e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Condamné à 6 mois de prison avec sursis pour non-dénonciation, Mgr Barbarin annonce sa démission - Eglise catholique / Pédophilie  
Eglise catholique / Pédophilie
Condamné à 6 mois de prison avec sursis pour non-dénonciation, Mgr Barbarin annonce sa démission
 

Le cardinal Barbarin a été condamné jeudi à six mois de prison avec sursis pour la non-dénonciation des agressions pédophiles d'un prêtre de son diocèse. Il a annoncé dans la foulée qu'il allait remettre sa démission au pape. 

 
 
 
 

En l'absence du primat des Gaules, la présidente du tribunal correctionnel de Lyon Brigitte Vernay l'a "déclaré coupable de non-dénonciation de mauvais traitements" envers un mineur entre 2014 et 2015.

Le jugement est très sévère à son égard: "alors même que ses fonctions lui donnaient accès à toutes les informations et qu'il avait la capacité de les analyser et les communiquer utilement, Philippe Barbarin a fait le choix en conscience, pour préserver l'institution à laquelle il appartient, de ne pas les transmettre à la justice".

"En voulant éviter le scandale, causé par les faits d'abus sexuels multiples commis par un prêtre, mais sans doute aussi par la mise à jour de décisions bien peu adéquates prises par les évêques qui le précédaient, Philippe Barbarin a préféré prendre le risque d'empêcher la découverte de très nombreuses victimes d'abus sexuels par la justice, et d'interdire l'expression de leur douleur", poursuit le jugement.

La procureure n'avait pourtant pas requis de peine à l'encontre de l'archevêque, ni des cinq anciens membres du diocèse poursuivis avec lui, conformément à la décision initiale du parquet de classer l'affaire.

Les avocats du prélat ont immédiatement annoncé faire appel.

Pour les cinq autres prévenus, le tribunal a considéré que les faits étaient, selon les cas, soit pas constitués soit prescrits et n'a donc pas prononcé de condamnation à leur encontre.

Pour Yves Sauvayre, l'un des avocats des parties civiles, "le souffle donné dans cette audience a eu des conséquences". "La responsabilité et la culpabilité du cardinal ont été consacrés par ce jugement. C'est un symbole extraordinaire. Une grande émotion historique", a-t-il relevé.

L'un des plaignants, François Devaux, cofondateur de l'association de victimes La Parole libérée, a lui salué "une grande victoire pour la protection de l'enfance". "Cette victoire envoie un signal très fort à beaucoup de victimes et leur permet de comprendre qu'elles sont entendues, écoutées et reconnues", a-t-il ajouté.

"Je n'ai aucune surprise, j'étais persuadé qu'on aurait ce résultat compte tenu de ce qui s'est dit à l'audience. Cela montre que tout ce qu'on dénonce depuis quatre ans, ça existait vraiment", estime de son côté un autre plaignant Pierre-Emmanuel Germain-Thill.

> Barbarin présente sa démission au pape

Le cardinal Philippe Barbarin a annoncé qu'il allait remettre sa démission au pape François. "Je prends acte de la décision du tribunal (...) J'ai décidé d'aller voir le Saint-Père pour lui remettre ma démission", a-t-il déclaré lors d'une courte prise de parole face à la presse depuis la maison diocésaine de Lyon. "Il me recevra dans quelques jours", a-t-il précisé. Reste à savoir si le pape acceptera cette démission...

Rédaction avec AFP

 

> Publicité <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Transphobie
L'agresseur de Julia Boyer condamné la prison ferme
 

Un tribunal a condamné l'agresseur de Julia Boyer pour "violences commises en raison de l’identité de genre" à 10 mois de prison dont 6 mois ferme. Il écope aussi d'une  mise à l’épreuve de deux ans et d'une interdiction de contacter la victime et d’apparaître aux abords de son domicile.
 
 
 
 
  
Paris
Une marche des Fiertés pour la PMA et la filiation
 

La Marche des Fiertés LGBT 2019 de Paris défilera samedi 29 juin derrière le mot d’ordre "Filiation, PMA : marre des lois a minima !".
 
 
 
 
  
Eglise catholique
Accusé d'agressions sexuelles, le nonce apostolique confronté mercredi aux plaignants
 

Le représentant du Vatican en France, visé par une enquête à Paris pour "agressions sexuelles", doit être confronté mercredi à ses accusateurs, a-t-on appris mardi de sources concordantes.
 
 
 
 
  
Afrique
La justice kényane se prononce sur une décriminalisation de l'homosexualité
 

La justice kényane s'apprête à rendre vendredi un jugement très attendu sur la constitutionnalité de deux lois datant de l'époque coloniale et criminalisant l'homosexualité, même si la communauté gay et lesbienne craint un nouveau report.
 
 
 
 
  
Sport
Le prise de parole forte d'Antoine Griezmann contre l'homophobie dans le foot
 

L'homophobie dans le football, "maintenant ça suffit !", lance l'attaquant vedette des Bleus Antoine Griezmann qui fait la couverture du magazine Têtu mercredi.
 
 
 
 
  
Censure
Mariage gay dans un dessin animé, une chaîne américaine refuse de le diffuser
 

Une télévision publique de l'Alabama, Etat conservateur du sud des Etats-Unis, a refusé de diffuser un épisode du dessin animé "Arthur" car il mettait en scène un mariage entre deux personnages de même sexe, ont rapporté plusieurs médias américains.
 
 
 
 
  
Transphobie
L'agression filmée de Julia Boyer devant les juges
 

La vidéo virale de son agression à Paris a rendu à nouveau visible les violences et les discriminations subies par les personnes transgenres: Julia Boyer s'apprête à confronter mercredi son agresseur au tribunal correctionnel de Paris.
 
 
 
 
  
Justice
Un homme condamné pour avoir révélé l'homosexualité de deux ex-compagnons
 

Un homme de 29 ans a été condamné à verser 17.000 euros en réparation pour avoir révélé l'homosexualité de deux ex-compagnons auprès de leur famille et sur les réseaux sociaux, a-t-on appris lundi de source judiciaire.
 
 
 
 
  
Sport
La sprinteuse indienne hyperandrogène Dutee Chand fait son coming out
 

La sprinteuse indienne Dutee Chand, suspendue en 2014 en raison de son hyperandrogénie, a rendu publique dimanche son homosexualité, devenant ainsi la première athlète de ce pays conservateur à faire son coming out.
 
 
 
 
  
La Roche-sur-Yon
Enquête judiciaire après la dégradation d'un stand LGBT en Vendée
 

Le parquet de La Roche-sur-Yon a ouvert une enquête après des dégradations commises samedi à l'encontre d'un stand LGBT en Vendée par un groupe de jeunes hommes criant "homo-folie, ça suffit !", a-t-il confirmé dimanche à l'AFP.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site