e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Florian Philippot quitte le parti d'extrême droite, <I>où il n'avait pas sa place</I> - Front National  
Front National
Florian Philippot quitte le parti d'extrême droite, où il n'avait pas sa place
 

Le départ du vice-président du FN signe la fin de l'opération de "dédiabolisation" du parti d'extrême droite tentée par cet ambitieux issu de la gauche souverainiste. Homosexuel assumé après un outing, il n'a jamais été accepté par la base miltante et était honni par la puissante aile traditionnaliste.

 
 
 
 

Le vice-président du Front national a annoncé sa démission jeudi matin sur France 2. Il avait refusé de quitter la présidence de son association "Les Patriotes" et s'est vu retirer ses responsabilités par Marine Le Pen. 

"On m'a dit que j'étais vice-président à rien... Ecoutez, je n'ai pas le goût du ridicule, je n'ai jamais eu le goût de rien faire, donc bien sûr je quitte le Front national", a annoncé celui qui a longtemps été considéré comme le bras droit de Marine Le Pen. Sur Twitter, il s'est dit "peiné" de prendre cette décision.

Son opération de "dédiabolisation" du FN a donc vécu. Florian Philippot a échoué. Le Front National va redevenir ouvertement et officiellement ce qu'il n'a jamais cessé d'être: un parti raciste, antisémite, islamophobe et homophobe.  

La tentative politique de Philippot de transformer le parti d'extrême droite fondé par Jean-Marie Le Pen en mouvement souverainiste et populiste sur le modèle de certains partis de la même obédience nord européens n'aura pas pris.

Philippot paye là deux illusions. Celle de penser que la famille Le Pen pourrait partager ce parti qui est sa propriété personnelle avec d'autres et ensuite que son profil personnel, issu de la gauche souverainiste et homosexuel ne poserait pas problème.

 "Je n'avais pas ma place, alors il fallait trouver des prétextes...", a-t-il reconnu aujourd'hui. Il aura mis du temps à le comprendre.

En réalité, Florian Philippot n'a jamais été accepté au sein du parti. Seule sa relation personnelle avec Marine Le Pen lui a valu sa position éminente. 

La base militante réactionnaire et la fraction traditionnaliste incarnée notamment par la nèce Le Pen lui vouaient une solide détestation lui reprochant notamment d'être chef de file d'un "lobby gay" qui existerait au FN. 

L'échec de Marine Le Pen à la dernière présidentielle imputée à la stratégie Philippot était donc l'occasion de lui faire un sort. 

La présidente du FN, contestée depuis sa campagne et son débat télévisé ratés, n'a pas hésité à sacrifier son ami pour tenter de sauver sa peau.

Si elle veut se maintenir à la tête du parti, elle va devoir de surcroît abandonner la ligne poltique concoctée par Philippot qui lui a été maintes fois reprochée par la tendance dure du parti qui a repris du poil de la bête depuis la présidentielle et va s'imposer manifestement lors du prochain congrès du Front.

On peut parier que la relative réserve de Marine Le Pen sur la question du mariage gay, lorsqu'elle refusait de rejoindre les défilés de la Manif pour tous par exemple, va tomber et que le FN affichera dorénavant sans complexe l'homophobie inscrite dans son ADN. 

"Un retour en arrière absolument terrifiant", a prédit Philippot en commentant sa démission.

Le fondateur du parti, Jean-Marie Le Pen doit se réjouir de ce dénouement, lui qui n'a cessé de critiquer Philippot à coups de calembours homophobes.

Parions aussi que Marion Maréchal-Le Pen ne tardera pas à revenir dans l'arène pour faire prévaloir ses valeurs traditionnalistes et se poser en succeseure de sa tante affaiblie.

La côture de l'épisode Philippot a le mérite de remettre les choses au clair. Le Front National n'est pas ce que cet ambitieux jeune homme a tenté de nous faire croire. 

Les camarades frontistes homosexuels de Philippot doivent serrer les fesses ce matin. Les Briois, Chenu et autres plus ou moins planqués voient leur paratonnerre chuter.

Quant aux électeurs gays du FN, puisse cet mésaventure leur ouvrir les yeux. 


 
  
  L'Actu
 
 
  
Interview TF1
Macron maintient le flou sur la légalisation de la PMA pour les couples de femmes
 

Emmanuel Macron, qui avait promis au cours de sa campagne d'ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, y compris lesbiennes et célibataires, a souhaité dimanche sur TF1 "un débat apaisé dans le courant de l'année 2018 sur la question.
 
 
 
 
  
Elections législatives
L'Autriche vers une coalition droite/extrême droite, menace pour les droits LGBT
 

La victoire des conservateurs dimanche aux législatives, et la perspective d'une alliance avec l'extrême droite menacent les droits LGBT autrichiens et en particulier le projet de légalisation du mariage gay. 
 
 
 
 
  
Maroc
Le ministre marocain des droits de l'homme qualifie les homosexuels d'ordures
 

Le ministre marocain des droits de l'Homme, Mustapha Ramid, a qualifié les homosexuels d'"ordures" lors d'une interpellation journalistique sur la pénalisation de l'homosexualité.
 
 
 
 
  
Paris
Bruno Julliard annonce la création d'un centre d'archives LGBT en 2020
 

Véritable serpent de mer, le projet de centre d'archives LGBT devrait enfin disposer d'un lieu à Paris en 2020.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
La Maison Blanche retire son soutien au Stonewall Inn comme Monument national
 

Donald Trump n'en finit pas de revenir sur les mesures de soutien à la communauté LGBT prises par son prédécesseur Barck Obama. Dernier mesure en date, le retrait du soutien de l'Etat fédéral au Stonewall Inn comme "Monument national".
 
 
 
 
  
Haute-Savoie
Une bande de jeunes visaient des homosexuels avec une carabine 22 long rifle
 

On a frôlé le pire en Haute-Savoie où une bande de jeunes avait entrepris de tirer à la carabine sur des homosexuels. 
 
 
 
 
  
Droite
Sens Commun fait un appel du pied à Marion Maréchal-Le Pen
 

L'appel du pied du président de Sens Commun, émanation politique de la Manif Pour tous et mouvement associé aux Républicains, à Marion Maréchal-Le Pen passe mal, officiellement, dans les rangs du parti de droite.
 
 
 
 
  
Kosovo
Première gay pride dans les rues de Pristina
 

Une Gay pride a été organisée pour la première fois mardi dans les rues de Pristina, la capitale du Kosovo, dont la société reste très patriarcale.
 
 
 
 
  
Transgenres
La Grèce autorise le changement de sexe à partir de 15 ans
 

Le Parlement grec a voté mardi une loi autorisant le changement de sexe à partir de 15 ans, ce qui a provoqué une polémique entre le gouvernement de gauche au pouvoir d'une part et l'opposition de droite et l'Eglise orthodoxe de Grèce d'autre part.
 
 
 
 
  
Campagne anti-PMA
Ne laissons pas la haine à nouveau envahir les rues !, met en garde l'APGL
 

L’APGL – Association des Parents et futurs parents Gay et Lesbiens – se dit scandalisée par la récente campagne de la Manif pour tous comparant les enfants nés par PMA à des légumes OGM. L'association y voit "la porte ouverte à des déferlantes haineuses à l’encontre des familles homoparentales". 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site