e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Facebook mesure pour la 1ere fois ses efforts contre les contenus répréhensibles - Internet   
Internet
Facebook mesure pour la 1ere fois ses efforts contre les contenus répréhensibles
 

Facebook a publié pour la première fois mardi un bilan chiffré de ses efforts pour supprimer de sa plateforme les contenus contrevenant à ses règles d'utilisation, qu'il s'agisse d'images à caractère sexuel, de commentaires haineux ou de propagande terroriste.

 
 
 
 

Selon ce rapport inédit, qui s'inscrit dans des efforts de transparence du groupe confronté au scandale Cambrige Analytica, 3,4 millions d'images violentes ont été supprimées ou assorties d'avertissements au premier trimestre 2018, presque le triple du trimestre précédent.

Un bond lié principalement, selon le réseau, à une amélioration de ses technologies d'analyse, qui font de plus en plus appel à l'intelligence artificielle.

Dans près de 86% des cas, ces images ont été détectées par le réseau avant même lui avoir été préalablement signalés, et elles ont représenté moins de 0,3% des contenus visionnés sur sa plateforme entre janvier et mars.

Concernant les images de nudité ou d'activité sexuelle (hors pédopornographie), le groupe déclare 21 millions d'éléments supprimés au premier trimestre, autant que fin 2017.

Cela représente moins de 0,1% des contenus visionnés, et près de 96% des cas les images sont supprimées avant tout signalement. Parfois avec trop de zèle, comme lorsque le réseau censure certaine oeuvres d'art pourtant tolérées par ses règles, à l'image de "La liberté guidant le peuple" de Delacroix.

Concernant la propagande terroriste, le groupe a confirmé des chiffres de fin avril : 1,9 million de contenus ont été supprimés au premier trimestre, soit 73% de plus qu'au 4e trimestre 2017, grâce à des améliorations technologiques. 99,5% des contenus supprimés l'ont été avant tout signalement.

Facebook peine en revanche à détecter les messages de haine. Le groupe dit en avoir supprimé 2,5 millions au 1er trimestre (56% de plus qu'au trimestre précédent), mais seuls 38% ont été détectés avant tout signalement.

Malheureusement, Facebook n'a pas fourni d'estimation de leur prévalence sur sa plateforme. Le groupe explique avoir du mal à gérer ces messages car l'intelligence artificielle peine encore à trier le bon grain de l'ivraie: des insultes racistes ou homophobes peuvent par exemple être "réappropriées" par les minorités qu'elles visent, ou dans le but de les dénoncer, ce qui est normalement permis par la plateforme. Et seules les attaques contre les personnes sont interdites, pas celles visant une idéologie ou une institution.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Football
La ministre des Sports insiste sur la possibilité d'interrompre les matches en cas d'homophobie
 

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a rappelé mercredi que les arbitres avaient la "possibilité d'interrompre les matches" en cas d'incidents homophobes dans les stades, au même titre que pour des actes racistes.
 
 
 
 
  
Eglise catholique
Le nonce apostolique accusé d'agressions sexuelles a été entendu par la police
 

Le nonce apostolique visé par une enquête à Paris pour "agressions sexuelles" a été entendu récemment "à sa demande" par la police judiciaire, a appris jeudi l'AFP de sources judiciaire et proche du dossier, confirmant une information d'Europe 1.
 
 
 
 
  
International
Les eurodéputés appellent Brunei à cesser de criminaliser les homosexuels
 

Le Parlement européen a appelé jeudi le sultanat de Brunei à "cesser de criminaliser les relations homosexuelles consenties", désormais passibles, dans ce petit Etat d'Asie, de la peine de mort par lapidation.
 
 
 
 
  
Rugby / Australie
Après ses injures homophobes, l'Australien Folau conteste la résiliation de son contrat
 

L'arrière vedette des Wallabies Israel Folau a formellement décidé de contester la résiliation de son contrat décidée par la Fédération australienne à la suite de ses nouvelles injures homophobes, a annoncé mercredi Rugby Australia.
 
 
 
 
  
Football
Contre l'évidence, les supporters lensois nie le caractère homophobe de leurs insultes
 

Les supporters lensois qui ont repris des insultes homophobes vendredi n'ont "pas pensé que les mots pouvaient blesser" quiconque, a réagi mardi le groupe d'ultras Red Tigers, en dénonçant un "buzz médiatique" de la part du collectif anti-homophobie Rouge Direct.
 
 
 
 
  
Russie
Une transgenre remporte une victoire surprise devant la justice
 

C'est un succès rare en Russie, où les discriminations contre les minorités sexuelles sont fréquentes: une femme transgenre a remporté à Saint-Pétersbourg son procès contre son ancien employeur, qui l'avait licencié après son changement de sexe au prétexte que son métier était "interdit aux femmes".
 
 
 
 
  
Football
La justice ouvre une enquête après des injures homophobes lors du match Lens-Valenciennes
 

Une enquête a été ouverte lundi suite à la publication d'une vidéo dans laquelle des supporters profèrent des chants "provocateurs, à possible caractère homophobe", lors d'un match de Ligue 2 Lens-Valenciennes organisé vendredi à Lens, a indiqué le parquet de Béthune.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
La Cour suprême refuse d'examiner le recours d'un condamné à mort gay
 

La Cour suprême des Etats-Unis a refusé lundi d'examiner l'appel d'un condamné à mort homosexuel qui estime avoir été victime des préjugés d'un juré sur son orientation sexuelle.
 
 
 
 
  
Villejuif
Un jeune gay se tue en cherchant à échapper à son agresseur
 

Un jeune gay est décédé dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 avril après avoir invité chez lui un homme rencontré dans un bus de nuit. Son ami, qui l'accompagnait, a été poignardé, mais est en vie bien que dans un état grave.
 
 
 
 
  
Vatican
L'analyse de Benoît XVI sur la pédophilie dans l'église sous une pluie de critiques
 

L'analyse de Benoît XVI pointant la révolution sexuelle de 1968 comme une cause des scandales de pédophilie de l'Eglise, est torpillée par des experts rappelant que le phénomène remonte aux premiers siècles du christianisme.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site