e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 La presse indienne salue la dépénalisation de  l'homosexualité - Inde  
Inde
La presse indienne salue la dépénalisation de l'homosexualité
 

"Nation arc-en-ciel", "Second Jour de l'Indépendance", "Verdict historique": la presse indienne saluait vendredi la dépénalisation de l'homosexualité dans le pays par la Cour suprême, sur laquelle le gouvernement Modi restait silencieux.

 
 
 
 

La plus haute instance judiciaire du géant d'Asie du Sud a déclaré jeudi inconstitutionnel et discriminatoire un article du code pénal, datant du XIXe siècle, qui interdisait les rapports sexuels entre personnes de même sexe.

Vingt-quatre heures après, la nouvelle occupait presque l'intégralité des "unes" matinales de journaux et du temps d'antenne des chaînes d'information en continu. Drapeaux arc-en-ciel et couples homosexuels s'étreignant étaient en tête de nombreux journaux.

Le quotidien The Hindu qualifiait la décision de "réaffirmation du droit à l'amour". Les magistrats de la Cour suprême, estimait-il dans un éditorial, ont "repoussé les frontières de la liberté personnelle et libéré l'idée des droits individuels de la pression de l'opinion publique".

"Pas de retour en arrière pour les droits des LGBT", proclamait pour sa part le journal Hindustan Times, en notant toutefois que les mentalités dans cette société profondément conservatrice étaient moins faciles à faire évoluer que la loi. "Sur les terrain, les choses ne changeront pas immédiatement. Les familles attendront des personnes queers qu'elles gardent le silence sur leur sexualité et leurs relations", expliquait le journal basé à New Delhi.

"Mais à en croire la longue bataille et le courage des personnes queers, ce combat pour l'égalité des droits ne cessera pas", poursuivait-il. Nombre de médias indiens relevaient le "silence assourdissant" du gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi, conservateur sur les sujets sociétaux, qui n'a fait aucun commentaire sur le jugement.

Le parti du Congrès (opposition) a de son côté salué un "verdict décisive et progressiste".

Puissante organisation matrice du nationalisme hindou, dont sont issus beaucoup de cadres du pouvoir actuel, le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS, Corps des volontaires nationaux) a, lui, réagi en déclarant ne pas considérer l'homosexualité comme un crime, mais ne pas la trouver normale non plus.

"Traditionnellement, la société indienne n'accepte pas de telles relations", a déclaré le RSS, s'opposant à de futurs élargissements des droits des homosexuels. En effet, des voix s'élèvent déjà dans les rangs des activistes LGBT pour débuter la lutte en vue de modifier les lois de mariage, d'héritage ou encore d'adoption. Il reste encore une "longue route vers l'égalité", titrait The Indian Express.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Coups de bâton et de bouteilles
Un jeune de 18 ans jugé pour agression homophobe à Paris
 

Des coups de bâtons et de bouteilles dans les côtes, assénés par un groupe de jeunes, parce qu'il est homosexuel. Le seul majeur poursuivi pour cette violente agression homophobe survenue mi-octobre à Paris, a comparu vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris.
 
 
 
 
  
Propos sur la PMA
Les responsables de LREM prennent leurs distances avec Agnès Thill
 

Le patron de LREM Stanislas Guerini et le chef de file des députés du groupe majoritaire Gilles Le Gendre ont pris vendredi leurs distances avec les propos de l'élue macroniste Agnès Thill sur la PMA, dénonçant des opinions "contraires" aux engagements du mouvement.
 
 
 
 
  
Assemblée nationale
Nouveau dérapage de la députée LREM Agnès Thill opposée à la PMA pour toutes
 

La députée LREM Agnès Thill, opposée à l'extension de la PMA, a estimé jeudi que "l'absence de genre dans le mot parent favorise l'éclosion d'écoles coraniques", des propos condamnés par des élus de son groupe.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
La femme de Mike Pence enseignante dans une école chrétienne homophobe
 

Karen Pence, l'épouse du vice-président américain Mike Pence, a intégré une école chrétienne au règlement intérieur explicitement homophobe, le 14 janvier, en tant qu'enseignante d'arts plastiques.  
 
 
 
 
  
Mobilisation
Plus de 200 plaintes en justice déposées en même temps pour des propos homophobes sur internet
 

Une vingtaine d'avocats ont déposé simultanément jeudi 213 plaintes dans douze tribunaux pour des messages à caractère homophobe publiés sur internet, notamment sur le réseau social Twitter, pour que "cesse l'impunité" dont jouissent le plus souvent leurs auteurs.
 
 
 
 
  
Tendance
Par petites touches, les hommes se mettent au maquillage
 

Fond de teint, gloss et palette de maquillage: les cosmétiques envahissent les étagères de plus en plus d'hommes. Couvrant, coloré, à paillettes ou plus discret comme l'anticernes, le maquillage élargit le champ des possibles masculins et suscite l'intérêt des marques.
 
 
 
 
  
Homophobie
Une pétition pour contraindre Google à supprimer une appli de thérapie de conversion de son offre
 

Google est mis en cause pour avoir maintenu dans son catalogue l’application "Living Hope Ministries" qui fait la promotion des thérapies de conversion. Apple, Amazon ou encore Microsoft ont quant supprimé l’application de leur offre.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
L'Etat de New York vote deux lois protégeant les LGBT qui étaient bloquées depuis des années
 

L'État de New York a adopté des projets de loi interdisant la thérapie de conversion pour les gays et ajoutant l'identité de genre à sa législation anti-discrimination.
 
 
 
 
  
Santé
1 Français sur 4 concerné par la pénurie de médicaments et vaccins
 

Un Français sur quatre a déjà été confronté à une pénurie de médicaments, comme par exemple dans le traitement du VIH, et ce phénomène "récurrent et massif" touche plus particulièrement ceux atteints de maladies chroniques, selon un sondage rendu public jeudi par France Assos Santé.
 
 
 
 
  
PMA
Feu vert à la reconduction du président du Comité d'éthique
 

Les commissions des affaires sociales de l'Assemblée nationale et du Sénat ont donné leur feu vert à la reconduction du professeur Jean-François Delfraissy à la tête du Comité d'éthique (CCNE).
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site