e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 L'entrée de députés homophobes au Parlement inquiète la communauté LGBT - Israël  
Israël
L'entrée de députés homophobes au Parlement inquiète la communauté LGBT
 

Devant le Parlement israélien, des dizaines de drapeaux arc-en-ciel ont flotté dans le ciel mardi: l'investiture de députés ouvertement homophobes alarme la communauté LGBT dans ce pays pourtant considéré comme pionnier dans la défense des droits de cette communauté.

 
 
 
 

Après les législatives du 23 mars, les militants LGBT israéliens ont particulièrement tiqué sur deux noms: Avi Maoz et Itamar Ben Gvir.

Chefs de file de partis d'extrême droite, ces deux hommes politiques ne cachent pas leur aversion pour les membres de la communauté LGBT.

Dans un clip de campagne de 2019, le petit parti orthodoxe et nationaliste d'Avi Maoz, Noam, accusait les militants LGBT, au même titre que d'autres activistes de gauche ou les juifs réformés, de vouloir "détruire" le peuple juif et les comparait aux nazis.

Avec pour slogan "Un peuple normal sur sa terre", Noam affichait clairement son opposition à la reconnaissance des familles homoparentales jugées anormales.

Itamar Ben Gvir, avocat de profession, a lui été l'un des organisateurs de la "beast parade" (le défilé des bêtes) à Jérusalem en 2006, dans laquelle des opposants religieux à la marche des fiertés ont défilé avec des ânes, associant les homosexuels à des animaux.

Alliés au député Betzalel Smotrich, leur formation "Sionisme religieux" a obtenu six sièges au scrutin de mars.

"Ce n'est pas légitime dans un pays démocratique et libéral", estime Or Keshet qui milite au sein de la plus importante organisation de défense des droits LGBT en Israël, la Agouda.

Cette association a organisé avec d'autres associations de défense des droits humains la manifestation de mardi devant le Parlement, coïncidant avec la prestation de serment des nouveaux députés.

"Il y a des gens à la Knesset aujourd'hui qui pensent que la violence contre les LGBT devrait être institutionnalisée", explique Bracha Barad, une jeune manifestante, responsable d'une association féministe. "Nous ne pouvons pas laisser faire sans protester".

"Crime"

De fait, les partenaires politiques du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu, désigné mardi pour former le nouveau gouvernement, sont traditionnellement hostiles à la reconnaissance des droits LGBT, qu'ils soient ultra-orthodoxes ou d'extrême droite.

Or le soutien des six députés de "Sionisme religieux" à M. Netanyahu lui a permis d'obtenir davantage d'appuis que son rival, le centriste Yaïr Lapid, pour former une nouvelle équipe ministérielle.

"On ne veut pas que ces individus fassent partie du gouvernement et qu'ils occupent des postes clé", s'inquiète Or Keshet de l'Aguda.

L'Etat hébreu est pourtant considéré comme en avance sur les questions LGBT: il reconnaît par exemple les mariages gays effectués à l'étranger.

Une partie de la communauté LGBT refuse cependant qu'on se serve de sa cause, et répugne à se prêter à ce qu'elle dénonce comme du "pinkwashing", détournement de l'anglais "whitewashing", qui consisterait à dissimuler sous une couche de rose les réalités israéliennes, à des fins politiques aussi bien que commerciales.

Les militants LGBT surveillent aussi avec attention les déclarations du député arabe israélien Mansour Abbas, dont le parti islamiste Raam a créé la surprise aux législatives de mars en obtenant quatre sièges.

Il a fait savoir lundi qu'il négocierait avec quiconque serait désigné pour former le gouvernement.

En juillet 2020, Raam avait protesté contre un projet de loi voulant interdire les "thérapies de conversion ", pratiques visant à changer l'orientation sexuelle des personnes LGBT, largement considérées comme violant les droits humains.

"Soutenir cette loi revient à diffuser l'obscénité et l'homosexualité parmi les gens et c'est un crime contre la religion et la société", avait indiqué le parti, pour qui l'homosexualité est une déviance immorale.

"On est inquiets d'un scénario selon lequel se profile un gouvernement très conservateur", pris en étau entre tous ces alliés homophobes, souligne Or Keshet.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Turquie
Le transfert en France de Fabien Azoulay examiné selon la procédure habituelle, selon l'ambassade
 

Le transfert vers la France de Fabien Azoulay, un homosexuel de confession juive, victime selon ses avocats de "violences aggravées" dans une prison turque, est examiné "au même niveau de priorité" que les demandes similaires concernant d'autres détenus, a indiqué jeudi l'ambassade de Turquie à Paris.
 
 
 
 
  
GPA à l'étranger
Nées d'une mère porteuse, les filles d'un couple gay bloquées en Afrique du Sud
 

Rien ne semble perturber les siestes et les biberons de Maya et Paula, un mois, dans cette paisible maison de Johannesburg. Pourtant, filles d'un couple gay de Namibie et nées d'une mère porteuse sud-africaine, la question de leur citoyenneté agite.
 
 
 
 
  
Europe
La Bulgarie sommée de fournir un document de voyage au bébé apatride de lesbiennes
 

La Bulgarie, qui refuse d'accorder la nationalité à la fillette apatride d'un couple lesbien, doit lui fournir un document faisant mention de ses deux parents pour lui permettre de voyager, a estimé jeudi l'avocate générale de la Cour de justice de l'UE.
 
 
 
 
  
Elections régionales
Tentative d'effacement des positions anti-mariage gay de Valérie Pécresse sur sa page Wikipédia
 

La proximité des élections régionales donnent lieu à quelques manoeuvres. Ainsi Des partisans de Valérie Pécresse ont tenté d'effacer ses prises de positions anciennes anti-mariage gay sur sa page Wikipédia.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Un ancien candidat de la téléréalité The Bachelor révèle son homosexualité
 

Colton Underwood, ancien candidat de l'émission de téléréalité américaine "The Bachelor, où un célibataire se prête au jeu de la séduction avec un groupe de prétendantes en vue d'une hypothétique demande en mariage, a révélé mercredi être homosexuel.
 
 
 
 
  
Paris
L'Inter-LGBT demande l'abandon du projet de place dédiée à Claude Goasguen
 

L’Inter-LGBT s’insurge contre la décision de la mairie de Paris de dédier une place de la capitale à la mémoire de Claude Goasguen, ancien élu parisien notoirement homophobe. Elle demande l'abandon de ce projet à Anne Hidalgo au nom de la cohérence politique.
 
 
 
 
  
Cameroun
Au moins 24 arrestations ou abus sur des personnes soupçonnées d'homosexualité
 

Les forces de sécurité camerounaises ont arbitrairement arrêté, battu ou menacé au moins 24 personnes soupçonnées d'homosexualité ou pour non-conformité de genre, depuis février 2021, a indiqué mercredi Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué.
 
 
 
 
  
Diplomatie
Les droits des LGBT en Russie et Tchétchénie oubliés du futur sommet Biden-Poutine ?
 

L'annonce d'un sommet Poutine-Biden n'auguren rien de bon quant à la question des droits des personnes LGBT en Russie ou en Tchétchénie que le Kremlin n'entend pas inscrire au programme de la rencontre. 
 
 
 
 
  
Algérie / Hirak
Manifestation de soutien à des militants accusant la police du viol d'un mineur
 

Une manifestation du Hirak a apporté son soutien à quatre militants écroués après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo d'un mineur de 15 ans accusant des policiers d'"attouchements sexuels" après son arrestation lors d'une précédente marche de protestation à Alger.
 
 
 
 
  
Donnés personnelles
Le Conseil d'Etat remet partiellement en cause l'application GendNotes des gendarmes
 

Le Conseil d'Etat a partiellement remis en cause mardi le fichier controversé de la gendarmerie "GendNotes", en dénonçant les risques de dérive et de détournement des données collectées par cette application, mais a refusé d'annuler le décret autorisant sa création.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site