e-llico.com mobile
 
  
  Culture / Médias
 
 
 <I>Plaire, aimer et courir vite</I>, l'amour à l'ombre du sida - Cannes 2018 
Cannes 2018
Plaire, aimer et courir vite, l'amour à l'ombre du sida
 

Christophe Honoré est entré jeudi en compétition officielle à Cannes avec "Plaire, aimer et courir vite", une histoire d'amour entre deux hommes sur fond d'épidémie de sida. Le film sort aussi en salles.

 
 
 
 

.

Il se définit comme un "cinéaste sentimental". Avec "Plaire, aimer et courir vite", en compétition jeudi à Cannes, Christophe Honoré signe une histoire d'amour entre deux hommes dans les années 90 sur fond d'épidémie de sida, une manière de "faire revivre sa jeunesse".

"J'avais envie de raconter une histoire d'amour qui a un double effet: qui accélère les débuts dans la vie d'un jeune homme, et qui, d'une manière beaucoup plus cruelle au contraire, accélère la fin d'un homme qui n'est pas si âgé", raconte le réalisateur français de 48 ans, qui n'était plus venu en compétition au Festival de Cannes depuis "Les Chansons d'amour" en 2007.

"Il y avait un peu l'idée, dans une même journée, de faire l'aube et le crépuscule, qu'une même histoire soit vécue d'une manière complètement différente par deux héros", ajoute-t-il.

"Plaire, aimer et courir vite" est l'un des deux films en lice pour la Palme d'or à Cannes.

Pierre Deladonchamps ("L'Inconnu du lac") y incarne Jacques, un écrivain parisien, homosexuel et père d'un jeune garçon. Un jour, à Rennes, il rencontre Arthur (Vincent Lacoste), un étudiant avec qui il entame une liaison. Ils vont s'aimer le temps d'un été alors que Jacques, malade du sida, sait qu'il n'a plus beaucoup de temps devant lui.

Plus personnel

Avec ce film, son onzième long métrage, Christophe Honoré revient - après "Les Malheurs de Sophie", adaptation libre de la Comtesse de Ségur - à une veine plus intimiste, celle de "Dans Paris" ou des "Chansons d'amour".

"Souvent, les films se construisent en opposition au précédent. J'avais fait deux films en fait autour des fables, 'Les Malheurs de Sophie' et 'Métamorphoses', et donc j'avais envie de revenir à un récit plus personnel. Ça faisait longtemps que je tournais autour (...) de l'idée de filmer ma jeunesse, en tout cas de revivre, grâce au cinéma, ma jeunesse", explique le cinéaste.

Avec une bande-son de la fin des années 80 et des années 90, de Massive Attack au groupe Cocteau Twins, le film, dont la part autobiographique a été "très grande au moment du scénario", s'est inspiré de la vie du réalisateur, lui-même étudiant à Rennes dans ces années là, pour mieux s'en éloigner.

Il est porté notamment par les performances de ses acteurs, Pierre Deladonchamps -qui "a guidé et le personnage et le film", selon le cinéaste-, Vincent Lacoste -"l'acteur le plus excitant de sa génération"- et Denis Podalydès, dans le rôle du meilleur ami, voisin et ancien amant de Jacques.

"Ce film apparaît plus évidemment personnel et autobiographique. Mais à partir du moment où vous passez par le corps des acteurs, où vous êtes très incarné, le romanesque s'infiltre vite dans un film", souligne Christophe Honoré.

Après Campillo

Si "Plaire, aimer, et courir vite" aborde à nouveau les années sida, déjà au coeur de "120 battements par minute" de Robin Campillo - vaste fresque sur le combat de l'association Act Up qui avait fait sensation l'an dernier à Cannes, où elle avait été récompensée par le Grand Prix - Christophe Honoré souligne "ne pas du avoir tout le même projet ni de cinéma, ni d'histoire" que Robin Campillo.

"On est même des cinéastes qui sommes assez éloignés l'un de l'autre", ajoute-t-il.

Mais "je ne suis pas tant surpris que ça qu'il y ait plusieurs films qui réattaquent les années 90", analyse-t-il, soulignant que "le sida, cette maladie, a été un traumatisme pour toute une génération".

"Je pense que les récits des malades et des gens qui ont été victimes du sida, ça a été pour nous prioritaire à un moment de les entendre. On s'est imposé une sorte de délai avant de prendre la parole en tant que témoin et non pas en tant que victime."

> La critique séduite

Le nouveau film de Christophe Honoré a séduit les critiques français et étrangers, au point que beaucoup n'imaginent pas qu'il soit absent du palmarès. "Le plus beau film de Christophe Honoré" selon Le Figaro. "Une chronique déchirante d'un apprentissage conjoint de l'amour et du deuil" pour Les Inrocks, tandis que Télérama est sous le double charme du "romanesque et du romantisme". Variety, le magazine américain, encense Christophe Honoré avec ce film qui démontre "ses meilleures qualités de metteur en scène". The Hollywood Reporter estime que le film est "vibrant et rayonnant".

(Source AFP)



 
  
  L'Actu
 
 
  
Presse gay
Nouvelle tentative de relance pour Têtu avec de nouveaux actionnaires
 

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d'entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l'impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
 
 
 
 
  
International
Un drapeau LGBT sur l'ambassade britannique au Bélarus rend Minsk furieux
 

Le Bélarus a violemment critiqué le Royaume-Uni pour avoir levé un drapeau LGBT sur le territoire de son ambassade à Minsk à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, assurant que les relations homosexuelles sont une "supercherie".
 
 
 
 
  
Etude
Pas de discrimination significative selon l'orientation sexuelle dans la Fonction publique
 

Les candidats suggérant leur homosexualité ne font pas l'objet d'une discrimination à l'embauche "significative" dans la fonction publique même si des "différences de traitement" existent, selon les premiers résultats d'une étude présentés vendredi dernier.
 
 
 
 
  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.
 
 
 
 
  
Gouvernement
Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out
 

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.
 
 
 
 
  
Sondage
25% des Français tiennent des propos homophobes devant un match de foot
 

Un sondage Ipsos diffusé jeudi, dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, pointe du doigt une homophobie banalisée dans le football.
 
 
 
 
  
Danemark
Le compagnon du ministre de la Justice agressé pour son homosexualité
 

Le compagnon du ministre danois de la Justice a été violemment agressé par un homme, de nationalité slovène et qui a tenu des propos homophobes selon les médias, a annoncé la police de Copenhague jeudi.
 
 
 
 
  
Transgenre en Haïti
En couple, ils militent pour la tolérance
 

"Le genre, c'est entre tes oreilles, le sexe c'est entre tes jambes": avec le sens de la formule, Yaisah Val, encouragée par son mari, veut faire accepter l'identité trans par la société haïtienne empreinte de conservatisme religieux et politique.
 
 
 
 
  
Festival de Cannes
Le gala de l'amfAR contre le sida fait le plein de stars
 

Les acteurs Kristen Stewart, Pierce Brosnan, Adrien Brody et Chris Tucker, le champion automobile Lewis Hamilton, mais aussi Julian Lennon, Paris Hilton et des top models dont Heidi Klum et Milla Jovovich, parmi d'autres personnalités, ont participé jeudi soir au Cap d'Antibes au gala de l'amfAR "Cinéma contre Sida".
 
 
 
 
  
Journée internationale contre l'homophobie
72 pays pénalisent encore l'homosexualité
 

Si la plupart des pays occidentaux ont dépénalisé l'homosexualité et fait progresser les droits des personnes LGBT, 72 pays oppriment encore les homosexuels et transgenres dans le monde. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce