e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 L'Afrique du Sud s'insurge contre la règlementation visant Caster Semenya - Athlétisme / Intersexe 
Athlétisme / Intersexe
L'Afrique du Sud s'insurge contre la règlementation visant Caster Semenya
 

"Sexistes", "racistes", "homophobes", "humiliantes": l'Afrique du Sud a annoncé jeudi sa décision de contester légalement les nouvelles règles internationales visant les athlètes féminines hyper-androgènes, dont sa championne olympique Caster Semenya.

 
 
 
 

Après plusieurs jours de consultations, la Fédération sud-africaine d'athlétisme (ASA) va déposer un recours auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) contre le nouveau règlement, jugé "biaisé", édicté par la Fédération internationale (IAAF).

Présenté la semaine dernière, il impose, à compter du 1er novembre, aux femmes qui produisent naturellement beaucoup de testostérone de baisser ce niveau par un traitement pour pouvoir participer aux courses du 400 m au mile (1.609 m).

L'IAAF a fondé sa décision sur une étude scientifique, financée par elle, qui a conclu que cette hormone produite en grande quantité donnait un avantage "significatif" dans certaines épreuves. Elle a eu beau souligner que la nouvelle règle avait "pour unique finalité de garantir une compétition juste et pertinente", elle a provoqué un tollé en Afrique du Sud.

Sportifs et politiques n'y ont vu qu'une volonté délibérée d'écarter "leur" reine du demi-fond Caster Semenya, double championne olympique du 800 mètres. Cette décision "sexiste (...) ostracise certains individus, à savoir les femmes, pour aucune raison si ce n'est le fait qu'elle sont nées ainsi", s'est indigné Steve Cornelius, professeur à la faculté de droit de Pretoria, qui a immédiatement remis sa démission du tribunal disciplinaire de l'IAAF.

"Ma conscience m'interdit de continuer à m'associer à une organisation" qui adopte une régulation "basée sur la même idéologie que celle qui a conduit aux pires injustices", a-t-il écrit au patron de l'IAAF, le Britannique Sebastian Coe.

Une allusion transparente au régime raciste de l'apartheid en Afrique du Sud, aboli officiellement en 1994. Mais aussi à tous les pays où des individus ont été "contraints de suivre des traitements ou étaient exhibés comme des animaux de foire parce qu'ils étaient simplement différents", a-t-il précisé à l'AFP.

Des sportifs ont aussi fait part de leur écoeurement. "Je ne crois pas en une réglementation sur la participation des femmes dans le sport parce qu'elles ne correspondent pas aux critères occidentaux de la féminité", s'est insurgée la Canadienne Ercia Wiebe, championne olympique de lutte. "#Caster est en or #Non aux règles de l'IAAF", a réagi l'ancienne sprinteuse sud-africaine Géraldine Pillay-Viret.

Caster Semenya, qui a dû encaisser de nombreuses questions sur sa féminité depuis son premier titre mondial en 2009, a répondu à l'IAAF en gardant la tête haute. "Dieu m'a créée ainsi, et je l'accepte. Je suis fière de qui je suis". La jeune femme à la voix grave et à la carrure imposante est intersexuée, comme 0,1 à 0,4% de la population mondiale.

En clair, une sécrétion excessive d'androgènes provoque chez ces femmes une hausse du niveau de testostérone, qui accroît la masse musculaire et donc les performances. Une sorte de dopage génétique involontaire qui a valu à Caster Semenya d'être suspendue pendant onze mois et de devoir subir une série de tests médicaux.

Comme souvent dans une Afrique du Sud toujours meurtrie par des décennies d'apartheid, l'affaire a pris une tournure raciale. La ministre des Sports, Tokozile Xasa, a dénoncé une décision "extrêmement sexiste, raciale et homophobe".

Le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), s'est insurgé contre des "règles anti-sportives", "injustes et ouvertement racistes" qui "rappellent douloureusement notre passé".

La fédération canadienne d'athlétisme a aussi pris la défense des athlètes hyper-androgènes, faisant part de "ses sérieuses inquiétudes" après l'adoption de la nouvelle réglementation. "Le principal problème" dans la décision de l'IAAF est que "la science n'est pas concluante", poursuit Steve Cornelius. "La science sur laquelle l'IAAF se fonde a été remise en cause dans des revues spécialisées", assure-t-il.

Pire, les travaux scientifiques utilisés par l'IAAF ne soutiennent pas sa nouvelle réglementation, affirment même plusieurs experts. Ils mettent en évidence une différence de performances dans le saut à la perche et le lancer du marteau, mais pas dans le 1.500 m. Or, si les deux premières disciplines ne sont pas soumises à la nouvelle réglementation, le 1.500 m, lui, l'est...

L'Américaine Tianna Bartoletta, spécialiste du saut en longueur, se dit d'ailleurs "étonnée" par les épreuves affectées par le nouveau réglement, que réclamaient certaines athlètes féminines. L'IAAF "a fait preuve de malhonnêteté", prévient Steve Cornelius, "devant la justice ils vont avoir du mal à se justifier."

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Presse gay
Nouvelle tentative de relance pour Têtu avec de nouveaux actionnaires
 

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d'entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l'impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
 
 
 
 
  
International
Un drapeau LGBT sur l'ambassade britannique au Bélarus rend Minsk furieux
 

Le Bélarus a violemment critiqué le Royaume-Uni pour avoir levé un drapeau LGBT sur le territoire de son ambassade à Minsk à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, assurant que les relations homosexuelles sont une "supercherie".
 
 
 
 
  
Etude
Pas de discrimination significative selon l'orientation sexuelle dans la Fonction publique
 

Les candidats suggérant leur homosexualité ne font pas l'objet d'une discrimination à l'embauche "significative" dans la fonction publique même si des "différences de traitement" existent, selon les premiers résultats d'une étude présentés vendredi dernier.
 
 
 
 
  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.
 
 
 
 
  
Gouvernement
Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out
 

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.
 
 
 
 
  
Sondage
25% des Français tiennent des propos homophobes devant un match de foot
 

Un sondage Ipsos diffusé jeudi, dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, pointe du doigt une homophobie banalisée dans le football.
 
 
 
 
  
Danemark
Le compagnon du ministre de la Justice agressé pour son homosexualité
 

Le compagnon du ministre danois de la Justice a été violemment agressé par un homme, de nationalité slovène et qui a tenu des propos homophobes selon les médias, a annoncé la police de Copenhague jeudi.
 
 
 
 
  
Transgenre en Haïti
En couple, ils militent pour la tolérance
 

"Le genre, c'est entre tes oreilles, le sexe c'est entre tes jambes": avec le sens de la formule, Yaisah Val, encouragée par son mari, veut faire accepter l'identité trans par la société haïtienne empreinte de conservatisme religieux et politique.
 
 
 
 
  
Festival de Cannes
Le gala de l'amfAR contre le sida fait le plein de stars
 

Les acteurs Kristen Stewart, Pierce Brosnan, Adrien Brody et Chris Tucker, le champion automobile Lewis Hamilton, mais aussi Julian Lennon, Paris Hilton et des top models dont Heidi Klum et Milla Jovovich, parmi d'autres personnalités, ont participé jeudi soir au Cap d'Antibes au gala de l'amfAR "Cinéma contre Sida".
 
 
 
 
  
Journée internationale contre l'homophobie
72 pays pénalisent encore l'homosexualité
 

Si la plupart des pays occidentaux ont dépénalisé l'homosexualité et fait progresser les droits des personnes LGBT, 72 pays oppriment encore les homosexuels et transgenres dans le monde. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce