e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 L'usage croissant du GBL inquiète autorités et milieu de la nuit à Paris - Drogues   
Drogues
L'usage croissant du GBL inquiète autorités et milieu de la nuit à Paris
 

Les autorités et le milieu de la nuit parisienne tirent la sonnette d'alarme face à l'usage croissant du GBL, une drogue de synthèse responsable depuis fin 2017 de plusieurs comas dont l'un s'est soldé par la mort d'un jeune homme.

 
 
 
 

"C'est un phénomène qui est en train de s'étendre", a déclaré à la presse le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, à l'issue d'une réunion organisée avec les professionnels de la nuit, les autorités de santé et les services de police, lundi dernier.

Depuis la fin 2017, l'absorption volontaire ou involontaire de GBL (gamma-butyrolactone), un solvant détourné en drogue, cousine du GHB - deux drogues consommées dans la communauté gay depuis plusieurs années - a causé dix comas chez des jeunes âgés de 19 à 25 ans dans des établissements de nuit parisiens, selon des données de la préfecture de police.

Le 10 mars, au "Petit Bain", un établissement du 13e arrondissement, la soirée a même viré au drame lorsque deux jeunes sont tombés dans le coma après avoir ingéré des liquides dans des bouteilles ne leur appartenant pas. Après plusieurs semaines d'hospitalisation, l'un d'eux est récemment décédé.

Signe de la fermeté des autorités, six établissements abritant des trafics de stupéfiants ont fait l'objet depuis le début de l'année d'une fermeture administrative, soit le même total que sur l'ensemble de l'année 2017. Trois autres procédures sont en cours, a détaillé Michel Delpuech.

Face à la recrudescence des incidents dramatiques mais aussi de ces fermetures, les professionnels de la nuit réunis dans le Collectif Action Nuit avaient demandé "de l'aide" aux pouvoirs publics "face à une situation que nous ne pouvons gérer seuls", selon un communiqué diffusé le 22 mars.

Saluant "l'esprit de responsabilité" des acteurs de la nuit parisienne, le préfet de police s'est engagé lundi, à explorer les pistes juridiques destinées à "limiter la vente de ces produits ou leur accès facile, notamment par internet".

Il souhaite également, d'ici l'été, bâtir un "plan d'action partenariale" avec les professionnels, demandeurs "de formation, de sensibilisation et de bonnes pratiques", et plus largement sensibiliser le grand public aux dangers du GBL.

A cet égard, le préfet a relevé que les comas causés par le GBL ne se limitent pas aux lieux festifs mais débordent aussi dans la sphère privée.

"On est sur un rythme de 50 à 100 comas par an" à l'échelle des hôpitaux de Paris. "C'est une évolution inquiétante, il y a deux ou trois ans, c'était 10", a souligné M!chel Delpuech.

(Avec AFP)

 


 
  
  L'Actu
 
 
  
Kenya
La justice lève pour 7 jours l'interdiction du film Rafiki
 

La justice kényane a levé pour sept jours vendredi la censure du film kényan Rafiki, interdit dans son pays au motif qu'il traite de l'amour entre deux femmes, et ce afin de lui permettre de briguer une nomination pour les Oscars.  
 
 
 
 
  
Paris
Deux suspects interpellés suite à l'agression homophobe du 19e arrondissement
 

Deux suspects ont été interpellés dans le cadre de l'enquête sur une agression à caractère homophobe sur un jeune acteur mardi soir dans le XXe arrondissement de Paris, a-t-on appris jeudi de sources policières.
 
 
 
 
  
Gard
Trois mineurs, soupçonnés d'avoir frappé des homosexuels, arrêtés
 

Trois mineurs de 17 et 14 ans, soupçonnés d'avoir agressé et dépouillé à Nîmes de jeunes homosexuels contactés via un site de rencontre, ont été interpellés et présentés jeudi à un juge en vue de leur mise en examen.
 
 
 
 
  
Pas-de-Calais
Deux personnes incarcérées après l'incendie de la maison d'un couple homosexuel
 

Deux personnes soupçonnées d'avoir incendié au printemps une maison de Bully-les-Mines (Pas-de-Calais) où vivait un couple d'homosexuels ont été écrouées jeudi, a-t-on appris de source judiciaire.
 
 
 
 
  
PMA pour toutes
L'extension de la PMA ne mènera pas à l'autorisation de la GPA, affirme Agnès Buzyn
 

L'extension prévue de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de femmes et aux femmes seules ne mènera pas à une autorisation de la gestation pour autrui (GPA), a assuré vendredi sur CNews Agnès Buzyn, répondant aux inquiétudes des évêques de France.
 
 
 
 
  
Eglise catholique
Les évêques s'opposent à l'extension de la PMA aux couples lesbiens
 

La Conférence des évêques (CEF) s'opposent à l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes célibataires et aux couples de lesbiennes, dans un texte publié jeudi et dans lequel elle met notamment en avant l'importance de la "référence paternelle".
 
 
 
 
  
Paris
Une enquête ouverte après l'agression homophobe du 19e arrondissement
 

Le parquet de paris a ouvert une enquête après une plainte pour une agression à caractère homophobe sur un jeune acteur mardi soir dans le XXe arrondissement de Paris alors qu'il était avec son compagnon, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.
 
 
 
 
  
GPA à l'étranger
Une adoption plénière accordée à l'époux du père biologique
 

L'époux du père biologique d'enfants nés d'une gestation pour autrui (GPA) à l'étranger a obtenu en justice la reconnaissance de sa filiation par adoption plénière, présentée mercredi par son avocate comme une "première" en France.
 
 
 
 
  
1, Rue Sésame
Ernest et Bart sont-ils gay? Le débat reprend de plus belle
 

Des fans se sont longtemps posé la question: Ernest et Bart, marionnettes de "1, rue Sésame", sont-ils gay? Le débat a repris après que l'un des scénaristes du célèbre programme télévisé pour enfants l'a confirmé en parlant d'eux comme "un couple aimant", avant de sembler se rétracter.
 
 
 
 
  
Homophobie
SOS homophobie tire la sonnette d’alarme face à la succession d’agressions LGBTphobes
 

Devant la succession d’agressions LGBTphobes ces dernières semaines, SOS homophobie demande aux pouvoirs publics de se mobiliser et d'engager au plus vite des mesures concrètes pour lutter contre les LGBTphobies.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site