e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 La vie brisée de Radwin, femme trans en Afghanistan  - Témoignage  
Témoignage
La vie brisée de Radwin, femme trans en Afghanistan
 

"Dieu m'a créé comme ça, c'est ma nature, personne ne le comprend". Pour Radwin, femme transgenre en Afghanistan, après des années de persécutions, l'avènement des talibans ne lui laisse que trois options: se cacher, fuir ou mourir.

 
 
 
 

"Personne ne nous aide, personne n'entend notre cri. Avant que les talibans ne nous tuent, il faudra partir", déclare t-elle dans un entretien à l'AFP. Depuis l'arrivée au pouvoir du mouvement islamiste à la mi-août, "il m'est strictement impossible de sortir de chez moi", explique depuis un endroit en Afghanistan tenu secret, Radwin, un nom d'emprunt choisi pour protéger sa sécurité. "Si je sors, je dois être entièrement couverte et personne ne doit pouvoir m'identifier", ajoute-t-elle.

Dans la très conservatrice société afghane, les personnes trans ne peuvent compter sur aucune forme de reconnaissance. L'homosexualité et toutes les questions liées à la communauté LGBTQ restent un tabou absolu. Sous le précédent régime, les relations sexuelles entre personnes de même sexe étaient "illégales", et la communauté LGBTQ s'exposait à des persécutions et discriminations constantes, dans l'accès aux soins comme au travail.

Avec l'arrivée des talibans au pouvoir, la menace s'est aggravée. Ils prônent une interprétation stricte de la charia, la loi islamique. Sous leur précédent régime, entre 1996 et 2001, les relations homosexuelles étaient passibles de la peine de mort.

Me violer

Radwin a fait son coming out il y a cinq ans, apparaissant en femme en public. Depuis elle a vécu un quotidien de menaces et d'agressions sexuelles, certaines d'une extrême violence. "On a essayé de me violer plusieurs fois", dit-elle. "C'est arrivé plusieurs fois, parfois ils n'y sont pas arrivés", poursuit-elle avec pudeur. Il y a deux ans, alors qu'elle marchait dans la rue avec une amie, des hommes à moto et armés, l'ont attaquée au couteau, la forçant à les suivre loin de la ville. Après l'avoir droguée de force, "ils ont fait ce qu'ils voulaient faire avec nous", poursuit-elle.

Après ce viol et ces supplices, Radwin a été hospitalisée pour de multiples blessures. La police a ouvert une enquête et constaté la présence de drogue. La famille de Radwin a été prévenue, mais les coupables n'ont jamais été retrouvés. Puis il y a quelques semaines, alors qu'elle marchait le long d'une route, elle a reçu des coups de crosse sur la tête. En relevant son voile, elle montre les cicatrices de cette dernière agression en date.

Mais dans cette vie de peur constante, Radwin avait trouvé quelques bouffées de liberté et de joie, notamment lorsque certains de ses proches ont accepté qu'elle apparaisse en femme en leur présence. "Avant l'arrivée des talibans, je me rendais chez mes amis habillée en femme, et je me sentais tellement bien", se souvient-elle.

Obscurité

Radwin redoute de ne plus jamais pouvoir retrouver cette liberté, de ne plus pouvoir échapper à son genre d'assignation. "Je veux pouvoir porter de beaux habits que je choisirai moi-même. Je voudrais faire du mannequinat et aussi enseigner la danse", se prend à rêver la jeune femme. Mais "ça ne se passera jamais", se referme-t-elle immédiatement. A moins que Radwin ne réussisse à partir. "Je ne peux pas rester là et détruire ma vie, parce que ce que je n'aurai jamais ici la vie que je veux", dit-elle.

Mais comment partir? De la très petite communauté transgenre d'Afghanistan, ne reste pratiquement aucun réseau de soutien. La plupart de ses membres ont déjà fui à l'étranger, dont plusieurs en Iran. "Il ne reste personne pour nous aider ici", résume-t-elle. Radwin dit avoir contacté une ONG en Europe, sans résultats. Alors que les talibans affirment que leur régime sera plus enclin à la modération, notamment sur les questions de moeurs que le précédent, Radwin n'y voit elle "qu'une façade". "D'ici quelques jours, on verra qu'ils sont bien pires encore qu'avant", assure-t-elle. "Je ne vois pas comment ça pourrait s'arranger. Je ne vois que l'obscurité. Il n'y a plus de lumière".

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Koweit
Une femme transgenre condamnée pour imitation du sexe opposé
 

Le Koweït a condamné à deux ans de prison une femme transgenre pour avoir "imité le sexe opposé", selon l'ONG de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) qui exhorte jeudi les autorités de ce pays du Golfe conservateur à la libérer.
 
 
 
 
  
Pays-Bas
L'héritier du trône, le roi ou la reine peuvent épouser une personne du même sexe, selon le Premier ministre
 

Le gouvernement néerlandais considère que l'héritier du trône des Pays-Bas, qui ont été le premier pays en 2001 à légaliser le mariage homosexuel, peut épouser une personne du même sexe sans perdre ses droits à la succession, a déclaré le Premier ministre Mark Rutte.
 
 
 
 
  
Namibie
La justice accorde la citoyenneté à un enfant d'un couple gay
 

Un tribunal namibien a accordé mercredi la citoyenneté au fils âgé de deux ans d'un couple homosexuel, mettant fin à une bataille judiciaire sur les enfants de parents gays nés de mère porteuse.
 
 
 
 
  
Afrique
Le Botswana demande l'annulation de la dépénalisation de l'homosexualité
 

Le gouvernement du Botswana a demandé mardi à la justice d'annuler la dépénalisation de l'homosexualité dans le pays, lors d'une audience devant la Cour d'appel, estimant qu'il s'agit d'une "question politique" et non juridique.
 
 
 
 
  
Union européenne
Clément Beaune exhorte la Hongrie à respecter les droits LGBT
 

Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune, en visite mardi à Budapest, a exhorté la Hongrie à respecter les "valeurs communes" de l'Europe, sous peine de sanctions. En ligne de mire les doits des personnes LGBT.
 
 
 
 
  
Justice
La CEDH déboute des plaignants qui poursuivaient le Vatican pour des actes de pédocriminalité
 

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a débouté ce mardi 12 octobre 24 plaignants qui avaient poursuivi en vain le Vatican devant les juridictions belges pour des actes de pédocriminalité commis par des prêtres catholiques.
 
 
 
 
  
Handball
Procédure disciplinaire demandée à l'encontre du président de Nantes après des propos homophobes
 

La Fédération française de handball (FFHB) a demandé l'ouverture d'une procédure disciplinaire visant le président de Nantes, Gaël Pelletier, accusé par deux arbitres d'avoir tenu des propos homophobes à leur encontre lors d'un match de championnat vendredi, ce que le dirigeant conteste.
 
 
 
 
  
Essonne
Une enquête est ouverte après l'agression homophobe d'un mineur
 

Une enquête a été ouverte lundi par le parquet d'Evry à la suite de l'agression homophobe jeudi d'un mineur de 17 ans à Montgeron (Essonne), ville de près de 24.000 habitants située au sud-est de Paris.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Netflix défend l'humoriste Dave Chappelle après des blagues jugées transphobes
 

Netflix a défendu lundi son choix de diffuser un spectacle de l'humoriste américain Dave Chappelle dans lequel il tient des propos jugés transphobes par certains, selon des médias américains.
 
 
 
 
  
BD
Le nouveau Superman est bisexuel
 

Dans une bande dessinée qui sortira en novembre, le nouveau Superman, le fils de Clark Kent, va tomber amoureux d'un homme et assumera son "identité" de "bisexuel", a annoncé lundi l'éditeur DC Comics, filiale de Warner Bros, nouvelle illustration de l'adaptation de la BD américaine à l'évolution des moeurs.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site