e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 La coparentalité, un pari incertain pour les couples homosexuels - Homoparentalité  
Homoparentalité
La coparentalité, un pari incertain pour les couples homosexuels
 

Choisir le père ou la mère de son enfant dans son entourage voire... sur internet: entre belles histoires et conflits inextricables, la coparentalité, longtemps plébiscitée par les couples homosexuels, est un pari familial risqué, délaissé au profit de la PMA et la GPA.

 
 
 
 

La coparentalité ou "copa", officiellement consacrée par la loi de mars 2002 sur l'autorité parentale, concernait initialement les couples hétérosexuels séparés ou divorcés.

Puis les couples homosexuels s'en sont saisis: un père gay et une mère lesbienne, célibataires ou en couple, élèvent ensemble leur enfant, souvent conçu par insémination artisanale, sans vie conjugale commune.

C'est la voie choisie par Nicolas et David. En janvier 2006, ces Parisiens postent une annonce sur co-parents.fr, l'un des nombreux sites spécialisés mettant en relation des personnes souhaitant avoir un enfant.

Rapidement, ils rencontrent Virginie, une lesbienne de 33 ans qui, six mois plus tard, tombe enceinte. "On s'est beaucoup testé, on est parti en vacances ensemble, on a beaucoup échangé sur nos valeurs. On a accroché très rapidement", rembobine Nicolas, 47 ans aujourd'hui et père biologique du bébé, Marie.

Un an après la naissance, Nicolas, David et Virginie décident d'emménager dans deux appartements mitoyens avec une pièce commune, la chambre de Marie. "En fonction des jours de garde, c'était ouvert d'un côté ou de l'autre", explique Nicolas.

Depuis 2014, Marie a un petit frère, Victor, dont David est le père. Les "petites tensions au départ, le temps de se caler", sont devenues très rares, assure Nicolas: "il faut être à l'écoute, s'ajuster à l'autre, comme un vrai couple, sauf qu'il y a un peu plus de monde!"

Une belle histoire qui tranche avec celle de Christine, une Marseillaise de 40 ans. Cette lesbienne était pourtant "rassurée" avant de se lancer dans la "copa": le père de sa fille, âgée de deux ans, était "un ami de 20 ans". Mais après quelques mois de grossesse, le conjoint de son ami annonce qu'il veut adopter l'enfant. "J'ai eu le sentiment de n'être qu'une mère porteuse", se désole Christine.

La communication est alors difficile: "quand il me remettait ma fille, c'était comme s'il venait déposer son paquet". Une médiation a été ordonnée par un juge aux affaires familiales (JAF): "Ça s'est apaisé, on arrive à parler", souffle Christine. -

"Faire famille"

"Le risque de conflit survient surtout dans les premières années, les pères peuvent être impatients de voir leurs enfants et les mères peuvent avoir du mal à se séparer d'eux. Et puis, ça finit par s'arranger", souligne Martine Gross, sociologue au CNRS, qui a mené plusieurs enquêtes sur l'homoparentalité.

Jean, un Bordelais de 45 ans, est épuisé par "les échanges de courriers d'avocats" avec la mère de sa fille, une célibataire hétérosexuelle rencontrée sur un site de coparentalité.

"Elle faisait exprès de ne pas la déposer à la crèche le matin pour que je ne puisse pas la récupérer", confie cet homosexuel, en couple depuis plus de dix ans.

Leur fille, faute de s'accorder sur une école équidistante de leurs domiciles, n'a pas pu faire sa rentrée en maternelle.

Des chartes de coparentalité, fixant les modalités d'organisation de la vie de l'enfant, peuvent être homologuées par un juge aux affaires familiales.

"Mais ça ne sert à rien, balaye Caroline Mécary, avocate spécialiste des droits des homosexuels. En cas de conflit, le juge statue à l'instant T en fonction de l'intérêt de l'enfant".

Si c'était à refaire, Jean irait à l'étranger "faire une GPA" (gestation pour autrui), interdite en France, et Christine "irait en Espagne ou en Belgique" pour une PMA (procréation médicalement assistée), réservée pour l'instant aux couples hétérosexuels infertiles.

"Dans les années 2000, près de la moitié de nos adhérents souhaitaient une coparentalité, souligne Nicolas Faget, porte-parole de l'Association des parents gay et lesbiens (APGL). Aujourd'hui, ils ne sont plus que 5%".

"La coparentalité, c'est lourd et incertain. Avec une PMA ou une GPA, le conjoint - si le couple est marié - peut adopter, 'faire famille' est plus rapide, c'est plus motivant", ajoute-t-il.

Surtout, souligne, Me Mecary, pour les femmes "le coût d'une PMA est moins élevé que le coût psychologique d'un conflit permanent avec le père".

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Homoparentalité
Colère des organisations LGBT après le report de la loi sur la PMA
 

Pressé par sa majorité et toute la gauche, mais confronté aux bruyantes réticences de la droite, le gouvernement a décidé de reporter au printemps l'examen à l'Assemblée du texte controversé qui ouvre la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, suscitant la colère des militants LGBT.
 
 
 
 
  
PMA pour toutes
L'examen du projet de loi sur la PMA reporté à mai ou juin 2019
 

Le projet de loi sur la bioéthique, dans lequel figure l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, ne sera pas examiné au Parlement avant "mai ou juin", a-t-on appris jeudi auprès du rapporteur de la mission d'information à l'Assemblée.
 
 
 
 
  
Discrimination
L'ouverture partielle du don de sang aux homosexuels n'a pas augmenté le risque de transmission du VIH
 

L'ouverture du don de sang aux homosexuels en juillet 2016 n'a pas augmenté le risque de transmission du virus du sida par transfusion, qui reste "très faible en France", selon les premiers résultats d'une enquête publiée mercredi par l'agence sanitaire Santé publique France.
 
 
 
 
  
Justice / Parentalité
Une femme trans obtient le statut inédit de parent biologique
 

La cour d'appel de Montpellier a octroyé le statut inédit de "parent biologique" à un homme devenu femme et qui a eu un enfant avec son nouvel état civil.
 
 
 
 
  
Cuba
Le mariage gay, point fort de la nouvelle constitution
 

Cuba boucle jeudi trois mois de débats populaires sur la réforme de sa Constitution: le texte, qui ouvre la voie au mariage homosexuel, sera peaufiné par l'Assemblée puis soumis à référendum en février.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Plus de diversité dans la nouvelle promo d'élus à la Chambre américaine
 

Des dizaines de nouveaux élus à la Chambre américaine des représentants se sont retrouvés mercredi pour une photo de famille illustrant la plus grande diversité née d'élections parlementaires qui ont donné la victoire à un nombre record de femmes et de candidats issus de minorités.
 
 
 
 
  
TPMP
C8 renonce à une demande de dédommagement après les sanctions relatives au canular homophobe d'Hanouna
 

C8, filiale du groupe Canal+ sanctionnée à trois reprises par le CSA pour des séquences diffusées dans l'émission de Cyril Hanouna, a renoncé à la demande de dédommagement qu'elle avait formulée à l'encontre du régulateur de l'audiovisuel qui l'avait sanctionné après un canular homophobe.
 
 
 
 
  
Homophobie
Les scènes gay de Bohemian Rhapsody censurées en Malaisie
 

Le biopic consacré à Freddie Mercury, chanteur emblématique de Queen, est censuré en Malaisie. Les scènes évoquant l'homosexualité ont été coupées. 
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes en 2017
 

Les Etats-Unis ont enregistré une hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes lors de la première année de présidence de Donald Trump, selon des statistiques du FBI rendues publiques mardi.
 
 
 
 
  
Gestation pour autrui
Quinze personnes inculpées au Cambodge
 

Quinze personnes, dont onze mères porteuses, ont été inculpées mardi au Cambodge qui tente d'enrayer la gestation pour autrui, pratique en pleine essor notamment à destination des couples chinois mais illégale depuis 2016.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site