e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Interdiction d'un festival accusé de <I>célébrer</I> l'homosexualité  - Ouganda  
Ouganda
Interdiction d'un festival accusé de célébrer l'homosexualité
 

Les autorités ougandaises ont annoncé mardi l'interdiction d'un des plus importants festivals de musique électronique d'Afrique de l'Est: elles estiment qu'il promeut le sexe, l'homosexualité et d'autres pratiques qualifiées d'immorales, ce dont se défendent les organisateurs.

 
 
 
 

Le principal sponsor de l'événement, le groupe de télécoms MTN Ouganda, a pourtant assuré sur les réseaux sociaux que "la fête aurait bien lieu". "Après avoir passé en revue tous les faits (...), l'événement a été annulé", a écrit dans un communiqué le ministre ougandais de l'Ethique, Simon Lokodo, expliquant que cette décision avait été prise au terme d'une réunion avec notamment le ministre de l'Intérieur, le chef de l'armée et le chef de la police.

Le festival, prévu du 6 au 9 septembre à Jinja, une ville du sud-est de ce pays notoirement homophobe, "a été compromis pour permettre la célébration de l'homosexualité et du mouvement LGBT, entre autres, ainsi que le recrutement des jeunes pour ce genre de pratiques", a-t-il ajouté.

Cité sur le compte Twitter du service de communication du gouvernement ougandais, Simon Lokodo a affirmé qu'"il y aurait de la nudité et de la sexualité à toute heure, il y aura du sexe pratiqué ouvertement".

Proche de la vénération du diable

"Nous n'accepterons pas de perdre notre morale, l'homosexualité ne sera pas acceptée", a-t-il indiqué, soutenant que le festival "est proche de la vénération du diable et donc inacceptable". "Le nom même du festival est provocateur, il signifie 'sexe, sexe'", a poursuivi le ministre selon lequel quelque 10.000 personnes étaient attendues au festival, dont de nombreux touristes étrangers, et évoquant la présence au festival d'alcool et de drogues interdites .

En langue luganda, "Nyege Nyege" signifie le "besoin irrésistible de danser", mais l'expression a une connotation sexuelle dans d'autres langues de la région.

"Les étrangers ne viendront pas en Ouganda pour le sexe (...), nous allons sauver l'image de ce pays", a assuré Simon Lokodo, devenu une des figures emblématiques de l'actuel gouvernement ougandais en multipliant les sorties médiatiques musclées contre l'homosexualité en particulier et tout ce qu'il juge immoral en général.

Contre-nature

Sur son site internet, Nyege Nyege se définit comme un festival de musique privilégiant la musique "underground", revendiquant ses racines africaines et défendant des valeurs telles que "la paix, le respect et la joie abondante".

Derrick Debru, un des organisateurs de l'événement, a déclaré à l'AFP "ne pas savoir exactement ce qui va se passer". "Il y a des gens qui ont emprunté de l'argent pour monter certains des 30 étals" qui vendront notamment de la nourriture au festival. "Je connais des gens qui ont pris des vacances", a-t-il ajouté, soulignant que de nombreux hôtels de Jinja affichent complet depuis un bon moment.

Concernant les accusations du ministre Lokodo, Derrick Debru a évoqué "une mauvaise interprétation des faits". "C'est la quatrième fois que nous accueillons le festival, et s'il y avait la moindre activité illégale, (...), le gouvernement n'aurait pas pu manquer de détecter un problème".

"Pour les gays, l'Ouganda n'est pas une destination logique pour promouvoir l'homosexualité puisqu'ils peuvent le faire librement dans leur pays, c'est comme faire du ski à Mombasa", une ville située au Kenya sur les bords de l'océan Indien, a-t-il par ailleurs ironisé.

L'homophobie est répandue en Ouganda, où les relations dites "contre nature" sont passibles de la détention à perpétuité depuis une loi datant de la colonisation britannique. Harcèlement et intimidations sont le quotidien des homosexuels dans ce pays où se développe un christianisme évangélique particulièrement véhément à l'égard du mouvement LGBT.

L'Ouganda avait adopté en décembre 2013 une nouvelle législation réprimant notamment la "promotion de l'homosexualité" et rendant obligatoire la dénonciation des homosexuels. Mais cette loi, qui avait déclenché un tollé international, avait été annulée pour vice de forme par la Cour constitutionnelle en août 2014.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
TPMP
C8 renonce à une demande de dédommagement après les sanctions relatives au canular homophobe d'Hanouna
 

C8, filiale du groupe Canal+ sanctionnée à trois reprises par le CSA pour des séquences diffusées dans l'émission de Cyril Hanouna, a renoncé à la demande de dédommagement qu'elle avait formulée à l'encontre du régulateur de l'audiovisuel qui l'avait sanctionné après un canular homophobe.
 
 
 
 
  
Homophobie
Les scènes gay de Bohemian Rhapsody censurées en Malaisie
 

Le biopic consacré à Freddie Mercury, chanteur emblématique de Queen, est censuré en Malaisie. Les scènes évoquant l'homosexualité ont été coupées. 
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes en 2017
 

Les Etats-Unis ont enregistré une hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes lors de la première année de présidence de Donald Trump, selon des statistiques du FBI rendues publiques mardi.
 
 
 
 
  
Gestation pour autrui
Quinze personnes inculpées au Cambodge
 

Quinze personnes, dont onze mères porteuses, ont été inculpées mardi au Cambodge qui tente d'enrayer la gestation pour autrui, pratique en pleine essor notamment à destination des couples chinois mais illégale depuis 2016.
 
 
 
 
  
PMA
Une proposition de loi de députés LFI pour pousser le gouvernement à accélérer
 

Des députés Insoumis ont préparé une proposition de loi sur l'extension de la PMA, une forme de coup de pression sur le gouvernement, alors que le projet de loi sur la bioéthique et ce sujet hautement sensible semble prendre du retard.
 
 
 
 
  
USA / Elections au Congrès
Kyrsten Sinema, démocrate et bisexuelle revendiquée, élue sénatrice dans l'Arizona
 

Avec un long recomptage des voix, un deuxième siège sénatorial est finalement remporté par la démocrate, bisexuelle revendiquée, en Arizona lors des élections de mi-mandat.
 
 
 
 
  
Brésil
La Commission interaméricaine des droits de l'homme inquiète du discours de haine de Bolsonaro
 

La présidente de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) s'est dite lundi "inquiète" du "discours de haine" de Jair Bolsonaro, élu président du Brésil avec un programme d'extrême droite et coutumier des dérapages racistes, misogynes ou homophobes.
 
 
 
 
  
Pologne
Le président polonais favorable à l'interdiction de la propagande gay
 

Dans une interview à la presse, le président Andrzej Duda a déclaré qu'il était favorable à une loi qui interdirait l'évocation publique de l'homosexualité dans les écoles.
 
 
 
 
  
PMA pour toutes
Le projet de loi sur la PMA décalé, les associations LGBT inquiètes
 

Initialement prévu pour la fin novembre, le projet de loi de bioéthique - comprenant notamment l'ouverture de la PMA aux couples de femmes - sera finalement présenté en 2019. 
 
 
 
 
  
Italie
Manifestations contre un projet de loi réformant le droit de la famille
 

Des manifestations ont eu lieu samedi dans une soixantaine de villes italiennes pour réclamer le retrait du projet de loi d'un sénateur de Ligue (extrême droite, au pouvoir) qui prévoit de réformer le droit de la famille sur les couples divorcés et la garde des enfants.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site