e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Les religions monothéistes s'insurgent contre l'interdiction de la circoncision - Islande  
Islande
Les religions monothéistes s'insurgent contre l'interdiction de la circoncision
 

Une députée islandaise a créé l'émoi au sein des trois grandes religions monothéistes en proposant d'interdire, au nom des droits de l'enfant, la circoncision pour des motifs non-médicaux, ce qui constituerait une première en Europe.

 
 
 
 

Assimilant la circoncision à l'excision, le texte déposé par Silja Dögg Gunnarsdóttir prévoit une peine maximum de six ans de prison pour quiconque causerait "des dommages au corps ou à la santé d'un enfant ou d'une femme en enlevant tout ou partie de ses organes sexuels".

L'excision est déjà illégale en Islande depuis 2005. Aucune législation n'encadre en revanche l'ablation rituelle du prépuce, pratiquée par une majorité de juifs et de musulmans mais aussi, pour des raisons d'hygiène, en Amérique du Nord.

"Nous devrions avoir une loi identique pour tous les enfants", argue la députée du Parti du Progrès à l'origine de la proposition déposée à l'Althing, le Parlement islandais, le 30 janvier.

Sauf justifiée "pour raisons de santé", la circoncision constitue "une violation des droits" des jeunes garçons, indique le texte qui invoque l'article 24 de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'Enfant.

Concrètement, son texte s'appuie sur la législation déjà en vigueur pour l'excision et suggère tout simplement de remplacer le mot "fille" par "enfant".

Une atteinte à la liberté de culte ?

L'initiative de Mme Gunnarsdóttir est largement symbolique dans un pays de 348.580 habitants qui compte une infime minorité de juifs et de musulmans. Moins de 1.000 musulmans adhèrent en effet aux deux associations islamiques islandaises, selon l'Institut statistique national, et environ 250 juifs vivraient sur l'île subarctique d'après des estimations.

Au total, une vingtaine de circoncisions seulement auraient été pratiqués depuis 2006, si l'on en croit les données - parcellaires - de la Direction de la Santé. Et devant les réticences des médecins locaux, la plupart des circoncisions rituelles seraient effectuées à l'étranger.

Qu'importe. Pour les religions du Livre, la proposition islandaise est un affront inacceptable. Elle "constitue une dangereuse atteinte à la liberté de religion" et risque de "stigmatiser certaines communautés", estime le cardinal Reinhard Marx, président de la Commission des Episcopats de la Communauté européenne (Comece).

"La criminalisation de la circoncision est une mesure très grave qui suscite de profondes inquiétudes", a-t-il ajouté dans un communiqué. Le porte-parole de l'Agence juive, une organisation semi-officielle qui supervise l'immigration en Israël, s'érige de son côté contre les menaces pesant sur "une coutume fondamentale et millénaire des cultes juif et musulman". Laquelle "est encouragée et promue par les Nations unies comme une méthode de prévention de la propagation du HIV/SIDA", plaide Avi Mayer.

Si cela est vrai pour des populations jugées "à risque" (exposées aux maladies sexuellement transmissibles, MST) et plus particulièrement dans certaines régions de forte prévalence des MST (Afrique), la plupart des communautés scientifiques la déconseillent de façon systématique dans les pays occidentaux, à l'instar des dernières publications de la Société canadienne de pédiatrie.

"Le but de la proposition n'est pas de stigmatiser la religion", se défend Silja Dögg Gunnarsdóttir. L'objectif est de "protéger les enfants et leurs droits".

Au parlement de l'île nordique, les débats commencés le 8 février prendront encore plusieurs mois. Un vote pourrait intervenir avant la fin de la session annuelle le 7 juin. Les représentants de quatre formations politiques soutiennent le texte: le Parti du Progrès et les Verts de Gauche, deux des trois partis composant la coalition gouvernementale, mais aussi le parti du Peuple et les Pirates.

Près de 500 médecins islandais ont également apporté leur signature à une pétition soutenant l'interdiction de la circoncision qui selon eux peut "entraîner des complications contrebalançant ses avantages".

(Avec AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
TPMP
C8 renonce à une demande de dédommagement après les sanctions relatives au canular homophobe d'Hanouna
 

C8, filiale du groupe Canal+ sanctionnée à trois reprises par le CSA pour des séquences diffusées dans l'émission de Cyril Hanouna, a renoncé à la demande de dédommagement qu'elle avait formulée à l'encontre du régulateur de l'audiovisuel qui l'avait sanctionné après un canular homophobe.
 
 
 
 
  
Homophobie
Les scènes gay de Bohemian Rhapsody censurées en Malaisie
 

Le biopic consacré à Freddie Mercury, chanteur emblématique de Queen, est censuré en Malaisie. Les scènes évoquant l'homosexualité ont été coupées. 
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes en 2017
 

Les Etats-Unis ont enregistré une hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes lors de la première année de présidence de Donald Trump, selon des statistiques du FBI rendues publiques mardi.
 
 
 
 
  
Gestation pour autrui
Quinze personnes inculpées au Cambodge
 

Quinze personnes, dont onze mères porteuses, ont été inculpées mardi au Cambodge qui tente d'enrayer la gestation pour autrui, pratique en pleine essor notamment à destination des couples chinois mais illégale depuis 2016.
 
 
 
 
  
PMA
Une proposition de loi de députés LFI pour pousser le gouvernement à accélérer
 

Des députés Insoumis ont préparé une proposition de loi sur l'extension de la PMA, une forme de coup de pression sur le gouvernement, alors que le projet de loi sur la bioéthique et ce sujet hautement sensible semble prendre du retard.
 
 
 
 
  
USA / Elections au Congrès
Kyrsten Sinema, démocrate et bisexuelle revendiquée, élue sénatrice dans l'Arizona
 

Avec un long recomptage des voix, un deuxième siège sénatorial est finalement remporté par la démocrate, bisexuelle revendiquée, en Arizona lors des élections de mi-mandat.
 
 
 
 
  
Brésil
La Commission interaméricaine des droits de l'homme inquiète du discours de haine de Bolsonaro
 

La présidente de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) s'est dite lundi "inquiète" du "discours de haine" de Jair Bolsonaro, élu président du Brésil avec un programme d'extrême droite et coutumier des dérapages racistes, misogynes ou homophobes.
 
 
 
 
  
Pologne
Le président polonais favorable à l'interdiction de la propagande gay
 

Dans une interview à la presse, le président Andrzej Duda a déclaré qu'il était favorable à une loi qui interdirait l'évocation publique de l'homosexualité dans les écoles.
 
 
 
 
  
PMA pour toutes
Le projet de loi sur la PMA décalé, les associations LGBT inquiètes
 

Initialement prévu pour la fin novembre, le projet de loi de bioéthique - comprenant notamment l'ouverture de la PMA aux couples de femmes - sera finalement présenté en 2019. 
 
 
 
 
  
Italie
Manifestations contre un projet de loi réformant le droit de la famille
 

Des manifestations ont eu lieu samedi dans une soixantaine de villes italiennes pour réclamer le retrait du projet de loi d'un sénateur de Ligue (extrême droite, au pouvoir) qui prévoit de réformer le droit de la famille sur les couples divorcés et la garde des enfants.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site