e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Le nouveau président, une aubaine pour les minorités sexuelles de l'île ? - Cuba 
Cuba
Le nouveau président, une aubaine pour les minorités sexuelles de l'île ?
 

Un vent d'espoir souffle sur les homosexuels et les transsexuels de Cuba, dont les revendications pourraient trouver un écho favorable auprès du nouveau président Miguel Diaz-Canel qui a déjà démontré son ouverture sur des thèmes longtemps tabous dans ce pays communiste.

 
 
 
 

Le successeur des frères Castro, garant en tant que tel de la révolution socialiste, a été couvé dans la rigueur du Parti communiste de Cuba (PCC, unique) avant de se révéler au monde entier voici un mois en accédant au poste suprême.

Mais à Cuba, cet homme de 58 ans est aussi connu pour avoir donné des gages aux minorités sexuelles à l'époque où il était un cadre provincial du parti unique.

"Il a démontré une sensibilité sur ces sujets lorsqu'il dirigeait le parti" dans la province de Villa Clara (centre), rappelle Francisco Rodriguez, un journaliste, militant communiste et activiste gay très en vue sur l'île.

Miguel Diaz-Canel "a beaucoup soutenu l'activité du Centre culturel El Mejunje, un lieu de diversité et de rencontre de personnes ayant du mal à s'intégrer socialement", poursuit celui qu'on surnomme "Paquito".

Dans les années 1990, ce lieu était le seul à présenter des spectacles de travestis.

Dans la foulée de la révolution castriste, les minorités sexuelles étaient stigmatisées, et les homosexuels harcelés, voire envoyés en camps de "rééducation". S'appliquait alors une politique de marginalisation vouée à les exclure de tout emploi public.

Plusieurs décennies plus tard, l'horizon s'est dégagé et en 2010, Fidel Castro - pourtant peu habitué à verser dans l'autocritique - a reconnu les "injustices" faites aux homosexuels qui provoquèrent l'exil forcé de nombreux intellectuels et artistes dans les années 1960, 1970 et 1980.

L'impulsion de Raul et Mariela

Avec l'arrivée au pouvoir en 2008 de son frère, Mariela Castro, fille de Raul Castro, fit du Centre national d'éducation sexuelle (Cenesex) un organe de lutte contre les discriminations politiques dont étaient victimes les LGBT et de promotion de l'autorisation des unions entre personnes du même sexe.

Selon la députée, c'est sa mère, l'épouse de Raul Castro, Vilma Espin (morte en 2007), qui avait donné la première impulsion au changement de mentalité en sensibilisant les jeunes cadres du parti, dont à l'époque Miguel Diaz-Canel.

Mariela Castro raconte aujourd'hui que son père a soutenu ces démarches en coulisses. "Ce qu'il a fait en tant que premier secrétaire du parti et président (...) fut de conduire prudemment ces processus pour parvenir au consensus".

Miguel Diaz-Canel "a milité au sein de l'Union des jeunes communistes (UJC) et parmi les taches qui lui étaient assignées, il devait prendre soin du Cenesex", a récemment expliqué la fille de l'ex-président devant la presse en lançant la 11e campagne contre l'homophobie et la transphobie, qui prend fin ce 17 mai. 

A quand l'union gay ?

Ces dernières années, des avancées notables ont été constatées à Cuba, avec l'ouverture de l'armée aux homosexuels ou la gratuité des opérations de changement de sexe. Puis, en 2012, fut élue la première conseillère municipale transsexuelle, à Caibairen, dans la province de... Villa Clara.

Mais, si le PCC interdit désormais les discriminations sexuelles, l'union civile entre personnes du même sexe demeure interdite sur une île où le catholicisme est pourtant moins ancré qu'ailleurs en Amérique latine.

Selon "Paquito", le nouveau chef de l'Etat "pourrait être le premier président cubain à s'adresser directement aux homosexuels, lesbiennes, bisexuels et transsexuels et à marquer nos identités dans ses discours".

Le 14 mai, il n'est pas apparu aux côtés de Mariela Castro dans le défilé annuel contre l'homophobie, mais ses enfants musiciens Jenny et Miguel y étaient, cloturant l'évènement avec leur groupe DECUBA.

Avant d'envisager une reconnaissance légale de l'union civile, la principale revendication des LGBT, la Constitution de 1976 doit être modifiée. "Cela a été abordé très précisément et profondément au cours de la dernière réunion plénière du comité central du parti, donc nous avançons", explique Mariela Castro.

"Il ne s'agit pas seulement de sexe et de divertissement, nous avons le droit de fonder une famille", dit Alex Duchel, un employé dans la restauration de 37 ans ayant participé à la marche du 14 mai. De son côté, Julio Cesar Gonzalez, qui milite pour les droits de la communauté LGBT, "espère que dans quatre ou cinq ans beaucoup de droits que nous réclamons seront accordés".

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Presse gay
Nouvelle tentative de relance pour Têtu avec de nouveaux actionnaires
 

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d'entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l'impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
 
 
 
 
  
International
Un drapeau LGBT sur l'ambassade britannique au Bélarus rend Minsk furieux
 

Le Bélarus a violemment critiqué le Royaume-Uni pour avoir levé un drapeau LGBT sur le territoire de son ambassade à Minsk à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, assurant que les relations homosexuelles sont une "supercherie".
 
 
 
 
  
Etude
Pas de discrimination significative selon l'orientation sexuelle dans la Fonction publique
 

Les candidats suggérant leur homosexualité ne font pas l'objet d'une discrimination à l'embauche "significative" dans la fonction publique même si des "différences de traitement" existent, selon les premiers résultats d'une étude présentés vendredi dernier.
 
 
 
 
  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.
 
 
 
 
  
Gouvernement
Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out
 

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.
 
 
 
 
  
Sondage
25% des Français tiennent des propos homophobes devant un match de foot
 

Un sondage Ipsos diffusé jeudi, dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, pointe du doigt une homophobie banalisée dans le football.
 
 
 
 
  
Danemark
Le compagnon du ministre de la Justice agressé pour son homosexualité
 

Le compagnon du ministre danois de la Justice a été violemment agressé par un homme, de nationalité slovène et qui a tenu des propos homophobes selon les médias, a annoncé la police de Copenhague jeudi.
 
 
 
 
  
Transgenre en Haïti
En couple, ils militent pour la tolérance
 

"Le genre, c'est entre tes oreilles, le sexe c'est entre tes jambes": avec le sens de la formule, Yaisah Val, encouragée par son mari, veut faire accepter l'identité trans par la société haïtienne empreinte de conservatisme religieux et politique.
 
 
 
 
  
Festival de Cannes
Le gala de l'amfAR contre le sida fait le plein de stars
 

Les acteurs Kristen Stewart, Pierce Brosnan, Adrien Brody et Chris Tucker, le champion automobile Lewis Hamilton, mais aussi Julian Lennon, Paris Hilton et des top models dont Heidi Klum et Milla Jovovich, parmi d'autres personnalités, ont participé jeudi soir au Cap d'Antibes au gala de l'amfAR "Cinéma contre Sida".
 
 
 
 
  
Journée internationale contre l'homophobie
72 pays pénalisent encore l'homosexualité
 

Si la plupart des pays occidentaux ont dépénalisé l'homosexualité et fait progresser les droits des personnes LGBT, 72 pays oppriment encore les homosexuels et transgenres dans le monde. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce