e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 La responsable du service adoption suspendue après ses propos sur les homosexuels - Seine-maritime  
Seine-maritime
La responsable du service adoption suspendue après ses propos sur les homosexuels
 

La responsable du service adoption de Seine-maritime a été relevée mercredi de ses fonctions "à titre conservatoire", a annoncé dans un communiqué le conseil départemental, à la suite de propos discriminatoires envers les homosexuels tenus par la fonctionnaire.

 
 
 
 

"Je ne soupçonne nullement la moindre discrimination" de la part du Département, a déclaré de son côté la préfète de Normandie Fabienne Buccio, interrogée mercredi matin par la presse avant l'annonce de cette sanction. 

Elle a jugé "d'un autre temps" ces propos qui ont "entraîné des réactions justifiées". "Il ne faut pas juger l'ensemble d'une collectivité et d'un service sur des déclarations malheureuses", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur les témoignages de couples homosexuels dont a fait état France Bleu laissant entendre que la politique de Département était discriminatoire, Fabienne Buccio a appelé à être "prudent". Sur ce genre de sujet, "il y a toujours des gens pour lesquels le dossier est accepté, d'autres pour lesquels on refuse, avec de bonnes raisons de le faire et derrière cela peut être interprété différemment". Le conseil départemental "a dit ce qu'il fallait", a-t-elle estimé.

Le président du conseil départemental Pascal Martin a de nouveau condamné mercredi "très fermement les propos discriminatoires (de la fonctionnaire ndlr) qui ne reflètent en rien la politique départementale que je conduis". Pascal Martin "réaffirme aux couples et célibataires candidats à l'adoption que le Département agit et agira toujours (...) sans aucune forme de discrimination", dans un communiqué. Il répète avoir "demandé un audit externe du service concerné" mais "redi(t) toute (sa) confiance au personnel départemental".

Dans un entretien accordé à France Bleu Normandie, Pascale Lemare (photo) avait estimé qu'un couple homosexuel correspondait moins aux critères requis pour l'adoption d'un bébé en bonne santé qu'un couple hétérosexuel, provoquant de vives réactions des associations LGBT et la saisine du Défenseur des droits afin d'enquêter sur les pratiques du service de l'adoption du département.

A la question de savoir si c'est "a priori compliqué" pour un couple homosexuel d'obtenir l'adoption d'un "bébé de trois mois qui va bien", Pascale Lemare, alors responsable du service adoption au département de Seine-Maritime, avait répondu "il y aura des parents qui correspondent davantage aux critères requis".

"Et donc pas un couple homosexuel? ", l'interroge la journaliste de France Bleu Normandie. "Ben non", répond Pascale Lemare.

La fonctionnaire affime ensuite que les couples de même sexe sont "un peu atypiques, si on peut dire, par rapport à la norme sociale et à la norme biologique", et que "donc si leur projet supporte des profils d'enfants atypiques (...), si les couples homosexuels ont des attentes ouvertes, ils peuvent très bien adopter un enfant". "Ils ne seront pas prioritaires mais ils ne sont pas du tout exclus de l'adoption", ajoute Pascale Lemare.

Invitée à préciser ce qu'elle entendait par "enfant atypique", la responsable de service a répondu: "des enfants dont personnes ne veut, puisqu'il y a des gens qui ne veulent pas adopter des enfants trop cassés, trop perturbés psychologiquement, trop grands, handicapés. Ces enfants là ont des perturbations qui ne sont pas recherchées par les couples et c'est normal".

Le président UDI de la collectivité, Pascal Martin a "condamné très fermement et sans réserve les propos tenus visant à créer une différence de droits entre les candidates et candidats à l'adoption", dans un communiqué évoquant explicitement cette interview.

"Si les propos (de Mme Lemare ndlr) sont vérifiés, ils sont contraires aux principes de neutralité, d'égalité et de refus des discriminations qui caractérisent la #FonctionPublique. Je les condamne et prends acte de leur condamnation par le président" du conseil départemental, a réagi de son côté sur son compte Twitter le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes Publics, Olivier Dussopt. 

«Aucune discrimination ne saurait être tolérée», a abondé la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité hommes-femmes Marlène Schiappa.

L'Association des familles homoparentales (ADFH) a indiqué qu'elle avait déposé plainte contre Pascale Lemare pour "discrimination en raison de l'orientation sexuelle".

"On ne voit pas d'autres explications. Certains conseils de familles sont tenus par des associations conservatrices, soutiens de La manif pour tous", a expliqué sur LCI Boan Luu, porte-parole Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL).

"Nous sommes scandalisés. On avait déjà entendu des choses à propos de la politique d’adoption du département mais cela restait du domaine de la rumeur, a réagi, de son côté, Géraldine Chambon, membre du centre LGBTI de Normandie. Nous sommes en phase de réflexion quant au déclenchement d’une action en justice". 

(Avec AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Marlène Schiappa
Ses propos sur une convergence idéologique entre Manif pour tous et terroristes islamistes font réagir la droite
 

Les propos de Marlène Schiappa et Nicole Belloubet sur "la convergence idéologique" ou les possibles "ramifications" entre la Manif pour tous et les terroristes islamistes ont suscité de vives réactions à droite et au sein du mouvement anti-mariage gay qui annonce qu'il va porter plainte.
 
 
 
 
  
PMA pour toutes
La mise en garde de la députée Thill par LREM est une mascarade selon les associations LGBT
 

La simple "mise en garde" prononcée jeudi par La République En Marche (LREM) contre la députée de l'Oise Agnès Thill pour ses propos contre la PMA pour toutes est "une mascarade", selon des associations LGBT qui demandent toujours son exclusion.
 
 
 
 
  
Homophobie
Deux jeunes écopent d'un avertissement de la justice après l'agression d'étudiantes lesbiennes
 

Deux jeunes, un garçon et une fille, ont écopé d'un avertissement du tribunal pour enfants de Pontoise (Val-d'Oise) après l'agression homophobe de deux étudiantes de leur âge dans un train de banlieue.
 
 
 
 
  
De victime à suspect
L'acteur Jussie Smollett a inventé son agression raciste et homophobe
 

Il a payé deux hommes par chèque pour simuler une attaque raciste et homophobe, affirment les autorités américaines: l'acteur Jussie Smollett a été libéré sous caution jeudi, accusé d'avoir monté cette agression de toutes pièces pour tenter de faire avancer sa carrière.
 
 
 
 
  
Vatican
Deux cardinaux traditionalistes condamnent le fléau de la cause homosexuelle qui s'est propagé dans l'Eglise
 

Les catholiques les plus conservateurs, mais aussi un sociologue français, se sont invités cette semaine dans les débats d'un sommet du Vatican consacré à la lutte contre la pédophilie, en abordant avec fracas le sujet de l'homosexualité dans les rangs de l'Eglise.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
L'acteur Jussie Smollett se disant victime d'une agression homophobe inculpé pour fausse plainte
 

L'acteur américain noir et homosexuel Jussie Smollett, qui avait affirmé fin janvier avoir été victime d'une agression raciste et homophobe, a été arrêté après son inculpation pour dépôt de fausse plainte, a annoncé jeudi la police de Chicago.
 
 
 
 
  
LREM
Simple mise en garde à Agnès Thill pour ses propos contre la PMA pour toutes
 

L'élue LREM Agnès Thill, dont certains députés ont demandé à plusieurs reprises l'exclusion après des déclarations anti-PMA, a reçu une simple "mise en garde" de la part de son parti, a-t-elle indiqué aujourd'hui à l'AFP.
 
 
 
 
  
Albi
Interdit de maquillage par la direction, un lycéen mobilise son établissement
 

Alexis, un lycéen en première d'Albi, a mis le feu à son établissement pour s'y être présenté maquillé et avec des talons. Il est soutenu par ses camarades.
 
 
 
 
  
Etats-Unis / Présidentielle
L'offensive ou le profil bas; la difficile stratégie des démocrates face à Trump
 

"Raciste", "sexiste", "menteur pathologique": Bernie Sanders est entré dans la course à la Maison Blanche avec des mots très durs contre Donald Trump, tandis que d'autres candidats démocrates prenaient plus de précautions, illustrant un dilemme stratégique. 
 
 
 
 
  
Suède
Un jeune homosexuel iranien menacé de renvoi en Iran
 

Mehdi Shokr Khoda, un jeune Iranien de 19 ans, risque de se voir refuser le droit d'asile en Suède où il réside actuellement avec son compagnon Carlo. Avec une menace de peine de mort s'il est renvoyé dans son pays d'origine.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site