e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Homosexuel en Tchétchénie, c'est la mort ou l'exil - Témoignages 
Témoignages
Homosexuel en Tchétchénie, c'est la mort ou l'exil
 

Ilia a les traits tirés par la fatigue. Battu et torturé par des hommes en uniforme militaire, cet homosexuel a fui à Moscou où il vit la peur au ventre. "En Tchétchénie, j'avais le choix entre mentir ou mourir", résume-t-il.

 
 
 
 

A 20 ans, il se cache désormais dans une petite maison en brique rouge de la banlieue moscovite, qu'il partage avec cinq autres Tchétchènes ayant eux aussi quitté précipitamment la petite république musulmane du Caucase russe.

Tous refusent de révéler leur véritable identité par peur d'être identifiés et traqués. "Si un de mes proches apprend que je suis homosexuel, il n'hésitera pas une seconde à me tuer", explique l'un d'entre eux, Nortcho. "Et s'ils ne le font pas, alors ils se feront tuer pour ne pas avoir rétabli l'honneur de la famille."

Si la Russie montre régulièrement un visage homophobe, la question se pose avec une acuité encore plus grande en Tchétchénie, société conservatrice où l'homosexualité, considérée comme un tabou, est un crime passible de mort dans la majorité des familles.

Fin mars, une enquête du journal indépendant Novaïa Gazeta a suscité l'indignation. Le média, connu pour ses enquêtes critiques à l'égard de Ramzan Kadyrov, qui dirige d'une main de fer la république depuis dix ans, révèle que les homosexuels sont la cible des autorités locales.

Ces accusations sont d'autant plus prises au sérieux que ses milices, les "kadyrovtsi", sont accusés depuis des années par les défenseurs des droits de l'Homme d'exactions et d'enlèvements. Selon le journal, les autorités ont arrêté plus de 100 homosexuels et incité leurs familles à les tuer pour "laver leur honneur".

Toujours selon Novaïa Gazeta, au moins deux personnes ont été assassinées par leurs proches et une troisième est décédée des suites d'actes de tortures.

Interrogé sur les accusations de Novaïa Gazeta, le porte-parole de Ramzan Kadyrov élude le problème: il ne peut pas y avoir d'exactions contre les gays puisque ceux-ci "n'existent pas" en Tchétchénie.

La parution de l'enquête suscite également une vague d'indignation à l'étranger, dont celle de l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, qui s'est dite lundi "troublée" par ces informations. 

Sursis

A Moscou, la Ligue LGBT vient en aide aux Tchétchènes en fuite et reçoit "trois à quatre demandes d'aide par jour", selon Olga Baranova, responsable de l'antenne moscovite de cette ONG. Au total, près de vingt personnes en danger ont déjà été exfiltrées à Moscou, dit-elle.

Même s'il est à plus de 1.800 km de Grozny, Ilia continue de sursauter à chaque fois qu'une voiture s'approche de la maison, protégée par des grilles.

"En m'aidant, la Ligue m'a donné un sursis mais on finira par me retrouver", murmure-t-il. En octobre, il a été emmené dans un champ et battu par trois hommes en uniforme militaire. Une immense cicatrice balafre le bas de son visage. "Ils ont tout filmé. Ils m'ont dit que ça finirait sur les réseaux sociaux si je ne payais pas 200.000 roubles (3.350 euros). Je me suis endetté et j'ai payé", raconte-t-il, la voix nouée.

Il a ensuite fui pour Moscou. "Des militaires sont venus voir ma mère et lui ont révélé que je suis homosexuel", confie Ilia. "Je suis terrifié. Je n'ai pas réussi à dormir depuis que je suis parti de Grozny."

Z. a quitté la Tchétchénie il y a deux semaines. Lui non plus ne dort plus. La peur que sa femme et leur enfant découvrent son homosexualité le hante. En mars, il a été détenu "dans une prison non-officielle" pendant une semaine. "Il y avait d'autres homosexuels dans la cellule, certains avaient été battus", se souvient-il. "Quand ils m'ont relâché, j'ai compris que je devais partir au plus vite."

Tyrannie absolue

Pour Tania Lokchina, de l'ONG Human Rights Watch, "il suffirait d'un coup de fil du Kremlin à Ramzan Kadyrov pour que les arrestations cessent". Officiellement, une enquête a été ouverte lundi par le Parquet général. Mais les enquêteurs disent n'avoir reçu "aucune plainte officielle" de victime, selon la déléguée russe pour les droits de l'Homme Tatiana Moskalkova, citée par l'agence TASS.

"Imaginer que des personnes viennent témoigner sans garantie de sécurité est tout simplement impossible", s'indigne-t-elle. "Les personnes LGBT, déjà extrêmement vulnérables, doivent, en plus des autorités, craindre leurs propres familles", explique-t-elle.

Pour la journaliste de Novaïa Gazeta, Irina Gordienko, menacée de mort par le Grand Mufti tchétchène après son enquête, Ramzan Kadyrov exerce en Tchétchénie une "tyrannie absolue" avec l'accord tacite du Kremlin. "C'est là le coeur du problème: l'impunité des autorités tchétchènes", conclut-elle.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Présidentielle / 2nd tour
SOS homophobie appelle à voter pour Emmanuel Macron
 

SOS homophobie prend clairement position en faveur d'Emmanuel Macron pour le second tour de l'élection présidentielle. 
 
 
 
 
  
Attentat des Champs-Elysées
Jean-Marie Le Pen estime quer l'hommage à Xavier Jugelé célébrait plus l'homosexuel que le policier
 

Le président d'honneur du Front national s'est dit est "un peu choqué" par l'hommage national au policier abattu sur les Champs-Elysées. Pour lui, cet hommage à Xavier Jugelé célébrait plus l'homosexuel que le policier.
 
 
 
 
  
Macron / Le Pen
Leur projet pour les personnes LGBT
 

Marine Le Pen veut abroger le mariage pour tous alors qu'Emmanuel Macron affiche un soutien aux droits des personnes LGBTI dans une lettre ouverte adressée à la communauté juste avant le 1er tour.
 
 
 
 
  
Allemagne
Le projet de loi réparant l’injustice faite aux homosexuels devant le parlement
 

L'Allemagne ouvre la voie à la réhabilitation et l'indemnisation de quelque 50.000 hommes condamnés pour homosexualité sur la base d'un texte nazi resté en vigueur longtemps après la Deuxième guerre mondiale.
 
 
 
 
  
Présidentielle / 2nd tour
L'Inter-LGBT n'appelle pas à voter Macron
 

Tout en invitant à "battre les idées du Front national", l'Inter-LGBT n'appelle pas à voter Macron au second tour de l'élection présidentielle. 
 
 
 
 
  
Présidentielle / 2nd tour
Lagarde (UDI) demande à LR d'exclure Boutin et Sens commun
 

e président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a souhaité jeudi l'exclusion des Républicains (LR) de Christine Boutin, qui prône un vote en faveur de Marine Le Pen, mais aussi de Sens Commun, qui refuse de choisir entre la candidate du FN et Emmanuel Macron.
 
 
 
 
  
New York
Les habitants de Gay Street transforment une croix chrétienne en symbole LGBT
 

Comment les habitants d'une des rue symboliques de  Greenwich Village ont détourné une croix chrétienne qui voulait les stygmatiser en symbole d'acceptation. 
 
 
 
 
  
Brésil
Des cours de krav maga pour contrer la violence homophobe
 

Les corps s'abattent avec fracas sur le tatami quand Maira se décide à entrer d'un pas hésitant dans la salle de sport: cette transgenre brésilienne assiste pour la première fois à un cours d'auto-défense dédié au public LGBT.
 
 
 
 
  
Cinéma
Le réalisateur du de Philadelphia et du Silence des agneaux Jonathan Demme est mort
 

Le réalisateur américain Jonathan Demme, primé aux Oscars pour "Le silence des agneaux", est décédé mercredi à New York des suites d'un cancer, à l'âge de 73 ans.
 
 
 
 
  
Présidentielle
La Manif pour tous appelle à s'opposer à Macron, candidat ouvertement anti-famille
 

La Manif pour tous, fer de lance de l'opposition à la loi sur le mariage homosexuel, a appelé mardi à ne pas voter en faveur d'Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle, estimant que le représentant d'En Marche! était un "candidat ouvertement anti-famille".
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce