e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Des professeurs face à leurs élèves - Genre / Transidentité  
Genre / Transidentité
Des professeurs face à leurs élèves
 

Depuis des années, de nombreux profs le disent : ils sont "en première ligne". En première ligne et parfois démunis, dans leur salle de classe, face à leurs élèves. L'AFP a interrogé des professeurs de collège, sur les notions d'homophobie, de genre et de transidentité.

 
 
 
 

Quatre enseignants de collège public ont accepté de confier leur expérience de terrain. Professeurs en collège, ils livrent leur témoignage sur les notions de genre et de transidentité. 

Céline, 45 ans, professeure d’histoire-géographie d’un collège REP+ du Haut-Rhin 

Le collège est vraiment la période où ils prennent conscience de leur identité sexuelle.

Sur la transidentité, on est certainement très insuffisamment formé. Si j’étais confrontée à un élève se questionnant sur son identité sexuelle, je demanderais à mon chef d’établissement à qui en parler, quelles démarches mettre en place. On se tournerait peut-être vers des associations.

Concernant l’homosexualité, on est souvent obligé de poser des limites claires à propos de ce qu’on entend en classe. Les élèves comprennent le racisme, l’antisémitisme, mais ils ont beaucoup de mal à comprendre l’homophobie. Une fois, un élève m’a dit : "Je ne comprends pas qu’on soit raciste, mais je n’aime pas les homosexuels, et c’est comme ça". Il a bien compris que c’était une forme d’exclusion mais pour lui c’était acceptable.

Le contexte familial est le plus important. On ne pèse pas aussi lourd que les grands frères, les responsables religieux…

En tout cas sur ces sujets, transidentité, homophobie, il y a du mieux ces dernières années : tous les débats autour du Mariage pour tous (loi votée en 2013, ndlr) ont été positifs. Les élèves comprennent qu’on en parle en classe, alors qu’il y a 15 ans, c’était tabou. 

Camille, 39 ans, enseigne l’histoire-géographie dans un collège classé REP+ des Yvelines 

Je pense que l’Éducation nationale ne fait rien pour intégrer des élèves trans. En même temps, je n’ai jamais été confrontée à cette situation.

En revanche, les propos homophobes sont assez récurrents. Dans certaines classes, les élèves ont même l’air de penser qu’être homophobe est la norme. Ils avancent toujours les mêmes arguments : ce n’est pas naturel, c’est contre la religion…

En ce qui me concerne, le sujet est abordé lorsque j’évoque la loi sur le Mariage pour tous. J’ai très souvent des réactions théâtrales de rejet. Je peux mettre rapidement un terme à un débat non constructif en rappelant le sens de cette loi et le principe d’égalité.

Néanmoins, j’ai eu des élèves qui assumaient leur homosexualité.

Ce fut le cas d’un élève de troisième. On sentait que cela troublait ses camarades. Cet élève faisait fi des provocations. Il a fait partie des lauréats du concours d’éloquence. Il est arrivé habillé de manière très colorée sur scène et a commencé à lire son texte. C’était un texte lumineux, sincère, dans lequel il expliquait qu’avant sa vie était en noir et blanc, mais que désormais, il s’acceptait, et que sa vie était très colorée.

Il démontait l’argument religieux en expliquant que, si Dieu l’avait créé ainsi, c’est qu’il ne devait pas être totalement contre et que de toute manière, seul lui était en droit de le juger. C’était aussi fort qu’émouvant et l’ensemble de la salle s’est levée pour l’acclamer. »

Philippe, 54 ans, enseigne l’histoire-géographie dans un village du Puy-de-Dôme 

Le thème du genre est devenu "à la mode" au cours des dernières années dans notre pays, mais dans ma classe ce n’est pas le cas. Pourquoi ? C’est un sujet très personnel, donc l’enseignant que je suis ne veut pas s’en mêler.

Au cours de ma carrière désormais longue, j’ai eu quelques élèves dont on voyait qu’ils se cherchaient sur le plan de leur identité sexuelle.

De mon point de vue, les quelques élèves qui semblaient être homosexuels n’ont pas subi de rejet. Pourtant, dans une cour de récréation, les propos homophobes de type "pédé" sont utilisés, mais pas forcément parce que l’élève visé le serait. Je crains que cela ne fasse partie d’un certain langage courant. 

 

> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Histoire
Macron, d'accord avec la famille de Rimbaud, écarte l'entrée du poète au Panthéon
 

Emmanuel Macron écarte l'idée de faire entrer Arthur Rimbaud au Panthéon, suivant en cela la volonté des descendants du poète, malgré une pétition en ce sens au nom, notamment, de la reconnaissance de l'homophobie dont le poète a été victime.
 
 
 
 
  
Corée-du-Sud
Sexiste, homophobe, anti-handicapés... un chatbot déraille
 

Un très populaire chatbot sud-coréen, un robot conversationnel permettant aux internautes de papoter avec ce qui serait une étudiante de 20 ans, a été désactivé cette semaine après avoir tenu des propos sexistes, homophobes et irrespectueux vis-à-vis des handicapés.
 
 
 
 
  
Rouen
6 ans de prison ferme contre un homme accusé d'agression homophobe
 

Six ans de prison ferme ont été prononcés contre un homme accusé d'avoir violemment agressé un homosexuel en 2018 à Rouen, mercredi lors de l'audience devant la cour criminelle de Seine-Maritime.
 
 
 
 
  
Pologne
Trois militantes polonaises jugées pour avoir auréolé la Vierge d'un arc-en-ciel
 

Le procès de trois militantes des droits des homosexuels, accusées d'avoir offensé les sentiments religieux en collant des affiches de la Vierge Marie auréolée d'un arc-en-ciel, a commencé mercredi devant une cour de justice polonaise.
 
 
 
 
  
Projet de loi bioéthique / PMA
Mobilisation des associations avant la seconde lecture au Sénat
 

Avant la discussion du projet de loi bioéthique en seconde lecture au Sénat, plusieurs associations LGBT se mobilisent pour défendre certaines revendications absentes du texte. 
 
 
 
 
  
Lutte contre l'homophobie
Frédéric Potier quitte ses fonctions à la tête de la Dilcrah
 

Après trois années à la tête de la Dilcrah, la délégation interministérielle en charge de la lutte contre l'homophobie, Frédéric Potier s'apprête à quitter ses fonctions.   
 
 
 
 
  
Europe
Un eurodéputé lituanien sommé de s'excuser après des propos homophobes
 

L'eurodéputé lituanien Viktor Uspaskich s'est vu intimer l'ordre de présenter des excuses pour des propos anti-LGBT sous peine d'être expulsé de son groupe politique.  
 
 
 
 
  
Réseaux sociaux
Non, Barbie n'a pas de petite amie
 

Malgré un tweet viral sur la toile l'affirmant, Barbie n'a malheureusement pas de petite amie et n'est pas membre de la communauté LGBT.
 
 
 
 
  
Réfugiés
A Paris, une colocation pour des lesbiennes exilées en errance
 

"Vous avez vu la vue?": tout sourire dans son sweat blanc à capuche, "Fatou" montre à travers la fenêtre le Sacré Coeur illuminé dans la nuit, visible depuis l'"Escale", une colocation pour lesbiennes exilées en errance.
 
 
 
 
  
Grande-Bretagne / Attaque de Reading
Le meurtrier de trois homosexuels condamné à la prison à perpétuité
 

Khairi Saadallah, le terroriste qui a tué trois homosexuels lors de l'attaque meutrière de Reading en juin 2020, a été emprisonné pour le reste de sa vie.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site