e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Après l'éducation, l'écriture inclusive interroge aussi les médias - Egalité / Langue  
Egalité / Langue
Après l'éducation, l'écriture inclusive interroge aussi les médias
 

Destinée à mettre sur un pied d'égalité linguistique les femmes et les hommes, l'écriture inclusive, qui agite le monde de l'éducation, questionne aussi certains médias.

 
 
 
 

Le site Slate (4 millions d'utilisateurs en octobre) a annoncé mardi qu'il appliquerait dans ses papiers, parmi les nombreuses propositions de l'écriture inclusive, la "règle de proximité", qui consiste à accorder les adjectifs avec le terme le plus rapproché, faisant fi du principe "le masculin l'emporte sur le féminin".

Le site préférera aussi employer des mots épicènes, dont la forme ne varie pas entre le masculin et le féminin (un.e élève, un.e membre).

Jusqu'à cette décision, seules des organisations (syndicats, associations, notamment LGBT) et des médias militants comme le site féminin Madmoizelle, la revue lesbienne Well well well ou la revue d'enquêtes sociales Z pratiquaient ces règles.

Individuellement, certaines journalistes doublaient d'elles-mêmes occasionnellement les mots ("enseignantes et enseignants").

Tests et réflexions

Depuis les années 1990 et la nomination d'Edith Cresson comme Premier ministre, le journal du soir a féminisé progressivement les noms de fonctions et de professions.

La question évolue et "l'important est d'en parler avec la rédaction", a déclaré à l'AFP son directeur Jérôme Fenoglio.

Le Monde va bientôt "tester" l'accord de proximité dans une édition de son supplément "Idées" consacré à ces questions, a-t-il indiqué.

La question devra faire l'objet d'une concertation élargie à tous les médias de service public, a pour sa part indiqué la direction du site franceinfo.

Une centaine de journalistes, en grande majorité des femmes, se sont réunies jeudi à Paris pour une table ronde organisée par le collectif féministe "Prenons la Une".

A une époque où la plupart des nouveaux journalistes sont des femmes, un passage au "langage inclusif" à l'écrit voire à l'oral, pourrait avoir de l'influence car les médias ont "un effet de légitimation et de contamination", estime Eliane Viennot, professeure de littérature, historienne, et figure de ce mouvement. "On est devant des luttes très concrètes pour arrêter la domination masculine", a-t-elle souligné.

Chez Madmoizelle, "ça fait cinq ans qu'on le fait et certains lecteurs n'ont rien remarqué", a affirmé sa rédactrice en chef Clémence Bodoc. Le site se "retient" cependant de l'utiliser dans les titres, "par souci de lisibilité".

"Pour l'heure, l'écriture inclusive, avec les difficultés de lisibilité qu'elle engendre, ne me paraît pas la meilleure piste pour donner aux femmes la visibilité qui leur revient", estime pour sa part Michèle Léridon, directrice de l'information à l'AFP, rappelant qu'une réflexion sur la place des femmes dans la production de l'agence (dépêches mais aussi photos, vidéos...) a été lancée.

Rebelles de la grammaire

De nombreux médias ne se posent pas la question mais d'autres s'y opposent totalement, esentiellement à droite.

Pour le rédacteur en chef du journal L'Opinion, Rémi Godeau, les défenseur.e.s de l'écriture inclusive "font fausse route": "Au prétexte du refus d'un symbole de domination d'un sexe sur l'autre, les rebelles de la grammaire valorisent la désobéissance", condamne-t-il dans une tribune parue jeudi à propos de professeurs qui défendent cette nouvelle règle.

La spécialiste de l'Education du Figaro Marie-Estelle Pech a quant à elle dénoncé une "manière incongrue d'écrire le français" et "une nouvelle concession à un féminisme militant", dans un article paru en octobre.

Ils sont en accord avec les institutions, qui restent réticentes à cette évolution du langage, malgré la publication en 2015 d'un guide pour une communication "sans stéréotype", par le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes.

L'Académie française a qualifié l'écriture inclusive de "péril mortel" pour la langue française; la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes s'est elle montrée dubitative sur l'enseignement du point médian (les Français.e.s par exemple).

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Presse gay
Nouvelle tentative de relance pour Têtu avec de nouveaux actionnaires
 

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d'entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l'impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
 
 
 
 
  
International
Un drapeau LGBT sur l'ambassade britannique au Bélarus rend Minsk furieux
 

Le Bélarus a violemment critiqué le Royaume-Uni pour avoir levé un drapeau LGBT sur le territoire de son ambassade à Minsk à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, assurant que les relations homosexuelles sont une "supercherie".
 
 
 
 
  
Etude
Pas de discrimination significative selon l'orientation sexuelle dans la Fonction publique
 

Les candidats suggérant leur homosexualité ne font pas l'objet d'une discrimination à l'embauche "significative" dans la fonction publique même si des "différences de traitement" existent, selon les premiers résultats d'une étude présentés vendredi dernier.
 
 
 
 
  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.
 
 
 
 
  
Gouvernement
Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out
 

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.
 
 
 
 
  
Sondage
25% des Français tiennent des propos homophobes devant un match de foot
 

Un sondage Ipsos diffusé jeudi, dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, pointe du doigt une homophobie banalisée dans le football.
 
 
 
 
  
Danemark
Le compagnon du ministre de la Justice agressé pour son homosexualité
 

Le compagnon du ministre danois de la Justice a été violemment agressé par un homme, de nationalité slovène et qui a tenu des propos homophobes selon les médias, a annoncé la police de Copenhague jeudi.
 
 
 
 
  
Transgenre en Haïti
En couple, ils militent pour la tolérance
 

"Le genre, c'est entre tes oreilles, le sexe c'est entre tes jambes": avec le sens de la formule, Yaisah Val, encouragée par son mari, veut faire accepter l'identité trans par la société haïtienne empreinte de conservatisme religieux et politique.
 
 
 
 
  
Festival de Cannes
Le gala de l'amfAR contre le sida fait le plein de stars
 

Les acteurs Kristen Stewart, Pierce Brosnan, Adrien Brody et Chris Tucker, le champion automobile Lewis Hamilton, mais aussi Julian Lennon, Paris Hilton et des top models dont Heidi Klum et Milla Jovovich, parmi d'autres personnalités, ont participé jeudi soir au Cap d'Antibes au gala de l'amfAR "Cinéma contre Sida".
 
 
 
 
  
Journée internationale contre l'homophobie
72 pays pénalisent encore l'homosexualité
 

Si la plupart des pays occidentaux ont dépénalisé l'homosexualité et fait progresser les droits des personnes LGBT, 72 pays oppriment encore les homosexuels et transgenres dans le monde. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce