paris après une série d'agressions
 

"Stop aux LGBTphobies", pour le droit d'"aimer librement": quelque 3.000 personnes, selon une source policière, se sont rassemblées à Paris dimanche, après une série d'agressions homophobes dans la capitale ces dernières semaines.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Trump projette d'empêcher la reconnaissance officielle des transgenres
 

L'administration Trump envisage de définir très strictement l'identité de genre comme étant liée aux organes sexuels à la naissance, selon une information diffusée dimanche par le New York Times. Cette disposition retirerait de fait aux personnes transgenres la possibilité de se faire reconnaître officiellement.
 
 
 
 
  
Homophobie
Un couple d'hommes frappé lundi à Paris par un chauffeur VTC
 

Deux hommes qui s'embrassaient dans un VTC dans la nuit de dimanche à lundi ont été frappés par leur chauffeur, des faits qui s'inscrivent dans une récente série d'agressions homophobes à Paris, a-t-on appris vendredi de source policière.
 
 
 
 
  
Vatican
Appels pour les femmes et les gays, lors des travaux du synode
 

Des appels en faveur des femmes, des homosexuels ou encore des victimes d'abus sexuels ont été lancés lors des travaux du synode des évêques sur les jeunes, selon leurs compte-rendus publiés samedi par le Vatican.
 
 
 
 
  
Transgenres
Paris Match condamné pour une photo du cadavre de Vanesa Campos
 

L’hebdomadaire Paris Match a été condamné jeudi à Nanterre à 12 000 euros de dommages et intérêts pour avoir publié une photo du corps nu de Vanesa Campos, une prostituée transgenre tuée en août dans le bois de Boulogne.
 
 
 
 
  
Brésil / Présidentielle
La députée trop moche pour être violée craint plus de violences pour les femmes et les gays
 

La députée brésilienne de gauche Maria do Rosario, à laquelle Jair Bolsonaro avait dit qu'elle était "trop moche" pour qu'il la viole, redoute que l'arrivée au pouvoir du candidat d'extrême droite n'entraîne encore plus de violences contre les femmes et les gays.
 
 
 
 
  
Mobilisation
Les associations LGBT appellent à un grand rassemblement contre les agressions homophobes
 

Un rassemblement contre les agressions LGBTphobes est organisée à Paris dimanche prochain par un important collectif d'oragnisations LGBT à la suite des nombreux cas survenus ces derniers mois. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site