e-llico.com mobile
 
  
  Culture / Médias
 
 
 Au théâtre, Christophe Honoré redonne vie à ses <I>Idoles</I> fauchées par le  sida - Hommage  
Hommage
Au théâtre, Christophe Honoré redonne vie à ses Idoles fauchées par le sida
 

Après avoir séduit à Cannes avec son film "Plaire, aimer et courir vite", le réalisateur français Christophe Honoré se tourne vers le théâtre où il redonne vie à six figures qui l'ont marqué, ses "Idoles", fauchées par le sida dans les années 90.

 
 
 
 

Cette pièce-hommage aux cinéastes Jacques Demy et Cyril Collard, au critique Serge Daney, aux auteurs Bernard-Marie Koltès et Hervé Guibert ainsi qu'au dramaturge Jean-Luc Lagarce -ses "parrains" comme Christophe Honoré les désigne - sera donnée à partir de vendredi au théâtre de l'Odéon à Paris après avoir été créée à Lausanne (Suisse).

"Je me suis focalisé sur ces six artistes très importants pour moi à l'époque et qui représentaient chacun dans leur domaine des figures fortes", avait expliqué en septembre le cinéaste. Il souhaite, grâce à eux, parler des années 90, dont l'"héritage est souvent évacué aujourd'hui, comme absent, comme si c'était une espèce de période dont on avait vite voulu se débarrasser".

Les années 90 ? "C'était la fin de la fête", affirme l'auteur du film "Les Chansons d'amour" qui ajoute: "moi j'avais 20 ans et forcément j'avais plutôt envie que ce soit le début". Le chômage, la crise, "un avenir moins glorieux que nos parents", la guerre en Irak et "évidemment le sida qui, quand (...) vous démarrez vos histoires d'amour, vos histoires sexuelles" est un traumatisme, "que vous soyez homosexuel ou hétérosexuel".

Le sida, justement, c'est un point commun de ces six personnages. Etudiant breton dans les années 90, "complexé", passionné de cinéma et de littérature, Christophe Honoré ne rêvait "que d'une chose, c'était de les rencontrer". "Je suis arrivé à Paris en 1994 et ils étaient tous morts du sida. Et je suis toujours inconsolable de l'impossibilité à un moment d'avoir pu payer ma dette envers eux", raconte-t-il.

Collard et ses "Nuits fauves" qui emmenaient le sida vers le romantisme, Guibert, cet écrivain "insensé" au "visage angélique et émacié" sur le plateau d'Apostrophes, Demy et ses comédies musicales, Lagarce et Koltès rentrés parmi les auteurs français les plus joués... "Moi, j'aurais l'impression d'avoir fait mon travail si les spectateurs sortent de la pièce en ressentant le manque de ces gens-là", souhaite le réalisateur qui aime autant s'exprimer par le cinéma que par le théâtre ou la littérature.

Mettre en lumière

"Les Idoles" constitue d'ailleurs le dernier volet d'un triptyque unissant ces formes d'expression et né d'une volonté de témoignage de Christophe Honoré. "En France, on a connu un moment un peu difficile, pour les homosexuels mais pas que pour eux, c'était autour de la loi sur le mariage pour tous", explique-t-il.

Pour tous les gens descendus dans la rue à cette époque, il y avait "une légitimité à discriminer certains citoyens pour leur sexualité", justifiant qu'ils n'aient "pas accès au mariage". Et ce constat l'a conduit à réaliser qu'il s'était aveuglé: "je pensais vraiment vivre (...) dans une société très apaisée et réconciliée par rapport à l'homosexualité et je me suis aperçu que c'était beaucoup plus compliqué que ça".

Il décide alors de prendre la parole sur ce sujet alors qu'il ne pensait pas que c'en "était encore un". D'abord par un roman "Ton père", qui évoque son quotidien de papa homosexuel puis avec son film, "Plaire, aimer et courir vite", où il revisite déjà ces années 90, si importantes pour sa formation, à travers une histoire d'amour entre un jeune étudiant breton et un auteur parisien, atteint du sida.

Avec "Les Idoles", Christophe Honoré poursuit ce travail, avec comme désir la transmission: "remettre en lumière" ces artistes vénérés dont il n'a pas fait le deuil pour "donner envie aux gens d'aller ouvrir leurs livres, d'aller voir leurs films".

(Source AFP)


> Publicité <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Campagne AIDES
Un pansement Rainbow contre l’homophobie
 

"L’homophobie frappe toujours, porter ce pansement c’est la dénoncer !", c’est le nouveau message de sensibilisation de l'association AIDES pour lutter contre les violences homophobes. L’association rappelle que lutter contre l’homophobie c’est aussi faire reculer le sida.
 
 
 
 
  
Médias
Une spécialiste des questions LGBT nommée à la tête du web aux Inrocks
 

Une jeune journaliste, Marie Kirschen, a été nommée rédactrice en chef web des Inrockuptibles à la place de David Doucet, licencié à la suite de l'affaire de la "Ligue du LOL", a annoncé l'hebdomadaire lundi.
 
 
 
 
  
Tunisie
2e édition du festival queer à Tunis
 

Cris de joie, youyous et applaudissements: la deuxième édition du festival cinématographique queer en Tunisie, qui veut promouvoir des films sur des minorités sexuelles et défendre leurs droits, a débuté vendredi dans une ambiance festive.
 
 
 
 
  
International
L'ILGA présente un rapport sur l'homophobie d'État en vigueur dans 70 pays
 

L’ILGA (Association internationale lesbienne, gay, bisexuelle, trans et intersexuée) a présenté mercredi son dernier rapport sur l’homophobie d’État à Wellington, en Nouvelle-Zélande.
 
 
 
 
  
Chili
Hausse de 44% des cas de discrimination homophobe
 

Les cas de discriminations homophobes et transphobes au Chili ont augmenté de 44% en un an, la plus forte hausse en 17 ans dans ce pays réputé conservateur, selon le rapport du Mouvement pour l'intégration et la libération homosexuelle (Movilh).
 
 
 
 
  
Belgique
La police enquête sur un profil de Grindr menaçant d'une attaque des bars gay d'Ostende
 

La police belge enquête sur un profil anonyme de Grindr qui aurait menacé de lancer une attaque contre des bars gay dans la ville d'Ostende le wek-end du 23 mars.
 
 
 
 
  
Football
Patrice Evra nie être homophobe après la polémique suscitée par ses propos contre le PSG
 

L’équipe de football du Paris Saint-Germain a condamné mardi les propos homophobes de l’ancien footballeur professionnel Patrice Evra et envisage apparemment d’intenter des poursuites. 
 
 
 
 
  
Brésil
Bolsonaro a fait de moi un paria, accuse l'ex-député gay Jean Wyllys
 

Jair Bolsonaro "a fait de moi un paria": Jean Wyllys, ancien député au Parlement brésilien et militant pour les droits des personnes LGBT, a dû fuir son pays après avoir reçu des «menaces de mort» à la suite de l'élection du président d'extrême droite.
 
 
 
 
  
Pédophilie dans l'Eglise
Les enfants cherchent spontanément la tendresse, selon l'abbé de la Morandais
 

L'abbé Alain de la Morandais, interrogé sur les scandales de pédophilie dans l'Eglise, a affirmé que les enfants cherchaient "spontanément la tendresse". Des propos qui ont choqué. 
 
 
 
 
  
Anti-LGBT
Trump et Bolsonaro affichent leur accord sur les modes de vie traditionnels
 

Jair Bolsonaro et Donald Trump ont affiché leur accord pour lutter contre les politiques pro-LGBT lors de la visite du président brésilien à Washington le 19 mars. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site