e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Le gouvernement s’attaque à la cancel culture dans les universités - Grande-Bretagne  
Grande-Bretagne
Le gouvernement s’attaque à la cancel culture dans les universités
 

Le gouvernement britannique a annoncé mardi des mesures pour "garantir la liberté d’expression" dans les établissements d’enseignement supérieur et tempérer les effets de la "cancel culture" qui priverait de parole certains universitaires.

 
 
 
 

Avec son projet de loi, le gouvernement veut ainsi éviter que des universitaires ne perdent leur emploi pour avoir exprimé des positions controversées, mais aussi empêcher que les pressions étudiantes ne conduisent à l’annulation de certains orateurs invités à des conférences, et décriés pour ces mêmes raisons.

"Je suis profondément inquiet de l’effet paralysant sur les campus d’une censure et d’un silence inacceptables", a déclaré mardi le ministre de l’Éducation Gavin Williamson. "Nous devons renforcer la liberté d’expression dans l’enseignement supérieur, en renforçant les obligations légales existantes et en veillant à ce que des mesures énergiques soient prises en cas de violation".

Le gouvernement envisage donc de nommer un "champion de la liberté d’expression" pour enquêter sur les cas où cette liberté a été violée, mais aussi de permettre aux universitaires qui ont perdu leur emploi dans des litiges similaires d’éventuellement réclamer une indemnisation.

"La liberté d’expression est au cœur même de notre démocratie", a estimé le Premier ministre Boris Johnson sur Twitter. "Il est tout à fait juste que nos grandes universités - lieux historiques de la liberté de penser - voient désormais cette liberté protégée et renforcée par des protections juridiques plus solides".

Ces propositions ont été saluées par un groupe de chercheurs dans le quotidien conservateur The Times. "Ces dernières années, trop d’universitaires ont été marginalisés parce qu’ils ont des opinions peu orthodoxes sur des questions comme le genre, le Brexit et l’héritage de l’empire" britannique, peut-on lire dans leur lettre ouverte.

"Des orateurs stimulants ont été désinvités (de débats) et les universités font souvent passer la ‘'sécurité émotionnelle' des étudiants avant la liberté d’enquêter", poursuivent-ils. "La plus grande menace contre la liberté d’expression ne provient pas du personnel ou des étudiants, ou de ce qu’on appelle la 'cancel culture', mais bien des tentatives du gouvernement de contrôler ce qui peut être dit ou pas sur le campus", a critiqué Jo Grady, secrétaire générale du syndicat des Universités et Colleges.

Selon Hillary Gyebi-Ababio, vice-présidente du Syndicat national des étudiants, "il n’existe pas de preuve d’une crise de la liberté d’expression sur les campus". Selon une étude récente, 0,06 % des conférences et des événements organisés dans les universités britanniques ont été interrompus ou annulés en raison de l’opinion des intervenants.

Parmi les orateurs visés, on trouvait l’europhobe pro-Brexit Nigel Farage, la journaliste de la BBC Jenni Murray accusée de transphobie ou encore le philosophe Roger Scruton, à qui sont reprochés des positions islamophobes et antisémites.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Pologne
Le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Clément Beaune, interdit de visite dans les zones sans LGBT
 

Les autorités polonaises refusent au secrétaire d’État aux affaires européennes français Clément Beaune l'accès aux "zones sans LGBT" qu'il souhaitait visiter alors qu'il est en déplacement dans le pays.
 
 
 
 
  
Afrique
Au Ghana, la difficile émergence d’un militantisme LGBT
 

L'émergence d'un militantisme LGBT au Ghana aura été de courte durée: la naissance de l'organisation LGBT Rights Ghana a déclenché une récente vague d'homophobie dans le pays, ses locaux ont été presqu'aussitôt fermés et ses fondateurs sont retournés dans l'ombre.  
 
 
 
 
  
Tunisie
Manifestation pour la libération d’une militante LGBT incarcérée
 

Des centaines de personnes ont manifesté samedi à Tunis pour exiger la libération de Rania Amdouni, une militante féministe LGBTQI+ condamnée à six mois de prison il y a quelques jours pour avoir proféré des insultes contre des policiers.
 
 
 
 
  
Australie
A Sydney, une Gay Pride presque comme les autres en dépit de la pandémie
 

Le Mardi Gras de Sydney, l'une des plus importantes Gay Prides du monde, s'est déroulé comme prévu samedi en dépit d'un changement de lieu lié aux mesures sanitaires anti-Covid prises par les autorités.
 
 
 
 
  
Journée des droits des femmes
SOS homophobie presse le gouvernement de faire aboutir la PMA pour toutes
 

SOS homophobie profite de la Journée internationale des drois des femmes pour presser le gouvernement de faire enfin aboutir la PMA pour toutes en gestation depuis plusieurs années. 
 
 
 
 
  
Disparition
Légende de la danse, mais homosexuel mal assumé, Patrick Dupond est décédé
 

S'il laisse le souvenir d'un danseur d'exception dans sa discipline, Patrick Dupond aura failli à incarner un modèle pour les jeunes gays en tenant des propos choquant sur l'homosexualité dans les dernières années de sa vie.
 
 
 
 
  
Parlement européen
Une résolution en vue pour déclarer l'Union européenne zone de liberté pour les LGBT
 

L’Union européenne pourrait être déclarée "zone de liberté" pour les personnes LGBT afin de contrer la politique homophobe de la Pologne où plusieurs territoires locaux se sont affichés "zones sans LGBT.
 
 
 
 
  
Allemagne
Procès en vue pour d'un islamiste accusé du meurtre d'un homosexuel
 

Un Syrien soupçonné d'avoir tué une personne lors d'une attaque au couteau début octobre à Dresde a été mis en accusation par la justice allemande qui a retenu la piste islamiste, ouvrant la voie à un probable procès.
 
 
 
 
  
Cinéma
Le meilleur acteur sera-t-il une actrice ? Le débat fait rage à Berlin
 

Et si le meilleur acteur était une femme, ou la meilleure actrice un homme ? Le festival du film de Berlin bouscule le monde du cinéma en substituant un prix d'interprétation "non-genré", au nom de l'égalité.
 
 
 
 
  
Football
Après une sortie malheureuse sur l'homophobie, le patron de la FFF épinglé pour un cliché misogyne
 

Après une sortie dans laquelle il minimisait l'impact des chants homophobes dans les stades, le patron de la FFF est à nouveau épinglé, pour un cliché misogyne cette fois, par l'un de ses concurrents pour la présidence de la Fédération française de foot. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site