e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 L'abandon d'un traité protégeant les femmes, au nom de la lutte contre l'homosexualité, provoque une onde de choc - Turquie 
Turquie
L'abandon d'un traité protégeant les femmes, au nom de la lutte contre l'homosexualité, provoque une onde de choc
 

La décision du président Recep Tayyip Erdogan de retirer la Turquie d'un traité de lutte contre les violences faites aux femmes au nom de la lutte contre l'homosexualité a beau avoir provoqué une onde de choc, certaines associations féministes conservatrices l'ont accueillie avec "compréhension".

 
 
 
 

C'est notamment le cas de l'association Femmes et Démocratie (KADEM) dont la vice-présidente n'est autre que la fille cadette du président turc, Sumeyye Erdogan. L'argument avancé par la présidence pour justifier ce retrait a en effet trouvé écho auprès de certaines organisations conservatrices comme KADEM: préserver les valeurs familiales face à ceux qui cherchent à "normaliser l'homosexualité" au nom du traité abandonné, qui prohibe plus généralement toute discrimination basée sur "le genre".

Connu sous le nom de Convention d'Istanbul, ce traité du Conseil de l'Europe datant de 2011 oblige les gouvernements à adopter une législation réprimant la violence domestique et les abus similaires, y compris le viol conjugal et la mutilation génitale féminine. Son abandon par la Turquie a été annoncé dans un décret publié dans la nuit du 19 au 20 mars. Ce retrait, décidé alors que les féminicides n'ont cessé d'augmenter depuis une décennie en Turquie, a suscité la colère des organisations de défense des droits des femmes et des critiques de l'Union européenne, de Washington et du Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU.

"Ni pour ni contre"

Mais pour Derya Yanik, avocate et membre du conseil d'administration de KADEM, l'association faite par certains milieux entre la convention et la défense des droits des LGBT était devenue "un poids difficile à porter" dans un pays largement conservateur. "De notre point de vue, la convention d'Istanbul était un instrument pour combattre les violences faites aux femmes. Mais certains groupes l'ont associé aux droits des LGBT. C'est un des facteurs qui ont nui au traité", affirme Mme Yanik à l'AFP.

Si ses propos ressemblent à une défense des justifications avancées par Ankara, Mme Yanik tient à préciser que KADEM n'est "ni pour ni contre" la convention d'Istanbul. Elle fait valoir que la Turquie est déjà dotée d'une législation pour protéger les femmes, ce qui rend, selon elle, le traité moins indispensable. "On a prétendu qu'en cas de retrait de la convention d'Istanbul, il n'y aurait plus de moyens pour protéger les femmes. Mais ce n'est pas le cas", affirme l'avocate. Reprenant à son compte les arguments des autorités turques, Mme Yanik considère que le traité "imposait" la défense des LGBT comme "le nouveau normal".

La décision du chef de l'Etat turc a provoqué des manifestations à travers la Turquie de femmes qui se sentent menacées par l'abandon du traité dans un pays où la mentalité patriarcale est encore prédominante. Plus de 300 femmes ont été tuées l'année dernière en Turquie, selon la plateforme "Nous allons arrêter les féminicides".

Environ 38% des femmes en Turquie ont affirmé avoir été au moins une fois victimes de violences conjugales, selon les données de l'Organisation mondiale de la Santé, alors que le taux se situe aux alentours de 25% pour l'Europe.

"Pas de leçons de morale"

Pour Rumeysa Camdereli, fondatrice de "Havle", un groupe qui se présente comme féministe et musulman, prétendre que la convention d'Istanbul impose à la Turquie l'acceptation du style de vie des LGBT est ridicule. "Certains pensent que les gens deviendront homosexuels après avoir lu le traité. Ce n'est même pas un argument qui vaut la peine d'y répondre", rit-elle. Pour Mme Camdereli, les femmes en Turquie ont besoin de "protections légales et pas de leçons de morale".

Selon les défenseurs des droits des femmes, les lois existantes sont mal appliquées par les forces de l'ordre et la justice en Turquie, alimentant ainsi une culture d'impunité pour les auteurs des violences. Mme Camdereli refuse cependant de tomber dans "le désespoir" et reste convaincue qu'il faut continuer la lutte. "C'est la violence masculine qui détruit la famille, pas le traité", affirme-t-elle.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Assassinat de Xavier Jugelé
10 ans de prison pour le principal accusé
 

La cour d’assises de Paris a condamné Nourredine Allam, 31 ans, pour avoir vendu à l’assaillant l’arme ayant servi à tirer sur le policier, en 2017.
 
 
 
 
  
Familles d'accueil homo
La Cour suprême des Etats-Unis accorde une victoire en demi-teinte aux milieux religieux
 

La Cour suprême des Etats-Unis a donné raison jeudi à un organisme catholique qui refusait de placer des enfants dans des familles d'accueil homosexuelles au nom de ses convictions religieuses.
 
 
 
 
  
USA / Lingerie
Victoria's Secret engage la footballeuse lesbienne Megan Rapinoe comme égérie
 

La marque américaine de lingerie Victoria's Secret a engagé la footballeuse lesbienne Megan Rapinoe comme égérie, signe de sa volonté de rompre avec un modèle de femme jugé caricatural, symbolisé par son fameux défilé annuel de mannequins.
 
 
 
 
  
Mémorial de la Shoah
Une exposition sur la persécution des homosexuels dans l'Europe nazie
 

Le Mémorial de la Shoah propose une exposition sur l'histoire des persécutions des homosexuels et lesbiennes en Allemagne et en Europe à l'époque du nazisme, et la lente reconnaissance de leurs discriminations après-guerre. 
 
 
 
 
  
Union européenne
Bruxelles examine la conformité de la loi hongroise sur la promotion de l'homosexualité au droit européen
 

La Commission européenne a indiqué mercredi qu'elle était en train d'"analyser" le texte adopté la veille en Hongrie interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs, dénoncé par Washington et des ONG comme une nouvelle atteinte aux droits des LGBT.
 
 
 
 
  
Europe
Le Conseil de l'Europe appelle les collectivités polonaises à protéger les personnes LGBTI
 

Le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, instance du Conseil de l'Europe représentant les collectivités locales, a exhorté jeudi les collectivités polonaises à protéger les droits des minorités sexuelles, et à abandonner les textes hostiles à leur encontre.
 
 
 
 
  
Justice
18 ans de prison requis dans le procès de l'assassinat de Xavier Jugelé
 

Le ministère public a requis mercredi à Paris une peine de 18 ans de prison à l'encontre du principal accusé dans le procès de l'assassinat du policier gay Xavier Jugelé, sur les Champs-Elysées en avril 2017, alors que ses avocats ont réclamé son acquittement.
 
 
 
 
  
Justice
La plainte pour viol sur mineur contre Jeremstar à Nîmes classée sans suite
 

La plainte pour "viol sur mineur" à l’encontre du chroniqueur de télévision et personnalité des réseaux sociaux Jeremstar a été classée sans suite, a confirmé, mercredi 16 juin dans la soirée, à l’Agence France-Presse le procureur de Nîmes, Eric Maurel.
 
 
 
 
  
Hongrie
Le parlement interdit la promotion de l'homosexualité auprès des mineurs
 

La Hongrie a adopté mardi un texte interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs, suscitant l'inquiétude des défenseurs des droits, alors que le gouvernement souverainiste de Viktor Orban multiplie les restrictions visant les LGBT.
 
 
 
 
  
Hongrie
Nombreuses réactions d'inquiétude après le passage d'une loi homophobe
 

Les réactions internationales se sont multipliées après l'adoption par le parlement hongrois d'un texte interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs. L'inquiétude des défenseurs des droits s'intensifie alors que le gouvernement populiste de Viktor Orban multiplie les restrictions visant la communauté LGBT.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site