e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Toni Kroos critique ouvertement le Qatar sur les droits humains et LGBT - Mondial-2022 
Mondial-2022
Toni Kroos critique ouvertement le Qatar sur les droits humains et LGBT
 

L'international allemand du Real Madrid Toni Kroos a dénoncé dans des termes inédits les conditions de travail et la répression de l'homosexualité au Qatar, hôte du Mondial-2022 de football, dans la foulée des messages plus ou moins explicites envoyés par des équipes européennes ces derniers jours.

 
 
 
 

"Je trouve que l'attribution du Mondial au Qatar n'était pas une bonne chose, pour plusieurs raisons", explique le champion du monde 2014 dans l'édition de son podcast datée du 30 mars (https://einfach-mal-luppen.podigee.io/), qu'il réalise avec son frère Felix.

"La première raison, ce sont les conditions des travailleurs (...) puis le fait que l'homosexualité soit pénalisée et punie au Qatar (...) et aussi que ce ne soit pas un pays de football", explique le joueur de 31 ans. Au Qatar, selon la législation, la sodomie est passible de trois ans de prison.

"Beaucoup de travailleurs (...) travaillent sans pause, par des températures qui peuvent atteindre 50 degrés (...) ils souffrent parfois du manque de nourriture ou d'eau potable, ce qui est une folie par ces températures, ils n'ont pas de couverture médicale, et une certaine violence est exercée contre ces travailleurs, ce sont des points qui sont naturellement inacceptables", dit le footballeur.

"Le Qatar soutient le droit des footballeurs (...) d'utiliser leurs plateformes pour promouvoir les droits humains", a rétorqué mercredi un responsable gouvernemental qatari, "mais ces critiques (...) ne visent pas juste". Le Qatar, affirme ce responsable, "a fait des progrès tangibles sur la réforme du travail et s'est engagé à poursuivre ce processus avec ses partenaires internationaux (...) et reste déterminé à faire d'une réforme complète du travail une part majeure de l'héritage du Mondial-2022".

Le pays est sous le feu de critiques d'organisations de défense des droits humains pour son traitement des travailleurs migrants, beaucoup d'entre eux étant exploités et travaillant dans des conditions dangereuses, selon ces organisations, sur les chantiers liés à la prochaine Coupe du monde 2022.

Sur la question souvent posée d'un boycott de la compétition, Toni Kroos se prononce plutôt contre, estimant que "la visibilité du Mondial peut attirer encore plus l'attention sur ces problèmes", et qu'en fin de compte "un boycott ne changerait probablement pas grand chose à la situation des travailleurs sur place".

Ces derniers jours, les équipes de Belgique, des Pays-Bas, de Norvège et d'Allemagne ont déjà fait des gestes de protestation lors de leurs matches qualificatifs respectifs, notamment en portant des tee-shirts avec des messages sur les droits humains.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Assassinat de Xavier Jugel
10 ans de prison pour le principal accus
 

La cour d’assises de Paris a condamné Nourredine Allam, 31 ans, pour avoir vendu à l’assaillant l’arme ayant servi à tirer sur le policier, en 2017.
 
 
 
 
  
Familles d'accueil homo
La Cour suprme des Etats-Unis accorde une victoire en demi-teinte aux milieux religieux
 

La Cour suprême des Etats-Unis a donné raison jeudi à un organisme catholique qui refusait de placer des enfants dans des familles d'accueil homosexuelles au nom de ses convictions religieuses.
 
 
 
 
  
USA / Lingerie
Victoria's Secret engage la footballeuse lesbienne Megan Rapinoe comme grie
 

La marque américaine de lingerie Victoria's Secret a engagé la footballeuse lesbienne Megan Rapinoe comme égérie, signe de sa volonté de rompre avec un modèle de femme jugé caricatural, symbolisé par son fameux défilé annuel de mannequins.
 
 
 
 
  
Mmorial de la Shoah
Une exposition sur la perscution des homosexuels dans l'Europe nazie
 

Le Mémorial de la Shoah propose une exposition sur l'histoire des persécutions des homosexuels et lesbiennes en Allemagne et en Europe à l'époque du nazisme, et la lente reconnaissance de leurs discriminations après-guerre. 
 
 
 
 
  
Union europenne
Bruxelles examine la conformit de la loi hongroise sur la promotion de l'homosexualit au droit europen
 

La Commission européenne a indiqué mercredi qu'elle était en train d'"analyser" le texte adopté la veille en Hongrie interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs, dénoncé par Washington et des ONG comme une nouvelle atteinte aux droits des LGBT.
 
 
 
 
  
Europe
Le Conseil de l'Europe appelle les collectivits polonaises protger les personnes LGBTI
 

Le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, instance du Conseil de l'Europe représentant les collectivités locales, a exhorté jeudi les collectivités polonaises à protéger les droits des minorités sexuelles, et à abandonner les textes hostiles à leur encontre.
 
 
 
 
  
Justice
18 ans de prison requis dans le procs de l'assassinat de Xavier Jugel
 

Le ministère public a requis mercredi à Paris une peine de 18 ans de prison à l'encontre du principal accusé dans le procès de l'assassinat du policier gay Xavier Jugelé, sur les Champs-Elysées en avril 2017, alors que ses avocats ont réclamé son acquittement.
 
 
 
 
  
Justice
La plainte pour viol sur mineur contre Jeremstar Nmes classe sans suite
 

La plainte pour "viol sur mineur" à l’encontre du chroniqueur de télévision et personnalité des réseaux sociaux Jeremstar a été classée sans suite, a confirmé, mercredi 16 juin dans la soirée, à l’Agence France-Presse le procureur de Nîmes, Eric Maurel.
 
 
 
 
  
Hongrie
Le parlement interdit la promotion de l'homosexualit auprs des mineurs
 

La Hongrie a adopté mardi un texte interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs, suscitant l'inquiétude des défenseurs des droits, alors que le gouvernement souverainiste de Viktor Orban multiplie les restrictions visant les LGBT.
 
 
 
 
  
Hongrie
Nombreuses ractions d'inquitude aprs le passage d'une loi homophobe
 

Les réactions internationales se sont multipliées après l'adoption par le parlement hongrois d'un texte interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs. L'inquiétude des défenseurs des droits s'intensifie alors que le gouvernement populiste de Viktor Orban multiplie les restrictions visant la communauté LGBT.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site