e-llico.com mobile
 
  
  Culture / Médias
 
 
 <I>Chavela Vargas</I>, la vie tempétueuse de la mythique chanteuse mexicaine - Cinéma 
Cinéma
Chavela Vargas, la vie tempétueuse de la mythique chanteuse mexicaine
 

Interprète exceptionnelle, alcoolique au dernier degré, lesbienne, séductrice, irréductible, marginale, authentique : la vie tumultueuse de la chanteuse Chavela Vargas, vénérée en Amérique latine et en Espagne, est retracée dans un film-documentaire qui sort mercredi.

 
 
 
 

.

"La voix de Chavela Vargas m'a fait pleurer plusieurs fois", témoigne Pedro Almodovar, dans le film coréalisé par Catherine Gund et Daresha Kyi.

Le réalisateur de "Volver" fut l'artisan au début des années 1990 en Espagne de la résurrection artistique de la chanteuse, décédée à 93 ans en 2012. Elle figure sur la bande son de plusieurs de ses films et apparaît même dans "La fleur de mon secret".

Le film s'ouvre sur un plan de Chavela Vargas interviewée en 1991 par de jeunes admiratrices l'ayant retrouvée, alors qu'elle avait disparu pendant douze ans et que certains la croyaient morte.

Visage émacié, cheveux courts poivre et sel, l'artiste porte sur elle les stigmates d'une vie d'excès. Même si elle apparaît très digne et affiche une certaine classe.

Des images d'archives la montrent ensuite sur scène, dans les années 50, chantant de manière poignante un de ses classiques, "Soledad" ("Solitude").

Cette solitude a été, finalement, la plus fidèle compagne de Chavela Vargas, malgré les nombreuses aventures qui ont jalonné l'existence de cette séductrice à la forte personnalité.

Le film, nourri d'images d'archives et de témoignages, retrace la vie de celle qui est devenue l'icône de l'émancipation des femmes au Mexique.

L'enfance d'abord, triste et solitaire au Costa Rica, d'une fille alors prénommée Isabel qui se rêvait garçon, et que ses parents cachaient à leurs invités. La jeunesse à Mexico ensuite, où Isabel part s'aventurer, et vit une vie de bohème en chantant dans les rues.

Vêtue en homme

L'adulte, qui impose sa personnalité dans les cabarets de Mexico et les hôtels de luxe d'Acapulco, fréquentés par le tout Hollywood. Vêtue en homme, pantalon serré et poncho, elle invente une nouvelle manière d'interpréter la ranchera, cette complainte où il est question de passion, d'abandon.

La déchéance, enfin, d'une femme qui fit tout pour imposer sa liberté dans un monde d'hommes. Mise à l'écart par la profession, elle vit les portes se fermer et s'est noyée dans l'alcool.

Après cette période autodestructrice, longue d'une quinzaine d'année, la chanteuse trouva l'apaisement au début des années 90 en Espagne, où quelques aficionados dont Pedro Almodovar lui ont permis de renaître.

Cette dernière période de sa vie, celle de la reconnaissance à part entière, est abordée dans le dernier tiers du film, où Chavela exprime son bonheur d'être enfin à l'affiche des grands théâtres.

Catherine Gund et Daresha Kyi s'attardent en outre sur d'autres aspects de la personnalité de Chavela Vargas. Son addiction très forte à l'alcool. "Je me suis pris de sacrées cuites", dit celle qui devait être "la plus virile parmi les mâles", selon une de ses proches.

Le mysticisme aussi d'une personne qui croyait à la puissance des esprits et prétendait avoir été guérie de son addiction grâce au chamanisme.

Et surtout, son homosexualité. Chavela Vargas, qui aurait eu une brève liaison avec la peintre Frida Kahlo, n'a cessé de la vivre pleinement, devenant l'égérie de la communauté lesbienne dans un pays aux traditions bien ancrées. Même si elle ne l'a révélée publiquement qu'en 2001, à plus de 80 ans.

(Source AFP)



 
  
  L'Actu
 
 
  
Eglise catholique
Le pape François réaffirme l'interdiction de la prêtrise aux homosexuels
 

Le Pape a mis en garde les évêques italiens de ne pas accepter les candidats homosexuels au sacerdoce dans un réunion tenue à huis clos en début de semaine.
 
 
 
 
  
Paris
Vandalisme homophobe contre la plaque honorant les derniers condamnés à mort pour homosexualité
 

Les fleurs déposées sur la plaque qui honore la mémoire de Bruno Lenoir et Jean Diot, les deux derniers condamnés à mort pour homosexualité en France, ont été brûlées par un individu hostile aux homosexuels.
 
 
 
 
  
Kenya
L'interdiction de Rafiki est ridicule, affirme la Commission kényane du Film
 

L'interdiction dans son propre pays du film kényan Rafiki, qui raconte une romance entre deux femmes et a été présenté au dernier festival de Cannes, est "ridicule", a soutenu vendredi la Commission chargée de promouvoir l'industrie cinématographique kényane.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Sephora va lancer des cours de maquillage pour les personnes trans
 

La géant international du maquillage Sephora lancera bientôt des cours de make up pour les personnes trans dans 150 magasins aux Etats-Unis. Ils seront dispensés par le personnel trans de l'entreprise.
 
 
 
 
  
Médias
Les OUT d'or reviennent pour une seconde édition
 

Les OUT d’or reviennent les 18 et 19 juin 2018 pour une seconde édition. Ces prix récompensent la visibilité LGBT dans les médias.
 
 
 
 
  
Presse gay
Nouvelle tentative de relance pour Têtu avec de nouveaux actionnaires
 

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d'entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l'impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
 
 
 
 
  
International
Un drapeau LGBT sur l'ambassade britannique au Bélarus rend Minsk furieux
 

Le Bélarus a violemment critiqué le Royaume-Uni pour avoir levé un drapeau LGBT sur le territoire de son ambassade à Minsk à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, assurant que les relations homosexuelles sont une "supercherie".
 
 
 
 
  
Etude
Pas de discrimination significative selon l'orientation sexuelle dans la Fonction publique
 

Les candidats suggérant leur homosexualité ne font pas l'objet d'une discrimination à l'embauche "significative" dans la fonction publique même si des "différences de traitement" existent, selon les premiers résultats d'une étude présentés vendredi dernier.
 
 
 
 
  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.
 
 
 
 
  
Gouvernement
Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out
 

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce