e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 L'abandon d'un traité protégeant les femmes, au nom de la lutte contre l'homosexualité, provoque une onde de choc - Turquie 
Turquie
L'abandon d'un traité protégeant les femmes, au nom de la lutte contre l'homosexualité, provoque une onde de choc
 

La décision du président Recep Tayyip Erdogan de retirer la Turquie d'un traité de lutte contre les violences faites aux femmes au nom de la lutte contre l'homosexualité a beau avoir provoqué une onde de choc, certaines associations féministes conservatrices l'ont accueillie avec "compréhension".

 
 
 
 

C'est notamment le cas de l'association Femmes et Démocratie (KADEM) dont la vice-présidente n'est autre que la fille cadette du président turc, Sumeyye Erdogan. L'argument avancé par la présidence pour justifier ce retrait a en effet trouvé écho auprès de certaines organisations conservatrices comme KADEM: préserver les valeurs familiales face à ceux qui cherchent à "normaliser l'homosexualité" au nom du traité abandonné, qui prohibe plus généralement toute discrimination basée sur "le genre".

Connu sous le nom de Convention d'Istanbul, ce traité du Conseil de l'Europe datant de 2011 oblige les gouvernements à adopter une législation réprimant la violence domestique et les abus similaires, y compris le viol conjugal et la mutilation génitale féminine. Son abandon par la Turquie a été annoncé dans un décret publié dans la nuit du 19 au 20 mars. Ce retrait, décidé alors que les féminicides n'ont cessé d'augmenter depuis une décennie en Turquie, a suscité la colère des organisations de défense des droits des femmes et des critiques de l'Union européenne, de Washington et du Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU.

"Ni pour ni contre"

Mais pour Derya Yanik, avocate et membre du conseil d'administration de KADEM, l'association faite par certains milieux entre la convention et la défense des droits des LGBT était devenue "un poids difficile à porter" dans un pays largement conservateur. "De notre point de vue, la convention d'Istanbul était un instrument pour combattre les violences faites aux femmes. Mais certains groupes l'ont associé aux droits des LGBT. C'est un des facteurs qui ont nui au traité", affirme Mme Yanik à l'AFP.

Si ses propos ressemblent à une défense des justifications avancées par Ankara, Mme Yanik tient à préciser que KADEM n'est "ni pour ni contre" la convention d'Istanbul. Elle fait valoir que la Turquie est déjà dotée d'une législation pour protéger les femmes, ce qui rend, selon elle, le traité moins indispensable. "On a prétendu qu'en cas de retrait de la convention d'Istanbul, il n'y aurait plus de moyens pour protéger les femmes. Mais ce n'est pas le cas", affirme l'avocate. Reprenant à son compte les arguments des autorités turques, Mme Yanik considère que le traité "imposait" la défense des LGBT comme "le nouveau normal".

La décision du chef de l'Etat turc a provoqué des manifestations à travers la Turquie de femmes qui se sentent menacées par l'abandon du traité dans un pays où la mentalité patriarcale est encore prédominante. Plus de 300 femmes ont été tuées l'année dernière en Turquie, selon la plateforme "Nous allons arrêter les féminicides".

Environ 38% des femmes en Turquie ont affirmé avoir été au moins une fois victimes de violences conjugales, selon les données de l'Organisation mondiale de la Santé, alors que le taux se situe aux alentours de 25% pour l'Europe.

"Pas de leçons de morale"

Pour Rumeysa Camdereli, fondatrice de "Havle", un groupe qui se présente comme féministe et musulman, prétendre que la convention d'Istanbul impose à la Turquie l'acceptation du style de vie des LGBT est ridicule. "Certains pensent que les gens deviendront homosexuels après avoir lu le traité. Ce n'est même pas un argument qui vaut la peine d'y répondre", rit-elle. Pour Mme Camdereli, les femmes en Turquie ont besoin de "protections légales et pas de leçons de morale".

Selon les défenseurs des droits des femmes, les lois existantes sont mal appliquées par les forces de l'ordre et la justice en Turquie, alimentant ainsi une culture d'impunité pour les auteurs des violences. Mme Camdereli refuse cependant de tomber dans "le désespoir" et reste convaincue qu'il faut continuer la lutte. "C'est la violence masculine qui détruit la famille, pas le traité", affirme-t-elle.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Turquie
Le transfert en France de Fabien Azoulay examiné selon la procédure habituelle, selon l'ambassade
 

Le transfert vers la France de Fabien Azoulay, un homosexuel de confession juive, victime selon ses avocats de "violences aggravées" dans une prison turque, est examiné "au même niveau de priorité" que les demandes similaires concernant d'autres détenus, a indiqué jeudi l'ambassade de Turquie à Paris.
 
 
 
 
  
GPA à l'étranger
Nées d'une mère porteuse, les filles d'un couple gay bloquées en Afrique du Sud
 

Rien ne semble perturber les siestes et les biberons de Maya et Paula, un mois, dans cette paisible maison de Johannesburg. Pourtant, filles d'un couple gay de Namibie et nées d'une mère porteuse sud-africaine, la question de leur citoyenneté agite.
 
 
 
 
  
Europe
La Bulgarie sommée de fournir un document de voyage au bébé apatride de lesbiennes
 

La Bulgarie, qui refuse d'accorder la nationalité à la fillette apatride d'un couple lesbien, doit lui fournir un document faisant mention de ses deux parents pour lui permettre de voyager, a estimé jeudi l'avocate générale de la Cour de justice de l'UE.
 
 
 
 
  
Elections régionales
Tentative d'effacement des positions anti-mariage gay de Valérie Pécresse sur sa page Wikipédia
 

La proximité des élections régionales donnent lieu à quelques manoeuvres. Ainsi Des partisans de Valérie Pécresse ont tenté d'effacer ses prises de positions anciennes anti-mariage gay sur sa page Wikipédia.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Un ancien candidat de la téléréalité The Bachelor révèle son homosexualité
 

Colton Underwood, ancien candidat de l'émission de téléréalité américaine "The Bachelor, où un célibataire se prête au jeu de la séduction avec un groupe de prétendantes en vue d'une hypothétique demande en mariage, a révélé mercredi être homosexuel.
 
 
 
 
  
Paris
L'Inter-LGBT demande l'abandon du projet de place dédiée à Claude Goasguen
 

L’Inter-LGBT s’insurge contre la décision de la mairie de Paris de dédier une place de la capitale à la mémoire de Claude Goasguen, ancien élu parisien notoirement homophobe. Elle demande l'abandon de ce projet à Anne Hidalgo au nom de la cohérence politique.
 
 
 
 
  
Cameroun
Au moins 24 arrestations ou abus sur des personnes soupçonnées d'homosexualité
 

Les forces de sécurité camerounaises ont arbitrairement arrêté, battu ou menacé au moins 24 personnes soupçonnées d'homosexualité ou pour non-conformité de genre, depuis février 2021, a indiqué mercredi Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué.
 
 
 
 
  
Diplomatie
Les droits des LGBT en Russie et Tchétchénie oubliés du futur sommet Biden-Poutine ?
 

L'annonce d'un sommet Poutine-Biden n'auguren rien de bon quant à la question des droits des personnes LGBT en Russie ou en Tchétchénie que le Kremlin n'entend pas inscrire au programme de la rencontre. 
 
 
 
 
  
Algérie / Hirak
Manifestation de soutien à des militants accusant la police du viol d'un mineur
 

Une manifestation du Hirak a apporté son soutien à quatre militants écroués après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo d'un mineur de 15 ans accusant des policiers d'"attouchements sexuels" après son arrestation lors d'une précédente marche de protestation à Alger.
 
 
 
 
  
Donnés personnelles
Le Conseil d'Etat remet partiellement en cause l'application GendNotes des gendarmes
 

Le Conseil d'Etat a partiellement remis en cause mardi le fichier controversé de la gendarmerie "GendNotes", en dénonçant les risques de dérive et de détournement des données collectées par cette application, mais a refusé d'annuler le décret autorisant sa création.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site