e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 La coparentalité, un pari incertain pour les couples homosexuels - Homoparentalité  
Homoparentalité
La coparentalité, un pari incertain pour les couples homosexuels
 

Choisir le père ou la mère de son enfant dans son entourage voire... sur internet: entre belles histoires et conflits inextricables, la coparentalité, longtemps plébiscitée par les couples homosexuels, est un pari familial risqué, délaissé au profit de la PMA et la GPA.

 
 
 
 

La coparentalité ou "copa", officiellement consacrée par la loi de mars 2002 sur l'autorité parentale, concernait initialement les couples hétérosexuels séparés ou divorcés.

Puis les couples homosexuels s'en sont saisis: un père gay et une mère lesbienne, célibataires ou en couple, élèvent ensemble leur enfant, souvent conçu par insémination artisanale, sans vie conjugale commune.

C'est la voie choisie par Nicolas et David. En janvier 2006, ces Parisiens postent une annonce sur co-parents.fr, l'un des nombreux sites spécialisés mettant en relation des personnes souhaitant avoir un enfant.

Rapidement, ils rencontrent Virginie, une lesbienne de 33 ans qui, six mois plus tard, tombe enceinte. "On s'est beaucoup testé, on est parti en vacances ensemble, on a beaucoup échangé sur nos valeurs. On a accroché très rapidement", rembobine Nicolas, 47 ans aujourd'hui et père biologique du bébé, Marie.

Un an après la naissance, Nicolas, David et Virginie décident d'emménager dans deux appartements mitoyens avec une pièce commune, la chambre de Marie. "En fonction des jours de garde, c'était ouvert d'un côté ou de l'autre", explique Nicolas.

Depuis 2014, Marie a un petit frère, Victor, dont David est le père. Les "petites tensions au départ, le temps de se caler", sont devenues très rares, assure Nicolas: "il faut être à l'écoute, s'ajuster à l'autre, comme un vrai couple, sauf qu'il y a un peu plus de monde!"

Une belle histoire qui tranche avec celle de Christine, une Marseillaise de 40 ans. Cette lesbienne était pourtant "rassurée" avant de se lancer dans la "copa": le père de sa fille, âgée de deux ans, était "un ami de 20 ans". Mais après quelques mois de grossesse, le conjoint de son ami annonce qu'il veut adopter l'enfant. "J'ai eu le sentiment de n'être qu'une mère porteuse", se désole Christine.

La communication est alors difficile: "quand il me remettait ma fille, c'était comme s'il venait déposer son paquet". Une médiation a été ordonnée par un juge aux affaires familiales (JAF): "Ça s'est apaisé, on arrive à parler", souffle Christine. -

"Faire famille"

"Le risque de conflit survient surtout dans les premières années, les pères peuvent être impatients de voir leurs enfants et les mères peuvent avoir du mal à se séparer d'eux. Et puis, ça finit par s'arranger", souligne Martine Gross, sociologue au CNRS, qui a mené plusieurs enquêtes sur l'homoparentalité.

Jean, un Bordelais de 45 ans, est épuisé par "les échanges de courriers d'avocats" avec la mère de sa fille, une célibataire hétérosexuelle rencontrée sur un site de coparentalité.

"Elle faisait exprès de ne pas la déposer à la crèche le matin pour que je ne puisse pas la récupérer", confie cet homosexuel, en couple depuis plus de dix ans.

Leur fille, faute de s'accorder sur une école équidistante de leurs domiciles, n'a pas pu faire sa rentrée en maternelle.

Des chartes de coparentalité, fixant les modalités d'organisation de la vie de l'enfant, peuvent être homologuées par un juge aux affaires familiales.

"Mais ça ne sert à rien, balaye Caroline Mécary, avocate spécialiste des droits des homosexuels. En cas de conflit, le juge statue à l'instant T en fonction de l'intérêt de l'enfant".

Si c'était à refaire, Jean irait à l'étranger "faire une GPA" (gestation pour autrui), interdite en France, et Christine "irait en Espagne ou en Belgique" pour une PMA (procréation médicalement assistée), réservée pour l'instant aux couples hétérosexuels infertiles.

"Dans les années 2000, près de la moitié de nos adhérents souhaitaient une coparentalité, souligne Nicolas Faget, porte-parole de l'Association des parents gay et lesbiens (APGL). Aujourd'hui, ils ne sont plus que 5%".

"La coparentalité, c'est lourd et incertain. Avec une PMA ou une GPA, le conjoint - si le couple est marié - peut adopter, 'faire famille' est plus rapide, c'est plus motivant", ajoute-t-il.

Surtout, souligne, Me Mecary, pour les femmes "le coût d'une PMA est moins élevé que le coût psychologique d'un conflit permanent avec le père".

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
USA / Washington
Vingt ans après, hommage exceptionnel à Matthew Shepard, victime de l'homophobie
 

Il y a vingt ans, un jeune Américain homosexuel succombait après avoir été sauvagement battu et laissé pour mort dans un champ. Le 26 octobre, les cendres de Matthew Shepard seront transférées à la cathédrale de Washington, un hommage exceptionnel à celui qui est devenu un symbole des violences homophobes.
 
 
 
 
  
Droite
Cinq députés Les Républicains se déclarent favorables à la PMA pour toutes
 

Dans une tribune publiée par Le Monde, 5 députés Les Républicains refusent "d'être enfermés dans une posture hostile au progrès" et se déclarent favorables à l'extension de la PMA à toutes les femmes. 
 
 
 
 
  
Sport
La judokate française Amandine Buchard fait son coming out
 

Dans un entretien au journal Le Parisien du 22 octobre, la judokate française Amandine Buchard évoque pour la première fois son homosexualité et de sa vie de couple.
 
 
 
 
  
Stop aux LGBTphobies
Des milliers de manifestants à Paris après une série d'agressions
 

"Stop aux LGBTphobies", pour le droit d'"aimer librement": quelque 3.000 personnes, selon une source policière, se sont rassemblées à Paris dimanche, après une série d'agressions homophobes dans la capitale ces dernières semaines.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Trump projette d'empêcher la reconnaissance officielle des transgenres
 

L'administration Trump envisage de définir très strictement l'identité de genre comme étant liée aux organes sexuels à la naissance, selon une information diffusée dimanche par le New York Times. Cette disposition retirerait de fait aux personnes transgenres la possibilité de se faire reconnaître officiellement.
 
 
 
 
  
Homophobie
Un couple d'hommes frappé lundi à Paris par un chauffeur VTC
 

Deux hommes qui s'embrassaient dans un VTC dans la nuit de dimanche à lundi ont été frappés par leur chauffeur, des faits qui s'inscrivent dans une récente série d'agressions homophobes à Paris, a-t-on appris vendredi de source policière.
 
 
 
 
  
Vatican
Appels pour les femmes et les gays, lors des travaux du synode
 

Des appels en faveur des femmes, des homosexuels ou encore des victimes d'abus sexuels ont été lancés lors des travaux du synode des évêques sur les jeunes, selon leurs compte-rendus publiés samedi par le Vatican.
 
 
 
 
  
Transgenres
Paris Match condamné pour une photo du cadavre de Vanesa Campos
 

L’hebdomadaire Paris Match a été condamné jeudi à Nanterre à 12 000 euros de dommages et intérêts pour avoir publié une photo du corps nu de Vanesa Campos, une prostituée transgenre tuée en août dans le bois de Boulogne.
 
 
 
 
  
Brésil / Présidentielle
La députée trop moche pour être violée craint plus de violences pour les femmes et les gays
 

La députée brésilienne de gauche Maria do Rosario, à laquelle Jair Bolsonaro avait dit qu'elle était "trop moche" pour qu'il la viole, redoute que l'arrivée au pouvoir du candidat d'extrême droite n'entraîne encore plus de violences contre les femmes et les gays.
 
 
 
 
  
Mobilisation
Les associations LGBT appellent à un grand rassemblement contre les agressions homophobes
 

Un rassemblement contre les agressions LGBTphobes est organisée à Paris dimanche prochain par un important collectif d'oragnisations LGBT à la suite des nombreux cas survenus ces derniers mois. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site