e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Depuis 15 ans, le Refuge aide de jeunes homosexuels à se reconstruire - Association 
Association
Depuis 15 ans, le Refuge aide de jeunes homosexuels à se reconstruire
 

"Ici, c'est comme une famille", témoigne Andreas, un Grec hébergé par Le Refuge. Quinze ans après sa création à Montpellier, l'association reste fidèle à son objectif fondateur: permettre à de jeunes homosexuels rejetés par leurs proches de se reconstruire en leur offrant notamment un toit.

 

 
 
 
 

"La création de l'association en 2003 est liée à mon vécu d'isolement, d'homophobie intériorisée pendant mon enfance et mon adolescence à Saint-Thibéry", une commune héraultaise d'environ 2.000 habitants, se souvient Nicolas Noguier, 41 ans, cadre à l'Agence régionale de santé et président-fondateur du Refuge.

"J'ai grandi avec la crainte d'une réaction négative de mes parents. Finalement, je ne l'ai pas vécue, mais je me suis mis à la place de jeunes qui sont brisés par le rejet de leurs proches", poursuit-il.

Chassés du domicile familial, certains jeunes homosexuels, de tous les milieux sociaux, sont victimes de coups ou d'insultes de la part de leurs parents ou de leurs frères et soeurs.. A la rue, sans argent, ils multiplient parfois les conduites à risques - suicide, prostitution, consommation abusive de drogues et d'alcool, scarifications...

"Ca a été la catastrophe quand j'ai annoncé à mes parents que j'étais homosexuel", raconte Andreas, 24 ans. "Ils m'ont bien fait comprendre qu'ils n'allaient jamais m'accepter comme je suis", ajoute le jeune homme: "Avec le Refuge, j'ai l'espoir de m'en sortir: j'ai un appartement, un travail, ce sont les premières étapes pour retrouver la confiance en soi".

Au début des années 2000, Nicolas Noguier constate qu'il n'existe pas de suivi social pour ces jeunes en souffrance. Une structure à Manchester et des échanges avec des travailleurs sociaux vont l'inspirer. -

Aujourd'hui, Le Refuge est devenu une structure nationale reconnue d'utilité publique avec un budget annuel de 1,3 millions d'euros (venant à 75% du privé), 18 délégations à travers la France, 350 bénévoles et 16 salariés.

L'association, au coeur l'an dernier d'une polémique avec Cyril Hanouna après un canular jugé "homophobe", a hébergé depuis sa création 1.300 jeunes et en a accompagné 7.000 à travers des dispositifs d'accueil de jour et d'écoute.

Alexis a été le premier jeune hébergé alors qu'il avait 19 ans. "J'étais dans le milieu de la prostitution à Perpignan et en rupture familiale totale", raconte cet homme de 35 ans, qui est aujourd'hui aide-soignant et a repris des études pour devenir infirmier. Le Refuge est devenu pour lui une "famille recomposée" qui lui a permis de comprendre qu'il n'était "pas tout seul". "On ne sait plus qui on est quand on a été rejeté", assure le trentenaire, qui n'a jamais renoué avec sa famille.

"Nous offrons un accompagnement social global mais aussi un soutien psychologique à des jeunes qui sont mobilisés pour être guidés vers l'autonomie", explique Céline Gross, travailleuse sociale au sein des "appartements relais" montpelliérains de l'association. L'idée est de stabiliser le jeune dans un appartement afin de travailler avec lui et éventuellement sa famille - un jeune sur quatre repartant vivre avec des proches.

L'association dispose de 96 places d'hébergement fixe et privilégie les petites structures. Elle accueille aujourd'hui un nombre croissant de demandeurs d'asile (8% des hébergés en 2016 et 26% en 2017), souligne Céline Gross.

C'est le cas de Camarra, un Malien de 25 ans. "Au Mali, dans ma famille et plus largement dans un pays dont 95% des habitants sont musulmans, l'homosexualité est rejetée et considérée comme un péché", souligne-t-il. Ludovic, 28 ans, et Fabien, 27 ans, ont bien aussi la "nostalgie" de l'île Maurice, mais "vivre là-bas en tant qu'homosexuel est impossible", assurent-ils.

Autre axe de développement pour l'association, souligne son président Nicolas Noguier: "le milieu rural" où il y a "beaucoup de travail à faire", et la sensibilisation en milieu scolaire. Quinze ans après sa création, le but du Refuge est de "faire évoluer les mentalités pour ne plus recevoir d'appels de jeunes en détresse".

> Une Semaine nationale

Du 14 au 20 mai 2018, les équipes du Refuge se mobilisent pour sensibiliser la population sur les questions d’homophobie et leurs conséquences dramatiques. Conférences, spectacles, expositions, projections, galas, soirées festives ou encore tables rondes, sont au programme de la Semaine Nationale de l'association.

www.le-refuge.org

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Presse gay
Nouvelle tentative de relance pour Têtu avec de nouveaux actionnaires
 

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d'entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l'impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
 
 
 
 
  
International
Un drapeau LGBT sur l'ambassade britannique au Bélarus rend Minsk furieux
 

Le Bélarus a violemment critiqué le Royaume-Uni pour avoir levé un drapeau LGBT sur le territoire de son ambassade à Minsk à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, assurant que les relations homosexuelles sont une "supercherie".
 
 
 
 
  
Etude
Pas de discrimination significative selon l'orientation sexuelle dans la Fonction publique
 

Les candidats suggérant leur homosexualité ne font pas l'objet d'une discrimination à l'embauche "significative" dans la fonction publique même si des "différences de traitement" existent, selon les premiers résultats d'une étude présentés vendredi dernier.
 
 
 
 
  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.
 
 
 
 
  
Gouvernement
Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out
 

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.
 
 
 
 
  
Sondage
25% des Français tiennent des propos homophobes devant un match de foot
 

Un sondage Ipsos diffusé jeudi, dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, pointe du doigt une homophobie banalisée dans le football.
 
 
 
 
  
Danemark
Le compagnon du ministre de la Justice agressé pour son homosexualité
 

Le compagnon du ministre danois de la Justice a été violemment agressé par un homme, de nationalité slovène et qui a tenu des propos homophobes selon les médias, a annoncé la police de Copenhague jeudi.
 
 
 
 
  
Transgenre en Haïti
En couple, ils militent pour la tolérance
 

"Le genre, c'est entre tes oreilles, le sexe c'est entre tes jambes": avec le sens de la formule, Yaisah Val, encouragée par son mari, veut faire accepter l'identité trans par la société haïtienne empreinte de conservatisme religieux et politique.
 
 
 
 
  
Festival de Cannes
Le gala de l'amfAR contre le sida fait le plein de stars
 

Les acteurs Kristen Stewart, Pierce Brosnan, Adrien Brody et Chris Tucker, le champion automobile Lewis Hamilton, mais aussi Julian Lennon, Paris Hilton et des top models dont Heidi Klum et Milla Jovovich, parmi d'autres personnalités, ont participé jeudi soir au Cap d'Antibes au gala de l'amfAR "Cinéma contre Sida".
 
 
 
 
  
Journée internationale contre l'homophobie
72 pays pénalisent encore l'homosexualité
 

Si la plupart des pays occidentaux ont dépénalisé l'homosexualité et fait progresser les droits des personnes LGBT, 72 pays oppriment encore les homosexuels et transgenres dans le monde. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce