e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 L'offensive ou le profil bas; la difficile stratégie des démocrates face à Trump - Etats-Unis / Présidentielle  
Etats-Unis / Présidentielle
L'offensive ou le profil bas; la difficile stratégie des démocrates face à Trump
 

"Raciste", "sexiste", "menteur pathologique": Bernie Sanders est entré dans la course à la Maison Blanche avec des mots très durs contre Donald Trump, tandis que d'autres candidats démocrates prenaient plus de précautions, illustrant un dilemme stratégique. 

 
 
 
 

Faut-il répondre au président républicain, habile communicant qui dégaine facilement les surnoms, ou l'ignorer? Face caméra, l'air solennel, Bernie Sanders n'a pas attendu 20 secondes dans la vidéo annonçant sa candidature pour qualifier Donald Trump de "président le plus dangereux de l'Histoire moderne américaine". "C'est un raciste, un sexiste, un homophobe, un xénophobe", a asséné le sénateur âgé de 77 ans.

Dans le même souffle, l'ex-candidat malheureux à l'investiture démocrate en 2016 a présenté les grandes lignes de son programme. Attaquer Donald Trump - maître dans l'utilisation de Twitter - tout en offrant une vision d'avenir: c'est le délicat jeu d'équilibriste que la dizaine de candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine de novembre 2020 va devoir maîtriser.

"Nous disons depuis longtemps qu'il est très important pour les démocrates de ne pas simplement s'opposer à Trump mais aussi d'offrir une vision positive et un programme bien à eux", soulignait récemment Jon Favreau, ex-responsable des discours du président démocrate Barack Obama, dans son influent podcast "Pod Save America". "Bernie le dingue vient d'entrer dans la course. Je lui souhaite bien du succès!", a lancé le président républicain sur Twitter mercredi matin.

Les Obama aussi

Si la salve abrasive de Bernie Sanders contraste avec les débuts de campagne moins offensifs des autres candidats, c'est que ce dernier peut se le permettre car il bénéficie déjà d'une grande notoriété après sa bataille survoltée contre Hillary Clinton en 2016, et caracole en tête des premiers sondages.

Le meneur "doit agir comme s'il était déjà le seul dans l'arène", c'est pourquoi Bernie Sanders s'est "présenté comme s'il était seul contre le président", remarque Dante Scala, professeur de sciences politiques à l'université du New Hampshire.

Face à Donald Trump et un électorat particulièrement divisé, les candidats moins connus que Bernie Sanders tâtonnent encore, optant souvent pour un message optimiste, plus loin du ring politique.

"Ce n'est jamais une mauvaise stratégie de commencer sur une note positive, surtout quand on se présente" aux électeurs, reconnaît Dante Scala. Mais s'ils n'ont pas encore déployé d'attaque aussi frontale, certains n'ont pas hésité pour autant à tacler le président, à la grande joie de la base démocrate, très remontée.

A Donald Trump qui moquait son annonce de candidature sous la neige, en mettant en doute au passage la réalité du changement climatique, la sénatrice plutôt centriste Amy Klobuchar a répondu directement sur Twitter: "la science est de mon côté", avant de lancer avec humour: "Et je me demande comment vos cheveux s'en tireraient dans le blizzard".

Quant à Elizabeth Warren, la sénatrice progressiste, elle n'a pas épargné les coups lors de son annonce de candidature, elle qui fait régulièrement les frais des railleries de Donald Trump. Le républicain la surnomme "Pocahontas", moquant les très lointaines origines amérindiennes qu'elle revendique. "Nous savons tous que l'administration Trump est la plus corrompue de mémoire récente", a-t-elle notamment dit, même si les critiques du président n'ont pas occupé une aussi grande place que chez Bernie Sanders.

"Tôt ou tard, ils attaqueront tous Trump", prédit Tobe Berkovitz, professeur en communication à l'université de Boston. "A ce stade, il n'y a pas de raison de choisir la voie la plus noble mais en même temps", la défaite de la démocrate Hillary Clinton face au milliardaire en 2016 "a démontré que ce n'était pas une stratégie gagnante de ne faire qu'attaquer Trump à 100%", insiste-t-il.

La politique américaine a toujours été très dure, même sous Barack Obama, explique Tobe Berkovitz, qualifiant de "mythe" le message de Michelle Obama qui avait appelé en 2016 à s'élever face aux coups bas de Donald Trump. "Les Obama aussi faisaient dans les coups bas, ils le faisaient juste de façon plus présentable", estime-t-il. Mais Donald Trump "a traîné une scène politique déjà malséante encore plus bas que ce l'on pensait possible".

Rédaction avec AFP


> Publicité <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Campagne AIDES
Un pansement Rainbow contre l’homophobie
 

"L’homophobie frappe toujours, porter ce pansement c’est la dénoncer !", c’est le nouveau message de sensibilisation de l'association AIDES pour lutter contre les violences homophobes. L’association rappelle que lutter contre l’homophobie c’est aussi faire reculer le sida.
 
 
 
 
  
Médias
Une spécialiste des questions LGBT nommée à la tête du web aux Inrocks
 

Une jeune journaliste, Marie Kirschen, a été nommée rédactrice en chef web des Inrockuptibles à la place de David Doucet, licencié à la suite de l'affaire de la "Ligue du LOL", a annoncé l'hebdomadaire lundi.
 
 
 
 
  
Tunisie
2e édition du festival queer à Tunis
 

Cris de joie, youyous et applaudissements: la deuxième édition du festival cinématographique queer en Tunisie, qui veut promouvoir des films sur des minorités sexuelles et défendre leurs droits, a débuté vendredi dans une ambiance festive.
 
 
 
 
  
International
L'ILGA présente un rapport sur l'homophobie d'État en vigueur dans 70 pays
 

L’ILGA (Association internationale lesbienne, gay, bisexuelle, trans et intersexuée) a présenté mercredi son dernier rapport sur l’homophobie d’État à Wellington, en Nouvelle-Zélande.
 
 
 
 
  
Chili
Hausse de 44% des cas de discrimination homophobe
 

Les cas de discriminations homophobes et transphobes au Chili ont augmenté de 44% en un an, la plus forte hausse en 17 ans dans ce pays réputé conservateur, selon le rapport du Mouvement pour l'intégration et la libération homosexuelle (Movilh).
 
 
 
 
  
Belgique
La police enquête sur un profil de Grindr menaçant d'une attaque des bars gay d'Ostende
 

La police belge enquête sur un profil anonyme de Grindr qui aurait menacé de lancer une attaque contre des bars gay dans la ville d'Ostende le wek-end du 23 mars.
 
 
 
 
  
Football
Patrice Evra nie être homophobe après la polémique suscitée par ses propos contre le PSG
 

L’équipe de football du Paris Saint-Germain a condamné mardi les propos homophobes de l’ancien footballeur professionnel Patrice Evra et envisage apparemment d’intenter des poursuites. 
 
 
 
 
  
Brésil
Bolsonaro a fait de moi un paria, accuse l'ex-député gay Jean Wyllys
 

Jair Bolsonaro "a fait de moi un paria": Jean Wyllys, ancien député au Parlement brésilien et militant pour les droits des personnes LGBT, a dû fuir son pays après avoir reçu des «menaces de mort» à la suite de l'élection du président d'extrême droite.
 
 
 
 
  
Pédophilie dans l'Eglise
Les enfants cherchent spontanément la tendresse, selon l'abbé de la Morandais
 

L'abbé Alain de la Morandais, interrogé sur les scandales de pédophilie dans l'Eglise, a affirmé que les enfants cherchaient "spontanément la tendresse". Des propos qui ont choqué. 
 
 
 
 
  
Anti-LGBT
Trump et Bolsonaro affichent leur accord sur les modes de vie traditionnels
 

Jair Bolsonaro et Donald Trump ont affiché leur accord pour lutter contre les politiques pro-LGBT lors de la visite du président brésilien à Washington le 19 mars. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site