e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Un homosexuel témoigne sur sa thérapie de conversion  - <I>Je devenais fou</I> 
Je devenais fou
Un homosexuel témoigne sur sa thérapie de conversion
 

Peter Price avait 18 ans quand il a subi une thérapie de conversion, censée mettre fin à son homosexualité. Si les trois jours de traitements intensifs n'ont pas modifié son orientation sexuelle, il en a gardé des séquelles.

 
 
 
 

Alors que le gouvernement britannique a annoncé cette semaine un plan de 4,5 millions d'euros pour "améliorer la vie des personnes LGBT", cet animateur de radio, installé à Liverpool (nord de l'Angleterre) et âgé de 72 ans, s'indigne qu'aucun texte n'interdise cette pratique au Royaume-Uni.

Après avoir longtemps refusé d'évoquer cet épisode traumatique, il accepte désormais de revenir sur son expérience, espérant qu'aucun autre homosexuel n'ait à subir cette "torture".

A l'époque, Peter Price (photo) avait accepté de se rendre au Diva Hospital, un établissement psychiatrique situé à Chester, pour mettre fin aux angoisses de sa mère. "Elle était désespérée quand je lui ai annoncé que j'étais homosexuel", confie-t-il .

C'était en 1964, et l'homosexualité était encore un délit. "Nous sommes allés voir un médecin, qui nous a dit qu'il existait un remède". Celui-ci consistait à suivre un traitement pendant cinq jours, une "thérapie par aversion", qui expose le patient à une stimulation sexuelle associée à une expérience désagréable.

Dans une pièce sans fenêtre, il se voit imposer le même rituel d'heure en heure: écouter le récit d'actes sexuels sur une cassette audio, regarder des photos d'hommes en maillot de bain, tout en subissant régulièrement des injections provoquant diarrhées et vomissements. "J'étais allongé dans mes excréments, c'était éprouvant", se souvient-il. "L'idée, c'est de provoquer un sentiment de répulsion quand vous pensez à un autre homme".

Après trois jours sans interruption, il cherche à quitter l'hôpital. "Je devenais fou, je n'étais plus du tout intéressé par le traitement, je voulais juste sortir de là". Malgré l'insistance du psychiatre supervisant les opérations, il parvient à échapper à l'étape finale de la thérapie, la pose d'électrodes censées délivrer un choc électrique à chaque manifestation d'excitation. "Après cela, j'ai décidé de changer de vie, et d'assumer qui j'étais", confie-t-il.

Il ne réussira jamais néanmoins à faire le récit de son expérience à sa mère. Il faudra le cas médiatisé de plusieurs soldats expulsés de l'armée britannique à cause de leur homosexualité, et rétablis dans leurs droits par la Cour européenne des droits de l'Homme en 1999, pour que la question des thérapie de conversion soit évoquée dans le débat public au Royaume-Uni et que Peter Price trouve le courage de revenir sur son histoire personnelle. -

Cinquante ans de retard

"Cela a eu un impact sur mon état d'esprit que je n'arrive pas bien à expliquer", dit le septuagénaire. "J'ai eu une vie bien remplie, une belle carrière, mais aussi des épisodes de dépression terribles, des pensées très noires à cause de cela".

Le plan du gouvernement veut mettre fin aux thérapies de conversion, désignées comme une "pratique abjecte" par la Première ministre Theresa May. "Ils ont cinquante ans de retard", enrage Peter Price. "Je me suis rétabli parce que je suis quelqu'un de solide, mais combien de personnes ont souffert en silence, combien ne s'en sont pas remises?".

D'après une étude menée en 2017 par le Bureau gouvernemental des égalités auprès de 108.000 personnes se définissant comme homo, bi ou transsexuelles, 7% des membres de la population LGBT se sont vus proposer une thérapie de conversion, et 2% l'ont suivie.

Ces thérapies sont conduites dans une majorité de cas (51%) par des groupes religieux, et, dans une moindre mesure, par des professionnels de santé ou un proche (respectivement 19% et 16% des cas).

Alors que se tient samedi à Londres la Pride Parade, marche des fiertés LGBT, Peter Price ne cède pas à l'optimisme. "L'homophobie existe toujours en Angleterre, il y a encore des gens, des groupes religieux qui haïssent les homosexuels", dit-il. "Combien ne peuvent faire leur coming-out par peur des conséquences ?".

(Source + photo AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
TPMP
C8 renonce à une demande de dédommagement après les sanctions relatives au canular homophobe d'Hanouna
 

C8, filiale du groupe Canal+ sanctionnée à trois reprises par le CSA pour des séquences diffusées dans l'émission de Cyril Hanouna, a renoncé à la demande de dédommagement qu'elle avait formulée à l'encontre du régulateur de l'audiovisuel qui l'avait sanctionné après un canular homophobe.
 
 
 
 
  
Homophobie
Les scènes gay de Bohemian Rhapsody censurées en Malaisie
 

Le biopic consacré à Freddie Mercury, chanteur emblématique de Queen, est censuré en Malaisie. Les scènes évoquant l'homosexualité ont été coupées. 
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes en 2017
 

Les Etats-Unis ont enregistré une hausse de 17% des crimes racistes, antisémites ou homophobes lors de la première année de présidence de Donald Trump, selon des statistiques du FBI rendues publiques mardi.
 
 
 
 
  
Gestation pour autrui
Quinze personnes inculpées au Cambodge
 

Quinze personnes, dont onze mères porteuses, ont été inculpées mardi au Cambodge qui tente d'enrayer la gestation pour autrui, pratique en pleine essor notamment à destination des couples chinois mais illégale depuis 2016.
 
 
 
 
  
PMA
Une proposition de loi de députés LFI pour pousser le gouvernement à accélérer
 

Des députés Insoumis ont préparé une proposition de loi sur l'extension de la PMA, une forme de coup de pression sur le gouvernement, alors que le projet de loi sur la bioéthique et ce sujet hautement sensible semble prendre du retard.
 
 
 
 
  
USA / Elections au Congrès
Kyrsten Sinema, démocrate et bisexuelle revendiquée, élue sénatrice dans l'Arizona
 

Avec un long recomptage des voix, un deuxième siège sénatorial est finalement remporté par la démocrate, bisexuelle revendiquée, en Arizona lors des élections de mi-mandat.
 
 
 
 
  
Brésil
La Commission interaméricaine des droits de l'homme inquiète du discours de haine de Bolsonaro
 

La présidente de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) s'est dite lundi "inquiète" du "discours de haine" de Jair Bolsonaro, élu président du Brésil avec un programme d'extrême droite et coutumier des dérapages racistes, misogynes ou homophobes.
 
 
 
 
  
Pologne
Le président polonais favorable à l'interdiction de la propagande gay
 

Dans une interview à la presse, le président Andrzej Duda a déclaré qu'il était favorable à une loi qui interdirait l'évocation publique de l'homosexualité dans les écoles.
 
 
 
 
  
PMA pour toutes
Le projet de loi sur la PMA décalé, les associations LGBT inquiètes
 

Initialement prévu pour la fin novembre, le projet de loi de bioéthique - comprenant notamment l'ouverture de la PMA aux couples de femmes - sera finalement présenté en 2019. 
 
 
 
 
  
Italie
Manifestations contre un projet de loi réformant le droit de la famille
 

Des manifestations ont eu lieu samedi dans une soixantaine de villes italiennes pour réclamer le retrait du projet de loi d'un sénateur de Ligue (extrême droite, au pouvoir) qui prévoit de réformer le droit de la famille sur les couples divorcés et la garde des enfants.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site