e-llico.com mobile
 
  
  Culture / Médias
 
 
 Censuré au Kenya, <I>Rafiki</I>, romance entre femmes, est présenté à Cannes - Cinéma  
Cinéma
Censuré au Kenya, Rafiki, romance entre femmes, est présenté à Cannes
 

Elle a d'abord fait la fierté de ses compatriotes avant que son film, une romance entre femmes, soit censuré. Avec "Rafiki", le premier film kényan jamais sélectionné à Cannes, Wanuri Kahiu entend avant tout montrer une image "joyeuse" de l'Afrique, loin des clichés.

 
 
 
 

"D'ordinaire quand vous voyez des Africains à l'écran, ils portent de l'eau sur la tête. Personnellement, je n'ai jamais fait ça, je suis une enfant des villes", raconte-t-elle, dans un grand éclat de rire.

Pour son premier long métrage, présenté mercredi à Cannes dans la section Un Certain Regard, la trentenaire voulait raconter une histoire d'amour "vibrante, moderne et cosmopolite", avec des personnages qui font du skate, portent des tenues sportswear ou des tresses africaines rose bonbon.

"Notre ambition est de s'assurer que l'image de l'Afrique est aussi joyeuse et pleine d'espoir", explique la réalisatrice qui s'est inspirée de la nouvelle "Jambula Tree" de l'Ougandaise Monica Arac de Nyeko. Un choix motivé "par la belle histoire sur un passage à l'âge adulte, et non par l'histoire d'amour lesbienne".

Dans "Rafiki", Kena (Samantha Mugatsia) et Ziki (Sheila Munyiva), deux étudiantes qui vivent chez leurs parents, se rencontrent, se découvrent et finissent par s'aimer dans un pays où "les filles bien deviennent de bonnes épouses" et où l'homosexualité est illégale.

Pudique à souhait, le film mise sur une réalisation sensuelle, privilégiant l'éclosion des sentiments. "La scène d'amour dans le film est très mesurée et attendrissante, les deux personnages ne savent pas ce qu'elles font, elles sont naïves et maladroites et ne se déshabillent même pas", souligne la réalisatrice.

Mais la censure n'a pas été de cet avis, faisant du film une oeuvre "en exil", selon les termes de sa créatrice. "Oui, nous vivons dans une société conservatrice", confirme la jeune femme qui était favorable à une interdiction de son film aux moins de 18 ans au Kenya, consciente de la sensibilité du sujet. "Nous espérons qu'il rentrera un jour chez lui", dit cette battante qui risque la prison en cas de projection sur le sol kényan.

Audace et frivolité

En attendant, elle est ravie de montrer, à travers son film aux couleurs éclatantes, une Afrique moderne, "trop souvent réduite à une région marquée par la guerre, la maladie et la souffrance".

"Ceux qui sont au premier rang pour défendre l'Afrique sont de jeunes artists pop de tout le continent", lance Wanuri Kahiu, mettant en avant le travail du collectif AfroBubblegum, qui défend des artistes "audacieux et frivoles" en Afrique.

L'ambition de cette plateforme: "promouvoir la joie". "C'est très simple, mais même cela peut nous mettre en difficulté par exemple avec ceux qui trouvaient 'Rafiki' in fine trop optimiste".

Dès 2010, Wanuri Kahui avait été remarquée avec "Pumzi", son premier court-métrage présenté au festival de Sundance, aux Etats-Unis. Il s'agissait d'une fable de science-fiction explorant un Kenya post-apocalyptique. Un genre dans lequel elle replongera pour son prochain film.

"Concernant l'histoire de l'Afrique, on n'entend jamais parler de choses légères mais quand on voit la musique et la danse, ça ne peut pas être uniquement le produit de la souffrance", poursuit-elle, citant la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, auteur à succès et égérie féministe.

Sur la Croisette, Wanuri Kahiu veut d'ailleurs "célébrer les jeunes femmes africaines", qu'elles soient actrices, réalisatrices, créatrices de mode...

Quid du harcèlement sexuel, thème qui plane sur le Festival, le premier depuis le scandale Weinstein ? "Le mouvement #MeToo a touché les Kényanes comme partout dans le monde". Mais "dès que vous voyez une femme se lever et prendre la parole, vous savez qu'elle a le pouvoir", dit-elle.

Entendre l'actrice Lupita Nyong'o ("12 Years a Slave, "Black Panther") parler de son expérience de harcèlement sexuel avec le producteur Harvey Weinstein a été un signal fort pour la réalisatrice. C'est la preuve que "nous pouvons à la fois être fortes et vulnérables".

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Presse gay
Nouvelle tentative de relance pour Têtu avec de nouveaux actionnaires
 

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d'entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l'impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
 
 
 
 
  
International
Un drapeau LGBT sur l'ambassade britannique au Bélarus rend Minsk furieux
 

Le Bélarus a violemment critiqué le Royaume-Uni pour avoir levé un drapeau LGBT sur le territoire de son ambassade à Minsk à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, assurant que les relations homosexuelles sont une "supercherie".
 
 
 
 
  
Etude
Pas de discrimination significative selon l'orientation sexuelle dans la Fonction publique
 

Les candidats suggérant leur homosexualité ne font pas l'objet d'une discrimination à l'embauche "significative" dans la fonction publique même si des "différences de traitement" existent, selon les premiers résultats d'une étude présentés vendredi dernier.
 
 
 
 
  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.
 
 
 
 
  
Gouvernement
Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out
 

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.
 
 
 
 
  
Sondage
25% des Français tiennent des propos homophobes devant un match de foot
 

Un sondage Ipsos diffusé jeudi, dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, pointe du doigt une homophobie banalisée dans le football.
 
 
 
 
  
Danemark
Le compagnon du ministre de la Justice agressé pour son homosexualité
 

Le compagnon du ministre danois de la Justice a été violemment agressé par un homme, de nationalité slovène et qui a tenu des propos homophobes selon les médias, a annoncé la police de Copenhague jeudi.
 
 
 
 
  
Transgenre en Haïti
En couple, ils militent pour la tolérance
 

"Le genre, c'est entre tes oreilles, le sexe c'est entre tes jambes": avec le sens de la formule, Yaisah Val, encouragée par son mari, veut faire accepter l'identité trans par la société haïtienne empreinte de conservatisme religieux et politique.
 
 
 
 
  
Festival de Cannes
Le gala de l'amfAR contre le sida fait le plein de stars
 

Les acteurs Kristen Stewart, Pierce Brosnan, Adrien Brody et Chris Tucker, le champion automobile Lewis Hamilton, mais aussi Julian Lennon, Paris Hilton et des top models dont Heidi Klum et Milla Jovovich, parmi d'autres personnalités, ont participé jeudi soir au Cap d'Antibes au gala de l'amfAR "Cinéma contre Sida".
 
 
 
 
  
Journée internationale contre l'homophobie
72 pays pénalisent encore l'homosexualité
 

Si la plupart des pays occidentaux ont dépénalisé l'homosexualité et fait progresser les droits des personnes LGBT, 72 pays oppriment encore les homosexuels et transgenres dans le monde. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce