e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 <I>Je ne suis plus un criminel</I> - Inde / Dépénalisation de l'homosexualité 
Inde / Dépénalisation de l'homosexualité
Je ne suis plus un criminel
 

Sourires et larmes de bonheur ont marqué les célébrations par la communauté LGBT en Inde de la dépénalisation de l'homosexualité dans la deuxième nation la plus peuplée au monde, cap historique pour l'égalité des droits.

 
 
 
 

Que ce soit à Delhi, Bombay, Bangalore ou Calcutta, une même liesse a répondu au très attendu jugement de la Cour suprême indienne. À travers le géant d'Asie du Sud, les participants à de petits rassemblements de la minorité homosexuelle ont manifesté leur joie en agitant des drapeaux arc-en-ciel et en s'effondrant dans les bras les uns des autres.

"Je suis enfin content de pouvoir dire que je ne suis plus un criminel dans ce pays", confie Abhishek Desai, un gay indien venu devant la Cour suprême à Delhi, se décrivant comme "très très exalté".

Dans une décision à l'unanimité, cinq juges de la plus haute instance judiciaire du pays ont considéré qu'un vieil article de loi ne pouvait plus interdire les relations sexuelles entre adultes consentants de même sexe, car enfreignant leurs droits fondamentaux garantis par la Constitution.

"Nous devons dire adieu aux perceptions, stéréotypes et préjudices profondément ancrés dans l'esprit de la société", a déclaré le président de la Cour suprême Dipak Misra, dénonçant une disposition "devenue une arme de harcèlement contre la communauté LGBT".

Selon le code pénal indien, datant de l'ère coloniale britannique et fruit de la morale victorienne, l'homosexualité était sur le papier passible de prison à vie. 

Le gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi, conservateur sur les sujets sociétaux, est resté silencieux sur le jugement. Il avait choisi de ne pas se positionner sur la question et de laisser la dépénalisation de l'homosexualité à l'appréciation de la justice.

Si une scène homosexuelle discrète mais vibrante existe dans les grandes villes d'Inde, les rapports sexuels entre hommes ou entre femmes restent toujours très mal vus en Inde.

Au jour-le-jour, la vie pour la communauté LGBT risque de peu changer tant l'homosexualité reste un stigmate dans la société indienne, aux valeurs profondément conservatrices.

Les organisations religieuses, toutes fois confondues, combattaient farouchement cette dépénalisation. "Le jugement ne changera rien sur le terrain. Vous ne pouvez pas changer l'état d'esprit des gens avec le marteau de la loi", a déclaré à l'AFP Pandit Ajay Gautam du groupe radical Hum Hindu.

L'Histoire doit des excuses

"J'applaudis les braves militants, organisations de la société civile et groupes communautaires qui ont bataillé dur et longtemps pour que cette injustice soit réparée", a déclaré dans un communiqué Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA.

Cette décision de la Cour suprême vient conclure un marathon judiciaire aux multiples rebondissements entamé il y a près de vingt ans. La dépénalisation de l'homosexualité avait été prononcée une première fois en Inde en 2009 par la Haute Cour de Delhi, un jugement salué à travers le monde.

Pourtant, en 2013, renversement de situation: la Cour suprême casse cette décision pour des raisons légalistes. Ce retour en arrière cause un grand émoi parmi les défenseurs de la dépénalisation, qui engagent alors de nouveaux recours judiciaires.

La dépénalisation ordonnée jeudi par cette même Cour suprême était largement escomptée par les observateurs.

Sa jurisprudence ces dernières années penchait en effet en sa faveur, avec notamment la reconnaissance d'un troisième genre pour les transgenres et la sanctuarisation du droit à la vie privée.

"C'est la première étape de l'histoire de beaucoup d'autres pays qui ont d'abord dépénalisé les relations homosexuelles, autorisé les unions civiles puis le mariage", estimait lors d'une récente interview Keshav Suri, patron du Lalit Hotel de New Delhi et l'un des principaux plaignants du dossier devant la Cour suprême.

"C'est une longue bataille pour arriver à l'égalité des droits mais je suis sûr que nous y arriverons à la fin", avait-il déclaré. "Je ne veux pas avoir l'air pessimiste mais je ne pense pas que je verrai le mariage gay (en Inde) de mon vivant", a toutefois confié le chorégraphe Mandeep Raikhy, dont les spectacles traitent de l'homosexualité.

Environ 70 États à travers le monde criminalisent encore les actes homosexuels, selon des chiffres de l'Association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes.

Dans son jugement jeudi, l'un des magistrats indiens a estimé que "l'Histoire doit des excuses à cette communauté (LGBT) et à leurs familles, pour le retard à corriger l'ignominie et l'ostracisme dont ils ont souffert à travers les siècles".

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Football
La ministre des Sports insiste sur la possibilité d'interrompre les matches en cas d'homophobie
 

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a rappelé mercredi que les arbitres avaient la "possibilité d'interrompre les matches" en cas d'incidents homophobes dans les stades, au même titre que pour des actes racistes.
 
 
 
 
  
Eglise catholique
Le nonce apostolique accusé d'agressions sexuelles a été entendu par la police
 

Le nonce apostolique visé par une enquête à Paris pour "agressions sexuelles" a été entendu récemment "à sa demande" par la police judiciaire, a appris jeudi l'AFP de sources judiciaire et proche du dossier, confirmant une information d'Europe 1.
 
 
 
 
  
International
Les eurodéputés appellent Brunei à cesser de criminaliser les homosexuels
 

Le Parlement européen a appelé jeudi le sultanat de Brunei à "cesser de criminaliser les relations homosexuelles consenties", désormais passibles, dans ce petit Etat d'Asie, de la peine de mort par lapidation.
 
 
 
 
  
Rugby / Australie
Après ses injures homophobes, l'Australien Folau conteste la résiliation de son contrat
 

L'arrière vedette des Wallabies Israel Folau a formellement décidé de contester la résiliation de son contrat décidée par la Fédération australienne à la suite de ses nouvelles injures homophobes, a annoncé mercredi Rugby Australia.
 
 
 
 
  
Football
Contre l'évidence, les supporters lensois nie le caractère homophobe de leurs insultes
 

Les supporters lensois qui ont repris des insultes homophobes vendredi n'ont "pas pensé que les mots pouvaient blesser" quiconque, a réagi mardi le groupe d'ultras Red Tigers, en dénonçant un "buzz médiatique" de la part du collectif anti-homophobie Rouge Direct.
 
 
 
 
  
Russie
Une transgenre remporte une victoire surprise devant la justice
 

C'est un succès rare en Russie, où les discriminations contre les minorités sexuelles sont fréquentes: une femme transgenre a remporté à Saint-Pétersbourg son procès contre son ancien employeur, qui l'avait licencié après son changement de sexe au prétexte que son métier était "interdit aux femmes".
 
 
 
 
  
Football
La justice ouvre une enquête après des injures homophobes lors du match Lens-Valenciennes
 

Une enquête a été ouverte lundi suite à la publication d'une vidéo dans laquelle des supporters profèrent des chants "provocateurs, à possible caractère homophobe", lors d'un match de Ligue 2 Lens-Valenciennes organisé vendredi à Lens, a indiqué le parquet de Béthune.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
La Cour suprême refuse d'examiner le recours d'un condamné à mort gay
 

La Cour suprême des Etats-Unis a refusé lundi d'examiner l'appel d'un condamné à mort homosexuel qui estime avoir été victime des préjugés d'un juré sur son orientation sexuelle.
 
 
 
 
  
Villejuif
Un jeune gay se tue en cherchant à échapper à son agresseur
 

Un jeune gay est décédé dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 avril après avoir invité chez lui un homme rencontré dans un bus de nuit. Son ami, qui l'accompagnait, a été poignardé, mais est en vie bien que dans un état grave.
 
 
 
 
  
Vatican
L'analyse de Benoît XVI sur la pédophilie dans l'église sous une pluie de critiques
 

L'analyse de Benoît XVI pointant la révolution sexuelle de 1968 comme une cause des scandales de pédophilie de l'Eglise, est torpillée par des experts rappelant que le phénomène remonte aux premiers siècles du christianisme.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site