e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 La coparentalité, un pari incertain pour les couples homosexuels - Homoparentalité  
Homoparentalité
La coparentalité, un pari incertain pour les couples homosexuels
 

Choisir le père ou la mère de son enfant dans son entourage voire... sur internet: entre belles histoires et conflits inextricables, la coparentalité, longtemps plébiscitée par les couples homosexuels, est un pari familial risqué, délaissé au profit de la PMA et la GPA.

 
 
 
 

La coparentalité ou "copa", officiellement consacrée par la loi de mars 2002 sur l'autorité parentale, concernait initialement les couples hétérosexuels séparés ou divorcés.

Puis les couples homosexuels s'en sont saisis: un père gay et une mère lesbienne, célibataires ou en couple, élèvent ensemble leur enfant, souvent conçu par insémination artisanale, sans vie conjugale commune.

C'est la voie choisie par Nicolas et David. En janvier 2006, ces Parisiens postent une annonce sur co-parents.fr, l'un des nombreux sites spécialisés mettant en relation des personnes souhaitant avoir un enfant.

Rapidement, ils rencontrent Virginie, une lesbienne de 33 ans qui, six mois plus tard, tombe enceinte. "On s'est beaucoup testé, on est parti en vacances ensemble, on a beaucoup échangé sur nos valeurs. On a accroché très rapidement", rembobine Nicolas, 47 ans aujourd'hui et père biologique du bébé, Marie.

Un an après la naissance, Nicolas, David et Virginie décident d'emménager dans deux appartements mitoyens avec une pièce commune, la chambre de Marie. "En fonction des jours de garde, c'était ouvert d'un côté ou de l'autre", explique Nicolas.

Depuis 2014, Marie a un petit frère, Victor, dont David est le père. Les "petites tensions au départ, le temps de se caler", sont devenues très rares, assure Nicolas: "il faut être à l'écoute, s'ajuster à l'autre, comme un vrai couple, sauf qu'il y a un peu plus de monde!"

Une belle histoire qui tranche avec celle de Christine, une Marseillaise de 40 ans. Cette lesbienne était pourtant "rassurée" avant de se lancer dans la "copa": le père de sa fille, âgée de deux ans, était "un ami de 20 ans". Mais après quelques mois de grossesse, le conjoint de son ami annonce qu'il veut adopter l'enfant. "J'ai eu le sentiment de n'être qu'une mère porteuse", se désole Christine.

La communication est alors difficile: "quand il me remettait ma fille, c'était comme s'il venait déposer son paquet". Une médiation a été ordonnée par un juge aux affaires familiales (JAF): "Ça s'est apaisé, on arrive à parler", souffle Christine. -

"Faire famille"

"Le risque de conflit survient surtout dans les premières années, les pères peuvent être impatients de voir leurs enfants et les mères peuvent avoir du mal à se séparer d'eux. Et puis, ça finit par s'arranger", souligne Martine Gross, sociologue au CNRS, qui a mené plusieurs enquêtes sur l'homoparentalité.

Jean, un Bordelais de 45 ans, est épuisé par "les échanges de courriers d'avocats" avec la mère de sa fille, une célibataire hétérosexuelle rencontrée sur un site de coparentalité.

"Elle faisait exprès de ne pas la déposer à la crèche le matin pour que je ne puisse pas la récupérer", confie cet homosexuel, en couple depuis plus de dix ans.

Leur fille, faute de s'accorder sur une école équidistante de leurs domiciles, n'a pas pu faire sa rentrée en maternelle.

Des chartes de coparentalité, fixant les modalités d'organisation de la vie de l'enfant, peuvent être homologuées par un juge aux affaires familiales.

"Mais ça ne sert à rien, balaye Caroline Mécary, avocate spécialiste des droits des homosexuels. En cas de conflit, le juge statue à l'instant T en fonction de l'intérêt de l'enfant".

Si c'était à refaire, Jean irait à l'étranger "faire une GPA" (gestation pour autrui), interdite en France, et Christine "irait en Espagne ou en Belgique" pour une PMA (procréation médicalement assistée), réservée pour l'instant aux couples hétérosexuels infertiles.

"Dans les années 2000, près de la moitié de nos adhérents souhaitaient une coparentalité, souligne Nicolas Faget, porte-parole de l'Association des parents gay et lesbiens (APGL). Aujourd'hui, ils ne sont plus que 5%".

"La coparentalité, c'est lourd et incertain. Avec une PMA ou une GPA, le conjoint - si le couple est marié - peut adopter, 'faire famille' est plus rapide, c'est plus motivant", ajoute-t-il.

Surtout, souligne, Me Mecary, pour les femmes "le coût d'une PMA est moins élevé que le coût psychologique d'un conflit permanent avec le père".

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Etats-Unis
La Floride a exécuté un tueur en série d'homosexuels
 

La Floride a exécuté jeudi un homme de 57 ans qui a avoué avoir tué six hommes en 1994, en ciblant des homosexuels.
 
 
 
 
  
Grande-Bretagne
Un juge rejette la demande d'asile d'un homme parce q'il n'est pas assez efféminé
 

Un juge de l'immigration britannique a rejeté la requête d'un homme qui demandait l'asile en raison de son homosexualité, estimant qu'il n'était pas assez "efféminé".  
 
 
 
 
  
Londres
Les auteurs présumés d'une agression lesbophobe dans un bus nient les faits
 

Les quatre adolescents âgés de 15 à 17 jugés pour l'agression homophobe d'un couple lesbien en mai dernier dans un bus londonien ans ont plaidé non coupable mercredi.
 
 
 
 
  
Palestine
En Cisjordanie, des ONG dénoncent les propos de la police contre une association LGBTQ
 

Onze organisations palestiniennes de défense des droits humains ont condamné mercredi les propos de la police palestinienne, qui a invité les citoyens à dénoncer les membres d'une association pro-LGBTQ et demandé l'interdiction de ses activités.
 
 
 
 
  
Agnès Buzyn
On n'a pas besoin d'être malade aujourd'hui pour accéder à la PMA
 

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a souligné mercredi que l'accès à la PMA n'était pas conditionné actuellement par l'existence d'une maladie, alors que certains détracteurs voient dans le futur remboursement de la "PMA pour toutes" un dévoiement des principes de la Sécurité sociale.
 
 
 
 
  
Etats-Unis / Présidentielle 2020
L'organisation des gays républicains apporte son soutien à Trump pour sa réélection
 

Contrairement à ce qui s'était  produit en 2016, les républicains de Log Cabin - l'organisation des gays républicains - souhaitent soutenir la campagne électorale de Donald Trump alors que lce dernier est considéré comme le président américain le plus homophobe depuis Ronald Reagan.
 
 
 
 
  
Asie
La Chine confirme l'interdiction de mariage pour les gays et les lesbiennes
 

La Chine n'a pas l'intention d'autoriser le mariage pour les gays et les lesbiennes. Taïwan - revendiqué comme partie intégrante de la Chine - a introduit le mariage pour tous, mais la République populaire refuse toujours de reconnaître les couples homosexuels.
 
 
 
 
  
Pédophilie
George Pell, la disgrâce d'un des plus hauts représentants de l'Eglise catholique
 

Prêtre d'une paroisse rurale australienne devenu grand argentier du Vatican, George Pell a connu une ascension fulgurante. Sa disgrâce a été encore plus brutale, avec une condamnation infâmante pour pédophilie confirmée mercredi par la justice.
 
 
 
 
  
Palestine
L'Autorité palestinienne interdit tout activisme LGBT en Cisjordanie
 

L'Autorité palestinienne a interdit à tous les groupes LGBT d'exercer des activités en Cisjordanie. Une décision qui témoigne de la situation hostile aux homosexuels qui a cours dans les territoires palestiniens. 
 
 
 
 
  
Football
Le match Nancy-Le Mans interrompu pour des chants homophobes
 

Vendredi 16 août, le match entre Nancy et Le Mans-FC a été brièvement interrompu à cause de chants jugés homophobes entonnés par une partie des tribunes. Une première dans une compétition de football en France.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site