e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Le père psy Anatrella n'en a pas fini avec la justice de l'Eglise - Eglise catholique  
Eglise catholique
Le père psy Anatrella n'en a pas fini avec la justice de l'Eglise
 

Le "psy de l'Eglise" Tony Anatrella, soupçonné d'abus sexuels sur de jeunes hommes, n'en a pas fini avec la justice ecclésiastique: une enquête préalable a été ouverte qui pourra conduire à des sanctions, même si Rome n'a pas autorisé un procès judiciaire canonique.

 
 
 
 

Le printemps 2016 avait mis en lumière de nouvelles accusations, dix ans après de premières plaintes, à l'encontre du père Anatrella, prêtre du diocèse de Paris accusé de thérapies déviantes sur de jeunes hommes dans son cabinet de psychanalyste.

L'AFP avait recueilli le témoignage d'un accusateur qui avait évoqué une "bonne dizaine" de "séances spéciales" en 2010-2011: "une demi-heure d'attouchements", suivie d'"une demi-heure de débriefing sur le ressenti, les émotions".

Tony Anatrella, 76 ans, a toujours nié avoir eu le moindre geste déplacé. Trois plaintes devant la justice pénale de la République pour "agressions sexuelles" n'avaient pas abouti, en 2008, notamment parce que les faits étaient prescrits.

Faute de résultat devant la justice de l'Etat, plusieurs accusateurs se sont tournés vers l'Eglise. Le père Anatrella a longtemps été bien en cour auprès de la haute hiérarchie catholique.

Ce "spécialiste en psychiatrie sociale" bénéficie même du titre de "Monseigneur" sans être évêque. Réputé pour ses écrits sur la sexualité des adolescents, il a été "consulteur" auprès de deux conseils pontificaux (famille et santé) au Vatican.

Associé à la préparation du premier guide de l'épiscopat français "Lutter contre la pédophilie", ce contempteur de "l'idéologie du genre" fut l'un des inspirateurs de l'instruction romaine visant à écarter de la prêtrise les hommes présentant une orientation homosexuelle.

Le diocèse de Paris a agi en plusieurs temps au sujet du père Anatrella, qui n'a plus aujourd'hui ni ministère ni enseignements. Le cardinal-archevêque André Vingt-Trois a mis en place à l'été 2016 une "commission d'audition" des accusateurs du prêtre-psy, et ouvert une procédure régie par le droit canonique, celui de l'Eglise.

Problème: l'omniprésent Tony Anatrella avait collaboré par le passé avec l'officialité (tribunal ecclésiastique) de Paris. L'instruction de l'affaire a donc été dépaysée devant celle de Toulouse.

Vu l'ancienneté des faits visés, l'archevêque a aussi adressé au Vatican "une demande de levée de prescription" pour permettre un procès judiciaire canonique. "Nous n'avons à ce jour reçu aucune réponse de Rome", indique le diocèse de Paris.

La prescription ne sera probablement pas levée, les faits allégués concernant des majeurs et non des mineurs. "Rome craint, en levant la prescription, un afflux de dossiers", selon une source proche du dossier.

Cette demande adressée à Rome fait bondir l'entourage des accusateurs, mais aussi celui du père Anatrella. "Personne ne demandait ça à l'archevêque de Paris", s'irrite un ecclésiastique proche de trois plaignants, qui soupçonne le cardinal Vingt-Trois d'avoir voulu "protéger" son "ami" Anatrella. -

Procédure irrégulière

"Cette procédure est complètement irrégulière", accuse aussi l'avocat de Mgr Anatrella, Me Benoît Chabert, pour qui l'archevêque et son auxiliaire Mgr Eric de Moulins-Beaufort "n'avaient qu'un objectif: ouvrir un parapluie par peur qu'on leur reproche une inaction".

L'archevêché s'en défend, assurant avoir "fait tout ce qu'il convenait de faire pour que ce dossier soit mené à son terme". Faute de feu vert romain, un procès judiciaire n'est plus possible devant la justice de l'Eglise. Mais un procès administratif est en cours, à la suite de l'ouverture d'une enquête préalable en septembre, menée par l'official (juge ecclésiastique) de Toulouse.

"Il va rencontrer tous les plaignants, le père Anatrella sera auditionné", assure-t-on au diocèse toulousain. Le dossier sera ensuite transmis à l'archevêque de Paris - donc au successeur du cardinal Vingt-Trois, dont le départ est proche -, qui pourra prendre des "remèdes pénaux" contre le prêtre-psy. Des sanctions qui ne pourront toutefois pas aller jusqu'au "renvoi de l'état clérical".

L'intéressé va répondre à la justice de l'Eglise, a assuré son avocat, dénonçant néanmoins une "chasse aux sorcières" ayant "complètement black-listé" un homme qui "clame son innocence".

Les plaignants espèrent, eux, des sanctions contre un prêtre-psy dont les écrits sur la sexualité faisaient autorité dans l'Eglise quand "le soir, il faisait payer ses attouchements". "Où est le regard du Christ dans tout ça?", s'interroge une source ecclésiastique.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
USA / Washington
Vingt ans après, hommage exceptionnel à Matthew Shepard, victime de l'homophobie
 

Il y a vingt ans, un jeune Américain homosexuel succombait après avoir été sauvagement battu et laissé pour mort dans un champ. Le 26 octobre, les cendres de Matthew Shepard seront transférées à la cathédrale de Washington, un hommage exceptionnel à celui qui est devenu un symbole des violences homophobes.
 
 
 
 
  
Droite
Cinq députés Les Républicains se déclarent favorables à la PMA pour toutes
 

Dans une tribune publiée par Le Monde, 5 députés Les Républicains refusent "d'être enfermés dans une posture hostile au progrès" et se déclarent favorables à l'extension de la PMA à toutes les femmes. 
 
 
 
 
  
Sport
La judokate française Amandine Buchard fait son coming out
 

Dans un entretien au journal Le Parisien du 22 octobre, la judokate française Amandine Buchard évoque pour la première fois son homosexualité et de sa vie de couple.
 
 
 
 
  
Stop aux LGBTphobies
Des milliers de manifestants à Paris après une série d'agressions
 

"Stop aux LGBTphobies", pour le droit d'"aimer librement": quelque 3.000 personnes, selon une source policière, se sont rassemblées à Paris dimanche, après une série d'agressions homophobes dans la capitale ces dernières semaines.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Trump projette d'empêcher la reconnaissance officielle des transgenres
 

L'administration Trump envisage de définir très strictement l'identité de genre comme étant liée aux organes sexuels à la naissance, selon une information diffusée dimanche par le New York Times. Cette disposition retirerait de fait aux personnes transgenres la possibilité de se faire reconnaître officiellement.
 
 
 
 
  
Homophobie
Un couple d'hommes frappé lundi à Paris par un chauffeur VTC
 

Deux hommes qui s'embrassaient dans un VTC dans la nuit de dimanche à lundi ont été frappés par leur chauffeur, des faits qui s'inscrivent dans une récente série d'agressions homophobes à Paris, a-t-on appris vendredi de source policière.
 
 
 
 
  
Vatican
Appels pour les femmes et les gays, lors des travaux du synode
 

Des appels en faveur des femmes, des homosexuels ou encore des victimes d'abus sexuels ont été lancés lors des travaux du synode des évêques sur les jeunes, selon leurs compte-rendus publiés samedi par le Vatican.
 
 
 
 
  
Transgenres
Paris Match condamné pour une photo du cadavre de Vanesa Campos
 

L’hebdomadaire Paris Match a été condamné jeudi à Nanterre à 12 000 euros de dommages et intérêts pour avoir publié une photo du corps nu de Vanesa Campos, une prostituée transgenre tuée en août dans le bois de Boulogne.
 
 
 
 
  
Brésil / Présidentielle
La députée trop moche pour être violée craint plus de violences pour les femmes et les gays
 

La députée brésilienne de gauche Maria do Rosario, à laquelle Jair Bolsonaro avait dit qu'elle était "trop moche" pour qu'il la viole, redoute que l'arrivée au pouvoir du candidat d'extrême droite n'entraîne encore plus de violences contre les femmes et les gays.
 
 
 
 
  
Mobilisation
Les associations LGBT appellent à un grand rassemblement contre les agressions homophobes
 

Un rassemblement contre les agressions LGBTphobes est organisée à Paris dimanche prochain par un important collectif d'oragnisations LGBT à la suite des nombreux cas survenus ces derniers mois. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site