e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Deux députés veulent assouplir les mesures contre les supporters ultras dans les stades - Foot / Homophobie  
Foot / Homophobie
Deux députés veulent assouplir les mesures contre les supporters ultras dans les stades
 

Deux députés appellent à une politique plus souple vis-à-vis des supporters sportifs et des groupes ultras, dans un rapport examiné mercredi au Parlement. Une position qui devrait réjouir les groupes de fans familiers des injures racistes et homophobes dans les stades. 

 
 
 
 

Fin des sanctions collectives comme les fermetures de tribunes, usage encadré des fumigènes, moins d'interdictions de stade et de déplacements: deux députés appellent à une doctrine plus souple vis-à-vis des supporters et des groupes ultras, dans un rapport examiné mercredi au Parlement.

Cette mission d'information, menée par l'ancienne ministre des Sports Marie-George Buffet (PCF) et Sacha Houlié (LREM), connus pour être à l'écoute des revendications des supporters, avait été lancée plusieurs mois avant l'irruption du Covid-19, qui a mis à l'arrêt plusieurs championnats européens de football et oblige les ligues à envisager la reprise à huis clos.

De manière générale, les deux députés dressent un bilan très mitigé des mesures répressives, qui selon eux n'ont pas fait baisser le nombre d'interpellations (entre 700 et 800 par saison). Ils plaident pour un meilleur dialogue entre les autorités, les clubs et les groupes de supporters, à qui ils veulent accorder plus de confiance et de responsabilités.

Oui aux fumigènes 

La question empoisonne depuis des années les relations entre les clubs, les ultras et les autorités. Selon les deux députés, la politique actuelle d'interdiction des fumigènes au motif de leur dangerosité est inefficace (entre 2.000 à 3.000 usages d'engins pyrotechniques par saison sont relevés par la Division nationale de lutte contre le hooliganisme, DNLH) et a des effets pervers. Elle conduit par exemple les clubs à négocier discrètement avec les supporters le nombre de fumigènes qu'ils vont craquer, pour espérer écoper d'une amende (1,4 millions d'euros pour les clubs de L1 en 2018-2019, 418.500 en L2) et non d'un huis clos, total ou partiel, devant la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP).

Les deux députés appellent à mettre fin aux "sanctions collectives", comme les fermetures de tribune ou les huis clos, une revendication phare des supporters. Ils prônent aussi une expérimentation pour un "usage encadré" des "fumis", en privilégiant "une zone dédiée en tribune" et "la poursuite des études sur les fumigènes dits 'froids'".

Des interdictions à encadrer 

Marie-George Buffet et Sacha Houlié étrillent les interdictions administratives de stade (IAS) et de déplacement, ordonnées par les préfectures, parlant d'un "équilibre rompu" entre ordre public et libertés fondamentales. Introduites en 2006 pour mettre à l'écart les supporters les plus violents sans passer par la case judiciaire, les IAS ont vu leur durée passer de trois mois à trois ans maximum et sont devenues "davantage un moyen de sanctionner la détention ou l'usage de fumigènes que de prévenir la commission des violences", regrettent-ils, en dénonçant aussi une "opacité" autour des chiffres officiels, même si "la tendance est plutôt à la baisse".

Quant aux interdictions partielles ou totales de déplacement de supporters, qui peuvent aussi être décidées par le ministère de l'Intérieur, elles ont triplé depuis 2014-2015 (de 39 à 125 en 2018-2019, chiffres DNLH). Selon les députés, les préfectures y ont trop souvent recours par facilité et "par précaution", "aux dépens de la liberté d'aller et venir de certains citoyens, sous prétexte qu'ils sont des supporters".

Ils proposent de mieux encadrer ces mesures. Pour les IAS, en améliorant les voies de recours, en réduisant la durée maximale à 6 mois (12 en cas de récidive) et en aménageant les obligations de pointage au commissariat. Quant aux interdictions de déplacement, ils réclament plus d'autorité pour la DNLH et un meilleur dialogue en amont entre les acteurs, un chemin déjà pris avec une circulaire de novembre 2019.

Davantage de dialogue 

Tout n'est pas à jeter, selon les députés, qui voient comme des avancées la création de l'Instance nationale du supportérisme (INS), les référents supporters dans les clubs, qu'ils appellent à valoriser, et l'expérimentation des tribunes debout, interdites depuis le drame de Furiani en 1992. Ils proposent d'étendre cette expérimentation, en faisant remarquer que le PSG doit remplacer entre 80 et 120 sièges cassés par match au Parc des Princes.

Les deux députés regrettent aussi la vive polémique de l'été 2019 sur les chants homophobes, quand le gouvernement, avec la ministre des Sports Roxana Maracineanu en tête, a durci le ton en appelant les arbitres à interrompre les matches. Une polémique selon eux "contreproductive car elle a mis en péril le dialogue et le travail qui étaient en cours entre les supporters, les autorités et plusieurs associations".

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
PMA pour toutes
45 députés réclament le retour du projet de loi sur la PMA à l'Assemblée
 

Quarante-cinq députés de tous bords, ainsi que des personnalités et associations, plaident pour un retour en septembre à l’Assemblée du projet de loi bioéthique ouvrant la PMA à toutes les femmes car il y a "urgence", dans une tribune au Journal du Dimanche du 31 mai.
 
 
 
 
  
Pédophilie
Dans l'affaire Preynat, l'Église ouvre la voie à une indemnisation des victimes
 

Le tribunal ecclésiastique de Lyon a ouvert la voie à l’indemnisation d’une vingtaine de victimes de l’ex-prêtre Bernard Preynat, condamné en mars pour agressions sexuelles sur mineurs, a-t-on appris ce samedi 30 mai auprès du diocèse de Lyon.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Mort de Larry Kramer, militant homosexuel et pionnier de la lutte contre le sida
 

Larry Kramer, militant homosexuel et pionnier de la lutte contre le sida au travers de l'organisation Act Up, est mort mercredi à New York à l'âge de 84 ans.
 
 
 
 
  
Patinage artistique
S'exposer sert la cause homosexuelle, estime Guillaume Cizeron
 

Guillaume Cizeron, vice-champion olympique 2018 de danse sur glace avec Gabriella Papadakis, estime que "s'exposer sert la cause" homosexuelle, dans un entretien au magazine Têtu publié mardi, quelques jours après avoir posté une photo de lui et de son compagnon sur les réseaux sociaux.
 
 
 
 
  
Pologne
Un couple gay distribue des masques arc-en-ciel dans les zones sans LGBT
 

Un couple homosexuel polonais s'est rendu dans les tristes "zones sans LGBT" du pays pour lutter contre l'homophobie et le Covid 19 en distribuant des masques arc-en-ciel. Un moyen de faire progresser la tolérance dans une population lagement homophobe. 
 
 
 
 
  
Irlande / Covid 19
Polémique après des images du Premier ministre gay avec des amis dans un parc de Dublin
 

Des images et des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrant le Premier ministre irlandais Leo Varadkar torse nu avec son compagnon et des amis dans le Phoenix Park à Dublin ont suscité une vague de critiques alors que l'Irlande déconseille officiellement ce type de sortie.
 
 
 
 
  
Maroc
Un journaliste placé en détention pour agression sexuelle sur un jeune homme
 

La justice marocaine a placé lundi en détention préventive le rédacteur en chef du quotidien indépendant Akhbar al-Yaoum, Soulaimane Raissouni, soupçonné d'agression sexuelle, a-t-on appris auprès de son avocat.
 
 
 
 
  
Amériques
Le Costa Rica légalise le mariage gay, une première en Amérique centrale
 

Le Costa Rica est désormais le huitième pays du continent américain à légaliser le mariage gay, le premier en Amérique centrale et le 29e dans le monde.
 
 
 
 
  
Municipales
Marie Cau, élue dans le Nord, devient la première maire transgenre en France
 

"Ce qui est étonnant, c'est que ce soit étonnant !", sourit Marie Cau, devenue samedi, à Tilloy-lez-Marchiennes (Nord), la première maire transgenre en France. Largement élue, "d'abord sur un programme", elle entend "réveiller le village" en développant écologie et lien social.
 
 
 
 
  
Tchétchénie
Le tyran anti-gay Kadyrov hospitalisé pour de graves symptômes de coronavirus
 

Ramzan Kadyrov, le tyran tchétchène qui a organisé des purges violentes et criminelles contre les homosexuels de sa région, membre de la Fédération de Russie, aurait été hospitalisé pour de graves symptômes de coronavirus.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site