e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 L'Afrique du Sud s'insurge contre la règlementation visant Caster Semenya - Athlétisme / Intersexe 
Athlétisme / Intersexe
L'Afrique du Sud s'insurge contre la règlementation visant Caster Semenya
 

"Sexistes", "racistes", "homophobes", "humiliantes": l'Afrique du Sud a annoncé jeudi sa décision de contester légalement les nouvelles règles internationales visant les athlètes féminines hyper-androgènes, dont sa championne olympique Caster Semenya.

 
 
 
 

Après plusieurs jours de consultations, la Fédération sud-africaine d'athlétisme (ASA) va déposer un recours auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) contre le nouveau règlement, jugé "biaisé", édicté par la Fédération internationale (IAAF).

Présenté la semaine dernière, il impose, à compter du 1er novembre, aux femmes qui produisent naturellement beaucoup de testostérone de baisser ce niveau par un traitement pour pouvoir participer aux courses du 400 m au mile (1.609 m).

L'IAAF a fondé sa décision sur une étude scientifique, financée par elle, qui a conclu que cette hormone produite en grande quantité donnait un avantage "significatif" dans certaines épreuves. Elle a eu beau souligner que la nouvelle règle avait "pour unique finalité de garantir une compétition juste et pertinente", elle a provoqué un tollé en Afrique du Sud.

Sportifs et politiques n'y ont vu qu'une volonté délibérée d'écarter "leur" reine du demi-fond Caster Semenya, double championne olympique du 800 mètres. Cette décision "sexiste (...) ostracise certains individus, à savoir les femmes, pour aucune raison si ce n'est le fait qu'elle sont nées ainsi", s'est indigné Steve Cornelius, professeur à la faculté de droit de Pretoria, qui a immédiatement remis sa démission du tribunal disciplinaire de l'IAAF.

"Ma conscience m'interdit de continuer à m'associer à une organisation" qui adopte une régulation "basée sur la même idéologie que celle qui a conduit aux pires injustices", a-t-il écrit au patron de l'IAAF, le Britannique Sebastian Coe.

Une allusion transparente au régime raciste de l'apartheid en Afrique du Sud, aboli officiellement en 1994. Mais aussi à tous les pays où des individus ont été "contraints de suivre des traitements ou étaient exhibés comme des animaux de foire parce qu'ils étaient simplement différents", a-t-il précisé à l'AFP.

Des sportifs ont aussi fait part de leur écoeurement. "Je ne crois pas en une réglementation sur la participation des femmes dans le sport parce qu'elles ne correspondent pas aux critères occidentaux de la féminité", s'est insurgée la Canadienne Ercia Wiebe, championne olympique de lutte. "#Caster est en or #Non aux règles de l'IAAF", a réagi l'ancienne sprinteuse sud-africaine Géraldine Pillay-Viret.

Caster Semenya, qui a dû encaisser de nombreuses questions sur sa féminité depuis son premier titre mondial en 2009, a répondu à l'IAAF en gardant la tête haute. "Dieu m'a créée ainsi, et je l'accepte. Je suis fière de qui je suis". La jeune femme à la voix grave et à la carrure imposante est intersexuée, comme 0,1 à 0,4% de la population mondiale.

En clair, une sécrétion excessive d'androgènes provoque chez ces femmes une hausse du niveau de testostérone, qui accroît la masse musculaire et donc les performances. Une sorte de dopage génétique involontaire qui a valu à Caster Semenya d'être suspendue pendant onze mois et de devoir subir une série de tests médicaux.

Comme souvent dans une Afrique du Sud toujours meurtrie par des décennies d'apartheid, l'affaire a pris une tournure raciale. La ministre des Sports, Tokozile Xasa, a dénoncé une décision "extrêmement sexiste, raciale et homophobe".

Le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), s'est insurgé contre des "règles anti-sportives", "injustes et ouvertement racistes" qui "rappellent douloureusement notre passé".

La fédération canadienne d'athlétisme a aussi pris la défense des athlètes hyper-androgènes, faisant part de "ses sérieuses inquiétudes" après l'adoption de la nouvelle réglementation. "Le principal problème" dans la décision de l'IAAF est que "la science n'est pas concluante", poursuit Steve Cornelius. "La science sur laquelle l'IAAF se fonde a été remise en cause dans des revues spécialisées", assure-t-il.

Pire, les travaux scientifiques utilisés par l'IAAF ne soutiennent pas sa nouvelle réglementation, affirment même plusieurs experts. Ils mettent en évidence une différence de performances dans le saut à la perche et le lancer du marteau, mais pas dans le 1.500 m. Or, si les deux premières disciplines ne sont pas soumises à la nouvelle réglementation, le 1.500 m, lui, l'est...

L'Américaine Tianna Bartoletta, spécialiste du saut en longueur, se dit d'ailleurs "étonnée" par les épreuves affectées par le nouveau réglement, que réclamaient certaines athlètes féminines. L'IAAF "a fait preuve de malhonnêteté", prévient Steve Cornelius, "devant la justice ils vont avoir du mal à se justifier."

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Discrimination
L'ouverture partielle du don de sang aux homosexuels n'a pas augmenté le risque de transmission du VIH
 

L'ouverture du don de sang aux homosexuels en juillet 2016 n'a pas augmenté le risque de transmission du virus du sida par transfusion, qui reste "très faible en France", selon les premiers résultats d'une enquête publiée mercredi par l'agence sanitaire Santé publique France.
 
 
 
 
  
Justice / Parentalité
Une femme trans obtient le statut inédit de parent biologique
 

La cour d'appel de Montpellier a octroyé le statut inédit de "parent biologique" à un homme devenu femme et qui a eu un enfant avec son nouvel état civil.
 
 
 
 
  
Cuba
Le mariage gay, point fort de la nouvelle constitution
 

Cuba boucle jeudi trois mois de débats populaires sur la réforme de sa Constitution: le texte, qui ouvre la voie au mariage homosexuel, sera peaufiné par l'Assemblée puis soumis à référendum en février.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Plus de diversité dans la nouvelle promo d'élus à la Chambre américaine
 

Des dizaines de nouveaux élus à la Chambre américaine des représentants se sont retrouvés mercredi pour une photo de famille illustrant la plus grande diversité née d'élections parlementaires qui ont donné la victoire à un nombre record de femmes et de candidats issus de minorités.
 
 
 
 
  
TPMP
C8 renonce à une demande de dédommagement après les sanctions relatives au canular homophobe d'Hanouna
 

C8, filiale du groupe Canal+ sanctionnée à trois reprises par le CSA pour des séquences diffusées dans l'émission de Cyril Hanouna, a renoncé à la demande de dédommagement qu'elle avait formulée à l'encontre du régulateur de l'audiovisuel qui l'avait sanctionné après un canular homophobe.
 
 
 
 
  
Homophobie
Les scènes gay de Bohemian Rhapsody censurées en Malaisie
 

Le biopic consacré à Freddie Mercury, chanteur emblématique de Queen, est censuré en Malaisie. Les scènes évoquant l'homosexualité ont été coupées. 
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes en 2017
 

Les Etats-Unis ont enregistré une hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes lors de la première année de présidence de Donald Trump, selon des statistiques du FBI rendues publiques mardi.
 
 
 
 
  
Gestation pour autrui
Quinze personnes inculpées au Cambodge
 

Quinze personnes, dont onze mères porteuses, ont été inculpées mardi au Cambodge qui tente d'enrayer la gestation pour autrui, pratique en pleine essor notamment à destination des couples chinois mais illégale depuis 2016.
 
 
 
 
  
PMA
Une proposition de loi de députés LFI pour pousser le gouvernement à accélérer
 

Des députés Insoumis ont préparé une proposition de loi sur l'extension de la PMA, une forme de coup de pression sur le gouvernement, alors que le projet de loi sur la bioéthique et ce sujet hautement sensible semble prendre du retard.
 
 
 
 
  
USA / Elections au Congrès
Kyrsten Sinema, démocrate et bisexuelle revendiquée, élue sénatrice dans l'Arizona
 

Avec un long recomptage des voix, un deuxième siège sénatorial est finalement remporté par la démocrate, bisexuelle revendiquée, en Arizona lors des élections de mi-mandat.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site