e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Deux députés veulent assouplir les mesures contre les supporters ultras dans les stades - Foot / Homophobie  
Foot / Homophobie
Deux députés veulent assouplir les mesures contre les supporters ultras dans les stades
 

Deux députés appellent à une politique plus souple vis-à-vis des supporters sportifs et des groupes ultras, dans un rapport examiné mercredi au Parlement. Une position qui devrait réjouir les groupes de fans familiers des injures racistes et homophobes dans les stades. 

 
 
 
 

Fin des sanctions collectives comme les fermetures de tribunes, usage encadré des fumigènes, moins d'interdictions de stade et de déplacements: deux députés appellent à une doctrine plus souple vis-à-vis des supporters et des groupes ultras, dans un rapport examiné mercredi au Parlement.

Cette mission d'information, menée par l'ancienne ministre des Sports Marie-George Buffet (PCF) et Sacha Houlié (LREM), connus pour être à l'écoute des revendications des supporters, avait été lancée plusieurs mois avant l'irruption du Covid-19, qui a mis à l'arrêt plusieurs championnats européens de football et oblige les ligues à envisager la reprise à huis clos.

De manière générale, les deux députés dressent un bilan très mitigé des mesures répressives, qui selon eux n'ont pas fait baisser le nombre d'interpellations (entre 700 et 800 par saison). Ils plaident pour un meilleur dialogue entre les autorités, les clubs et les groupes de supporters, à qui ils veulent accorder plus de confiance et de responsabilités.

Oui aux fumigènes 

La question empoisonne depuis des années les relations entre les clubs, les ultras et les autorités. Selon les deux députés, la politique actuelle d'interdiction des fumigènes au motif de leur dangerosité est inefficace (entre 2.000 à 3.000 usages d'engins pyrotechniques par saison sont relevés par la Division nationale de lutte contre le hooliganisme, DNLH) et a des effets pervers. Elle conduit par exemple les clubs à négocier discrètement avec les supporters le nombre de fumigènes qu'ils vont craquer, pour espérer écoper d'une amende (1,4 millions d'euros pour les clubs de L1 en 2018-2019, 418.500 en L2) et non d'un huis clos, total ou partiel, devant la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP).

Les deux députés appellent à mettre fin aux "sanctions collectives", comme les fermetures de tribune ou les huis clos, une revendication phare des supporters. Ils prônent aussi une expérimentation pour un "usage encadré" des "fumis", en privilégiant "une zone dédiée en tribune" et "la poursuite des études sur les fumigènes dits 'froids'".

Des interdictions à encadrer 

Marie-George Buffet et Sacha Houlié étrillent les interdictions administratives de stade (IAS) et de déplacement, ordonnées par les préfectures, parlant d'un "équilibre rompu" entre ordre public et libertés fondamentales. Introduites en 2006 pour mettre à l'écart les supporters les plus violents sans passer par la case judiciaire, les IAS ont vu leur durée passer de trois mois à trois ans maximum et sont devenues "davantage un moyen de sanctionner la détention ou l'usage de fumigènes que de prévenir la commission des violences", regrettent-ils, en dénonçant aussi une "opacité" autour des chiffres officiels, même si "la tendance est plutôt à la baisse".

Quant aux interdictions partielles ou totales de déplacement de supporters, qui peuvent aussi être décidées par le ministère de l'Intérieur, elles ont triplé depuis 2014-2015 (de 39 à 125 en 2018-2019, chiffres DNLH). Selon les députés, les préfectures y ont trop souvent recours par facilité et "par précaution", "aux dépens de la liberté d'aller et venir de certains citoyens, sous prétexte qu'ils sont des supporters".

Ils proposent de mieux encadrer ces mesures. Pour les IAS, en améliorant les voies de recours, en réduisant la durée maximale à 6 mois (12 en cas de récidive) et en aménageant les obligations de pointage au commissariat. Quant aux interdictions de déplacement, ils réclament plus d'autorité pour la DNLH et un meilleur dialogue en amont entre les acteurs, un chemin déjà pris avec une circulaire de novembre 2019.

Davantage de dialogue 

Tout n'est pas à jeter, selon les députés, qui voient comme des avancées la création de l'Instance nationale du supportérisme (INS), les référents supporters dans les clubs, qu'ils appellent à valoriser, et l'expérimentation des tribunes debout, interdites depuis le drame de Furiani en 1992. Ils proposent d'étendre cette expérimentation, en faisant remarquer que le PSG doit remplacer entre 80 et 120 sièges cassés par match au Parc des Princes.

Les deux députés regrettent aussi la vive polémique de l'été 2019 sur les chants homophobes, quand le gouvernement, avec la ministre des Sports Roxana Maracineanu en tête, a durci le ton en appelant les arbitres à interrompre les matches. Une polémique selon eux "contreproductive car elle a mis en péril le dialogue et le travail qui étaient en cours entre les supporters, les autorités et plusieurs associations".

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Nouveau gouvernement
Bachelot, Schiappa, Véran, Attal, Riester, Darmanin : un casting hétéroclite sur les questions LGBT
 

Le nouveau gouvernement composé par Jean Castex et le président de la République comprend quelques ministres gay-friendly au milieu d'un casting largement indifférent aux questions LGBT ou carrément frileux à leur égard.
 
 
 
 
  
Paris
Deux bars gays tagués avec des croix gammées
 

Des croix gammées et des symboles d'extrême droite ont été tagués sur deux bars gay ou gay friendly du centre de Paris en une semaine. Anne Hidalgo a condamné ces dégradations visant manifestement la communauté LGBT.
 
 
 
 
  
Données personnelles
Le nouveau dossier pénal numérique attaqué en justice par des associations LGBT
 

Quatre associations LGBT ont déposé lundi un recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d'Etat contre le tout nouveau "dossier pénal numérique" destiné à numériser la totalité de la procédure judiciaire, l'accusant de permettre le "fichage des homosexuels".
 
 
 
 
  
Irlande
Le nouveau ministre de l'Enfance, ouvertement gay, odieusement attaqué par l'extrême droite
 

Roderic O’Gorman, ouvertement homosexuel, a été nommé ministre chargé de l’Enfance dans le nouveau gouvernement irlandais. Cette nomination a suscité des attaques de la part de l'extrême droite qui n'a pas hésité à brandir le spectre de la pédophilie.
 
 
 
 
  
Sida
Des progrès compromis par l'épidémie de Covid-19
 

Le nombre de morts liées au sida a continué de baisser l'an dernier et l'accès aux traitements s'améliore, mais l'épidémie de Covid-19 risque de mettre ces progrès à mal dans les mois à venir, avertit l'Onusida dans son rapport annuel.
 
 
 
 
  
Paris
2 à 3.000 manifestants rassemblés pour une Gay Pride politique et radicale réduite
 

La Marche des fiertés officielle a été reportée au 7 novembre à cause de l'interdiction des grands rassemblements. Mais des milliers de personnes ont répondu samedi à Paris à l'appel improvisé d'associations pour une manifestation politique et radicale réduite. 
 
 
 
 
  
Russie
Poutine se moque du drapeau arc-en-ciel de l'ambassade américaine
 

Le président russe Vladimir Poutine a tourné en dérision vendredi l'ambassade des Etats-Unis à Moscou, qui avait accroché fin juin un drapeau arc-en-ciel à sa façade, estimant que cela "dit quelque chose" des gens qui y travaillent.
 
 
 
 
  
Pologne
Le président sortant Andrzej Duda veut interdire l’adoption aux couples gay
 

Dans une surenchère homophobe, le président polonais sortant Andrzej Duda, candidat à sa réélection, a affirmé samedi vouloir inscrire dans la Constitution l'interdiction d'adopter pour les couples homosexuels. 
 
 
 
 
  
Genre
Les Pays-Bas vont supprimer la mention du genre sur les cartes d'identité
 

Le genre des citoyens néerlandais ne sera plus mentionné sur leur carte d'identité d'ici quelques années, une inscription jugée "inutile" par la ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Science Ingrid van Engelshoven.
 
 
 
 
  
Russie
Poutine appelle à bloquer toute propagande en faveur de l'homosexualité
 

Dans une allocution prononcée samedi, le président russe, Vladimir Poutine, a appelé les autorités publiques à barrer la route à toute "propagande des valeurs non-conventionnelles russes", autrement dit à l’homosexualité.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site