e-llico.com mobile
 
  
  Culture / Médias
 
 
 Censuré au Kenya, <I>Rafiki</I>, romance entre femmes, est présenté à Cannes - Cinéma  
Cinéma
Censuré au Kenya, Rafiki, romance entre femmes, est présenté à Cannes
 

Elle a d'abord fait la fierté de ses compatriotes avant que son film, une romance entre femmes, soit censuré. Avec "Rafiki", le premier film kényan jamais sélectionné à Cannes, Wanuri Kahiu entend avant tout montrer une image "joyeuse" de l'Afrique, loin des clichés.

 
 
 
 

"D'ordinaire quand vous voyez des Africains à l'écran, ils portent de l'eau sur la tête. Personnellement, je n'ai jamais fait ça, je suis une enfant des villes", raconte-t-elle, dans un grand éclat de rire.

Pour son premier long métrage, présenté mercredi à Cannes dans la section Un Certain Regard, la trentenaire voulait raconter une histoire d'amour "vibrante, moderne et cosmopolite", avec des personnages qui font du skate, portent des tenues sportswear ou des tresses africaines rose bonbon.

"Notre ambition est de s'assurer que l'image de l'Afrique est aussi joyeuse et pleine d'espoir", explique la réalisatrice qui s'est inspirée de la nouvelle "Jambula Tree" de l'Ougandaise Monica Arac de Nyeko. Un choix motivé "par la belle histoire sur un passage à l'âge adulte, et non par l'histoire d'amour lesbienne".

Dans "Rafiki", Kena (Samantha Mugatsia) et Ziki (Sheila Munyiva), deux étudiantes qui vivent chez leurs parents, se rencontrent, se découvrent et finissent par s'aimer dans un pays où "les filles bien deviennent de bonnes épouses" et où l'homosexualité est illégale.

Pudique à souhait, le film mise sur une réalisation sensuelle, privilégiant l'éclosion des sentiments. "La scène d'amour dans le film est très mesurée et attendrissante, les deux personnages ne savent pas ce qu'elles font, elles sont naïves et maladroites et ne se déshabillent même pas", souligne la réalisatrice.

Mais la censure n'a pas été de cet avis, faisant du film une oeuvre "en exil", selon les termes de sa créatrice. "Oui, nous vivons dans une société conservatrice", confirme la jeune femme qui était favorable à une interdiction de son film aux moins de 18 ans au Kenya, consciente de la sensibilité du sujet. "Nous espérons qu'il rentrera un jour chez lui", dit cette battante qui risque la prison en cas de projection sur le sol kényan.

Audace et frivolité

En attendant, elle est ravie de montrer, à travers son film aux couleurs éclatantes, une Afrique moderne, "trop souvent réduite à une région marquée par la guerre, la maladie et la souffrance".

"Ceux qui sont au premier rang pour défendre l'Afrique sont de jeunes artists pop de tout le continent", lance Wanuri Kahiu, mettant en avant le travail du collectif AfroBubblegum, qui défend des artistes "audacieux et frivoles" en Afrique.

L'ambition de cette plateforme: "promouvoir la joie". "C'est très simple, mais même cela peut nous mettre en difficulté par exemple avec ceux qui trouvaient 'Rafiki' in fine trop optimiste".

Dès 2010, Wanuri Kahui avait été remarquée avec "Pumzi", son premier court-métrage présenté au festival de Sundance, aux Etats-Unis. Il s'agissait d'une fable de science-fiction explorant un Kenya post-apocalyptique. Un genre dans lequel elle replongera pour son prochain film.

"Concernant l'histoire de l'Afrique, on n'entend jamais parler de choses légères mais quand on voit la musique et la danse, ça ne peut pas être uniquement le produit de la souffrance", poursuit-elle, citant la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, auteur à succès et égérie féministe.

Sur la Croisette, Wanuri Kahiu veut d'ailleurs "célébrer les jeunes femmes africaines", qu'elles soient actrices, réalisatrices, créatrices de mode...

Quid du harcèlement sexuel, thème qui plane sur le Festival, le premier depuis le scandale Weinstein ? "Le mouvement #MeToo a touché les Kényanes comme partout dans le monde". Mais "dès que vous voyez une femme se lever et prendre la parole, vous savez qu'elle a le pouvoir", dit-elle.

Entendre l'actrice Lupita Nyong'o ("12 Years a Slave, "Black Panther") parler de son expérience de harcèlement sexuel avec le producteur Harvey Weinstein a été un signal fort pour la réalisatrice. C'est la preuve que "nous pouvons à la fois être fortes et vulnérables".

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Discrimination
L'ouverture partielle du don de sang aux homosexuels n'a pas augmenté le risque de transmission du VIH
 

L'ouverture du don de sang aux homosexuels en juillet 2016 n'a pas augmenté le risque de transmission du virus du sida par transfusion, qui reste "très faible en France", selon les premiers résultats d'une enquête publiée mercredi par l'agence sanitaire Santé publique France.
 
 
 
 
  
Justice / Parentalité
Une femme trans obtient le statut inédit de parent biologique
 

La cour d'appel de Montpellier a octroyé le statut inédit de "parent biologique" à un homme devenu femme et qui a eu un enfant avec son nouvel état civil.
 
 
 
 
  
Cuba
Le mariage gay, point fort de la nouvelle constitution
 

Cuba boucle jeudi trois mois de débats populaires sur la réforme de sa Constitution: le texte, qui ouvre la voie au mariage homosexuel, sera peaufiné par l'Assemblée puis soumis à référendum en février.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Plus de diversité dans la nouvelle promo d'élus à la Chambre américaine
 

Des dizaines de nouveaux élus à la Chambre américaine des représentants se sont retrouvés mercredi pour une photo de famille illustrant la plus grande diversité née d'élections parlementaires qui ont donné la victoire à un nombre record de femmes et de candidats issus de minorités.
 
 
 
 
  
TPMP
C8 renonce à une demande de dédommagement après les sanctions relatives au canular homophobe d'Hanouna
 

C8, filiale du groupe Canal+ sanctionnée à trois reprises par le CSA pour des séquences diffusées dans l'émission de Cyril Hanouna, a renoncé à la demande de dédommagement qu'elle avait formulée à l'encontre du régulateur de l'audiovisuel qui l'avait sanctionné après un canular homophobe.
 
 
 
 
  
Homophobie
Les scènes gay de Bohemian Rhapsody censurées en Malaisie
 

Le biopic consacré à Freddie Mercury, chanteur emblématique de Queen, est censuré en Malaisie. Les scènes évoquant l'homosexualité ont été coupées. 
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes en 2017
 

Les Etats-Unis ont enregistré une hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes lors de la première année de présidence de Donald Trump, selon des statistiques du FBI rendues publiques mardi.
 
 
 
 
  
Gestation pour autrui
Quinze personnes inculpées au Cambodge
 

Quinze personnes, dont onze mères porteuses, ont été inculpées mardi au Cambodge qui tente d'enrayer la gestation pour autrui, pratique en pleine essor notamment à destination des couples chinois mais illégale depuis 2016.
 
 
 
 
  
PMA
Une proposition de loi de députés LFI pour pousser le gouvernement à accélérer
 

Des députés Insoumis ont préparé une proposition de loi sur l'extension de la PMA, une forme de coup de pression sur le gouvernement, alors que le projet de loi sur la bioéthique et ce sujet hautement sensible semble prendre du retard.
 
 
 
 
  
USA / Elections au Congrès
Kyrsten Sinema, démocrate et bisexuelle revendiquée, élue sénatrice dans l'Arizona
 

Avec un long recomptage des voix, un deuxième siège sénatorial est finalement remporté par la démocrate, bisexuelle revendiquée, en Arizona lors des élections de mi-mandat.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site