e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Malgré les avancées, des lois scélérates subsistent en Tunisie  - Pénalisation de l'homosexualité  
Pénalisation de l'homosexualité
Malgré les avancées, des lois scélérates subsistent en Tunisie
 

Les Tunisiens continuent d'être arrêtés, jugés et emprisonnés pour avoir exercé leurs libertés fondamentales en raison de la persistance de lois "scélérates", a dénoncé mercredi un collectif rassemblant des dizaines d'ONG tunisiennes et internationales.

 
 
 
 

Quatre ans après l'adoption d'une Constitution garantissant les libertés de conscience et d'expression, "des pratiques policières inquisitrices" persistent et "des décisions judiciaires fondées sur des textes juridiques obsolètes et liberticides" continuent d'être rendues, a regretté le Collectif civil pour les libertés individuelles dans un rapport.

Au moins 70 personnes ont ainsi été condamnées à de la prison ferme pour homosexualité en 2017, a déclaré lors d'une conférence de presse Wahid Ferchichi, président de l'Association tunisienne de défense des libertés individuelles (ADLI).

Juges et enquêteurs imposent régulièrement à des prévenus un test anal. Or ces tests sont "plus que de la torture", ils sont "un viol", a dénoncé Wahid Ferchichi.

Les pratiques homosexuelles sont punies de trois ans de prison par le Code pénal.

En septembre, la Tunisie s'est engagée à ne plus imposer de tests anaux, sans dire quand cette promesse entrerait en vigueur.

Les ONG ont été informées que le gouvernement prévoyait un délai de quatre ans, selon Wahid Ferchichi.

Le collectif, qui rassemble 36 organisations dont la Ligue tunisienne des droits de l'Homme, souligne en outre que la criminalisation par le Code pénal de l'atteinte aux bonnes moeurs et à la morale publique - des notions "vagues et indéfinies"- permet aux autorités d'"infiltrer la vie privée" et de restreindre certaines libertés.

L'an dernier, plusieurs personnes ont été condamnées à un mois de prison pour ces chefs d'accusation après avoir mangé ou fumé pendant le mois de jeûne musulman de ramadan.

Le collectif rapporte également que de "nombreuses personnes appartenant à des confessions autres que l'islam ont déclaré avoir subi des comportements d'intimidation de la part (...) notamment des services de police".

Or "il n'y a pas de liberté de conscience sans liberté d'expression", a martelé devant la presse Sana Ben Achour, présidente de l'association Beity. Ces personnes doivent pouvoir vivre leur foi -ou leur absence de foi- "comme bon leur semble", a renchéri Wahid Ferchichi.

Le collectif se félicite malgré tout des progrès réalisés en 2017, comme l'adoption d'une loi contre les violences faites aux femmes.

Autre avancée, selon les ONG: la formation sur ordre du chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi d'une commission des libertés individuelles et de l'égalité, devant proposer de vastes réformes d'ici la fin du mois.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Marlène Schiappa
Ses propos sur une convergence idéologique entre Manif pour tous et terroristes islamistes font réagir la droite
 

Les propos de Marlène Schiappa et Nicole Belloubet sur "la convergence idéologique" ou les possibles "ramifications" entre la Manif pour tous et les terroristes islamistes ont suscité de vives réactions à droite et au sein du mouvement anti-mariage gay qui annonce qu'il va porter plainte.
 
 
 
 
  
PMA pour toutes
La mise en garde de la députée Thill par LREM est une mascarade selon les associations LGBT
 

La simple "mise en garde" prononcée jeudi par La République En Marche (LREM) contre la députée de l'Oise Agnès Thill pour ses propos contre la PMA pour toutes est "une mascarade", selon des associations LGBT qui demandent toujours son exclusion.
 
 
 
 
  
Homophobie
Deux jeunes écopent d'un avertissement de la justice après l'agression d'étudiantes lesbiennes
 

Deux jeunes, un garçon et une fille, ont écopé d'un avertissement du tribunal pour enfants de Pontoise (Val-d'Oise) après l'agression homophobe de deux étudiantes de leur âge dans un train de banlieue.
 
 
 
 
  
De victime à suspect
L'acteur Jussie Smollett a inventé son agression raciste et homophobe
 

Il a payé deux hommes par chèque pour simuler une attaque raciste et homophobe, affirment les autorités américaines: l'acteur Jussie Smollett a été libéré sous caution jeudi, accusé d'avoir monté cette agression de toutes pièces pour tenter de faire avancer sa carrière.
 
 
 
 
  
Vatican
Deux cardinaux traditionalistes condamnent le fléau de la cause homosexuelle qui s'est propagé dans l'Eglise
 

Les catholiques les plus conservateurs, mais aussi un sociologue français, se sont invités cette semaine dans les débats d'un sommet du Vatican consacré à la lutte contre la pédophilie, en abordant avec fracas le sujet de l'homosexualité dans les rangs de l'Eglise.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
L'acteur Jussie Smollett se disant victime d'une agression homophobe inculpé pour fausse plainte
 

L'acteur américain noir et homosexuel Jussie Smollett, qui avait affirmé fin janvier avoir été victime d'une agression raciste et homophobe, a été arrêté après son inculpation pour dépôt de fausse plainte, a annoncé jeudi la police de Chicago.
 
 
 
 
  
LREM
Simple mise en garde à Agnès Thill pour ses propos contre la PMA pour toutes
 

L'élue LREM Agnès Thill, dont certains députés ont demandé à plusieurs reprises l'exclusion après des déclarations anti-PMA, a reçu une simple "mise en garde" de la part de son parti, a-t-elle indiqué aujourd'hui à l'AFP.
 
 
 
 
  
Albi
Interdit de maquillage par la direction, un lycéen mobilise son établissement
 

Alexis, un lycéen en première d'Albi, a mis le feu à son établissement pour s'y être présenté maquillé et avec des talons. Il est soutenu par ses camarades.
 
 
 
 
  
Etats-Unis / Présidentielle
L'offensive ou le profil bas; la difficile stratégie des démocrates face à Trump
 

"Raciste", "sexiste", "menteur pathologique": Bernie Sanders est entré dans la course à la Maison Blanche avec des mots très durs contre Donald Trump, tandis que d'autres candidats démocrates prenaient plus de précautions, illustrant un dilemme stratégique. 
 
 
 
 
  
Suède
Un jeune homosexuel iranien menacé de renvoi en Iran
 

Mehdi Shokr Khoda, un jeune Iranien de 19 ans, risque de se voir refuser le droit d'asile en Suède où il réside actuellement avec son compagnon Carlo. Avec une menace de peine de mort s'il est renvoyé dans son pays d'origine.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site