e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Le cardinal homophobe George Pell condamné à six ans de prison pour pédophilie - Eglise catholique   
Eglise catholique
Le cardinal homophobe George Pell condamné à six ans de prison pour pédophilie
 

Le cardinal australien George Pell, ancien numéro trois du Vatican tombé en disgrâce et connu pour ses positions homophobes, a été condamné mercredi à six ans de prison pour agressions sexuelles "éhontées" contre deux enfants de choeur dénoncées par le juge comme un "grave" abus de pouvoir.

 
 
 
 

Le cardinal, qui clame son innocence et a fait appel de sa condamnation, défend les valeurs traditionnelles du catholicisme. Tenant de la ligne dure sur des sujets comme l'euthanasie ou le mariage gay, il rejette aussi la science du climat ainsi que les critiques contre la politique répressive menée par l'Australie envers les demandeurs d'asile.

Goege Pell a été reconnu coupable en décembre de pénétration sexuelle et de quatre chefs d'attentat à la pudeur contre les deux adolescents alors âgés de 13 ans. Mais ce verdict n'avait pu être annoncé que fin février pour des raisons juridiques.

Plus haut représentant de l'Eglise catholique jamais reconnu coupable de viol sur mineur, George Pell, 77 ans, devra passer au minimum trois ans et huit mois derrière les barreaux.

Le juge Peter Kidd a expliqué avoir tenu compte pour rendre sa sentence des "crimes odieux" commis par un prélat ayant profité de sa position d'autorité sur les jeunes victimes. Mais il a aussi mis dans la balance son âge avancé, ses problèmes cardiaques et le fait qu'il avait "par ailleurs mené une vie irréprochable". "Vous pourriez ne pas vivre assez longtemps pour sortir de prison", a-t-il relevé.

Le cardinal Pell, vêtu d'une chemise noire, sans son habituel col romain, est resté impassible, les mains croisées sur les genoux, alors que le juge décrivait avec force détails difficiles à entendre les agressions "incroyablement arrogantes" commises contre les garçons.

Le cardinal risquait jusqu'à 50 ans de réclusion criminelle.

Les victimes ont témoigné de leur déconvenue face à ce jugement relativement clément et une procédure judiciaire qui n'est pas terminée.

"C'est difficile de trouver du réconfort" dans cette décision, a déclaré une victime identifiée seulement par l'initiale "J", par la voix de son avocate Vivian Waller. "Je suis reconnaissant que le tribunal ait reconnu ce qui m'a été infligé quand j'étais enfant mais je ne connais pas le repos" car "plane l'ombre de la procédure d'appel".

Le père de l'autre victime décédée en 2014 d'une surdose d'héroïne a fait part de sa "déception".

En décembre 1996, le prélat avait imposé une fellation à une victime et s'était masturbé en se frottant contre l'autre, alors que les deux garçons s'étaient cachés dans la sacristie de la cathédrale St Patrick de Melbourne pour y boire du vin de messe.

Deux mois plus tard, il avait poussé l'un des adolescents contre un mur et lui avait empoigné les parties génitales.

"Il existe un degré de dégradation et d'humiliation supplémentaires en ce que chacune des victimes savait que l'autre était témoin des abus", a déclaré le juge. Ces actes ont eu des répercussions "profondes" et "durables" pour les victimes.

Le prélat est très connu en Australie où il comptait parmi ses amis des Premiers ministres et des magnats de l'industrie. Son avenir au sein de l'Eglise est désormais plus qu'incertain.

Partout dans le monde, l'Eglise catholique a été minée par une vague de scandales de pédophilie. Mais le juge de Melbourne a souligné que c'était le procès d'un individu, pas celui de l'institution. "Vous ne devez pas servir de bouc émissaire", a-t-il ajouté. "Je ne suis pas là pour juger l'Eglise catholique".

Le cardinal "a droit à une justice équitable", a martelé le magistrat, regrettant la "mentalité de meute" d'une partie de l'opinion publique.

Devant le tribunal, l'ambiance était tendue. Un homme se présentant comme une victime d'abus sexuels s'est effondré en sanglotant. Une femme a crié "argent sale" à l'intention de l'avocat du prélat qui quittait les lieux.

Jeremy Gans, spécialiste en droit de l'Université de Melbourne a estimé que la peine était courte mais correspondait "grosso modo à ce que tout le monde attendait". "Il sera difficile pour Mgr Pell de se plaindre d'une sentence trop dure".

George Pell n'a pas témoigné à son procès. Dans un interrogatoire de police filmé en 2016 alors qu'il était à Rome, il avait qualifié ces accusations de "mensonges insensés", "de tas d'inepties absolues".

Le condamné saura début juin s'il aura droit à un procès en appel.

La défense argue que le verdict est "déraisonnable" et que la décision se fonde sur le témoignage de la seule victime survivante, qui plus est sur des faits vieux de plus de deux décennies.

Elle dénonce aussi le fait que le juge ne lui ait pas permis de diffuser à l'audience une animation vidéo qui aurait pu selon elle jeter un doute sur la possibilité pour deux enfants de choeur de se retrouver seuls dans la sacristie après la messe du dimanche.

Le verdict de culpabilité avait été prononcé fin 2018, mais en raison d'une obligation de secret édictée par la justice australienne, les médias s'étaient vu imposer un silence total sur l'affaire. Ce n'est que fin février que le "black-out" fut levé, après l'abandon d'autres poursuites contre le prélat sur des faits présumés dans une piscine de Ballarat (sud de l'Australie), dans les années 1970.

Rédaction avec AFP

 

> Publicité <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Afrique
La justice kényane refuse de décriminaliser l'homosexualité
 

La Haute Cour du Kenya a refusé vendredi d'abroger les lois criminalisant l'homosexualité, douchant ainsi les espoirs de la communauté LGBTQ, qui estime que ces sections du code pénal entretiennent la haine des homosexuels dans un pays où ils sont encore largement stigmatisés.
 
 
 
 
  
Asie
Taïwan entre dans l'histoire en actant les premiers mariages homosexuels
 

Taïwan est entré vendredi dans l'histoire en enregistrant les premiers mariages homosexuels d'Asie dans une ambiance festive et pleine d'émotion, après trois décennies de lutte pour l'égalité des droits sur l'île.
 
 
 
 
  
Rouen
Quatre adolescents soupçonnés d'agression transphobe convoqués au commissariat
 

Quatre adolescents sont suspectés d'avoir agressé deux passants, dont une femme transgenre, mardi dernier à Rouen.
 
 
 
 
  
Gala de l'amfAR
Quand le glamour se mobilise contre le sida
 

Des stars, du glamour et des millions pour la lutte contre le sida: Antonio Banderas, Eva Longoria, Adrien Brody, Andie MacDowell, Orlando Bloom ou encore Mariah Carey ont rejoint jeudi soir au Cap d'Antibes (Alpes-Maritimes) le gala de l'amfAR, en marge du Festival de Cannes.
 
 
 
 
  
Elections européennes
L'Inter-LGBT compare les programmes des listes et appelle au vote
 

A quelques jours des élections Européennes du 26 mai, l’Inter-LGBT appelle les électeurs à se mobiliser "pour que les droits humains puissent progresser dans tous les pays lors de la prochaine législature" et dresse un comparaitif des positions des différentes listes en compétition.
 
 
 
 
  
Transphobie
L'agresseur de Julia Boyer condamné à la prison ferme
 

Un tribunal a condamné l'agresseur de Julia Boyer pour "violences commises en raison de l’identité de genre" à 10 mois de prison dont 6 mois ferme. Il écope aussi d'une  mise à l’épreuve de deux ans et d'une interdiction de contacter la victime et d’apparaître aux abords de son domicile.
 
 
 
 
  
Paris
Une marche des Fiertés pour la PMA et la filiation
 

La Marche des Fiertés LGBT 2019 de Paris défilera samedi 29 juin derrière le mot d’ordre "Filiation, PMA : marre des lois a minima !".
 
 
 
 
  
Eglise catholique
Accusé d'agressions sexuelles, le nonce apostolique confronté mercredi aux plaignants
 

Le représentant du Vatican en France, visé par une enquête à Paris pour "agressions sexuelles", doit être confronté mercredi à ses accusateurs, a-t-on appris mardi de sources concordantes.
 
 
 
 
  
Afrique
La justice kényane se prononce sur une décriminalisation de l'homosexualité
 

La justice kényane s'apprête à rendre vendredi un jugement très attendu sur la constitutionnalité de deux lois datant de l'époque coloniale et criminalisant l'homosexualité, même si la communauté gay et lesbienne craint un nouveau report.
 
 
 
 
  
Sport
Le prise de parole forte d'Antoine Griezmann contre l'homophobie dans le foot
 

L'homophobie dans le football, "maintenant ça suffit !", lance l'attaquant vedette des Bleus Antoine Griezmann qui fait la couverture du magazine Têtu mercredi.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site