e-llico.com mobile
 
  
  Santé / VIH
 
 
 Un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH  - Chili  
Chili
Un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 

Plus précoces, plus libérés, parfois inconscients, les jeunes Chiliens envoient valser les tabous sur la sexualité au Chili, avec pour conséquence une explosion des cas d'infection au VIH, un phénomène qui inquiète les autorités de ce pays réputé conservateur.

 
 
 
 

C'est la plus forte hausse de la région: alors que 2.900 nouveaux cas avaient été recensés dans le pays sud-américain en 2010, 5.816 l'ont été en 2017, un bond de 96%, selon les autorités, qui doivent bientôt dévoiler un nouveau Plan national de prévention du VIH.

Les jeunes de 15 à 29 sont les plus exposés. "Il y a un changement de comportement sexuel chez les jeunes Chiliens, lié aux nouvelles façons d'expérimenter la sexualité", explique Claudia Dides de la Corporation Miles, une ONG qui défend les droits des femmes et l'accès à la procréation pour les couples homosexuels.

Les motivations des jeunes ont évolué. Un certain nombre d'entre eux ont des relations sexuelles après avoir consommé de la drogue ou de l'alcool, pas toujours en pleine conscience. Par ailleurs, "ça n'a plus rien à voir avec les sentiments ou la passion, ce sont seulement des rencontres", explique le Dr Carlos Beltran, spécialiste des maladies infectieuses.

Et les frontières entre homosexualité et hétérosexualité ont tendance à être plus poreuses chez les jeunes Chiliens, ce qui est de nature à favoriser le développement de l'épidémie, souligne ce médecin membre de la commission chargée d'élaborer le nouveau plan de prévention. "A présent, les jeunes font des rencontres sexuelles", c'est tout.

Politiques publiques désuètes

Cette évolution des moeurs sexuelles chez les jeunes ne touche pas le reste de la société chilienne, particulièrement la classe politique, très conservatrice. Aussi y a-t-il "un décalage total entre les discours et les pratiques, mais ni le gouvernement, ni les parlementaires ne veulent le voir.

Du coup, les politiques publiques ont 30 ans de retard" dans ce domaine, affirme Claudia Dides. Pas moins de 71% des jeunes Chiliens se déclarent sexuellement actifs et seuls 30% ont déjà fait le test de dépistage du sida. Et peu d'entre eux (20%), reconnaissent avoir des pratiques à risques, selon les chiffres de l'Institut national de la jeunesse (Injuv), alors même que l'usage du préservatif se perd: chez les 15-24 ans, il a chuté de 30 à 22,1% entre 2016 et 2017, d'après les chiffres du ministère de la Santé.

L'absence d'éducation sexuelle au collège et au lycée depuis une dizaine d'années, principalement à cause de l'opposition de groupes conservateurs, a probablement joué un rôle.

"La représentation sociale du VIH est très différente d'il y a quelques années: il y a une certaine banalisation ou normalisation de cette épidémie", déclare le représentant de l'Onu Sida au Chili, Carlos Passarelli. Selon le Dr Carlos Beltran, "les jeunes Chiliens n'ont plus peur du sida. En fait, ils sont prêts à s'exposer volontairement au virus en ayant des rapports avec des personnes infectées".

Vivre avec le VIH

Carolina del Real, 37 ans, se consacre à la prévention depuis qu'elle a été diagnostiquée séropositive il y a sept ans. "Je vous en prie, faites le test" du sida, supplie cette blonde aux yeux verts en s'adressant à des jeunes. Elle a frôlé la mort, à cause des préjugés qui entourent le VIH au Chili: comme elle était issue d'un milieu plutôt privilégié, "personne n'a pensé" qu'elle devait faire le test du sida, explique-t-elle. "Et moi non plus. Je ne savais même pas comment ça s'appelait", confie-t-elle.

Touchée par une série d'infections, elle a alors fait le tour des médecins sans comprendre ce qui lui arrivait. Après être venue à bout d'une très sévère pneumonie, et une fois son diagnostic connu, elle a décidé de partager son récit. "Je suis sortie de la clinique en racontant ce qui m'était arrivé à mes amis, aux amis de mes amis. J'ai eu besoin de leur dire: s'il-vous-plaît, faites le test, ça peut vous arriver."

Comment vit-on avec le VIH au Chili? "Au jour le jour, ça se passe normalement (...) mais je me sens vulnérable", raconte Carolina, qui s'administre chaque soir les antirétroviraux fourni par le système de santé chilien, lequel prend en charge ce type de traitement. Mais elle continue de lutter au quotidien contre les préjugés: plus moyen de trouver un emploi stable, d'accéder à un crédit ou de contracter une assurance.

Que se passe-t-il si je meurs vieille et seule? Si à 37 ans une fièvre me terrasse, comment ce sera quand je serai âgée?", se demande-t-elle. "Je n'ai jamais imaginé que le VIH représenterait pour moi la possibilité de trouver davantage de sens à ma vie, de rendre le monde un peu meilleur", dit-elle. "J'ai transformé ma maladie en une opportunité. Mais (...) évidemment, j'aurais préféré ne pas attraper le VIH."

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Afrique
La justice kényane refuse de décriminaliser l'homosexualité
 

La Haute Cour du Kenya a refusé vendredi d'abroger les lois criminalisant l'homosexualité, douchant ainsi les espoirs de la communauté LGBTQ, qui estime que ces sections du code pénal entretiennent la haine des homosexuels dans un pays où ils sont encore largement stigmatisés.
 
 
 
 
  
Asie
Taïwan entre dans l'histoire en actant les premiers mariages homosexuels
 

Taïwan est entré vendredi dans l'histoire en enregistrant les premiers mariages homosexuels d'Asie dans une ambiance festive et pleine d'émotion, après trois décennies de lutte pour l'égalité des droits sur l'île.
 
 
 
 
  
Rouen
Quatre adolescents soupçonnés d'agression transphobe convoqués au commissariat
 

Quatre adolescents sont suspectés d'avoir agressé deux passants, dont une femme transgenre, mardi dernier à Rouen.
 
 
 
 
  
Gala de l'amfAR
Quand le glamour se mobilise contre le sida
 

Des stars, du glamour et des millions pour la lutte contre le sida: Antonio Banderas, Eva Longoria, Adrien Brody, Andie MacDowell, Orlando Bloom ou encore Mariah Carey ont rejoint jeudi soir au Cap d'Antibes (Alpes-Maritimes) le gala de l'amfAR, en marge du Festival de Cannes.
 
 
 
 
  
Elections européennes
L'Inter-LGBT compare les programmes des listes et appelle au vote
 

A quelques jours des élections Européennes du 26 mai, l’Inter-LGBT appelle les électeurs à se mobiliser "pour que les droits humains puissent progresser dans tous les pays lors de la prochaine législature" et dresse un comparaitif des positions des différentes listes en compétition.
 
 
 
 
  
Transphobie
L'agresseur de Julia Boyer condamné à la prison ferme
 

Un tribunal a condamné l'agresseur de Julia Boyer pour "violences commises en raison de l’identité de genre" à 10 mois de prison dont 6 mois ferme. Il écope aussi d'une  mise à l’épreuve de deux ans et d'une interdiction de contacter la victime et d’apparaître aux abords de son domicile.
 
 
 
 
  
Paris
Une marche des Fiertés pour la PMA et la filiation
 

La Marche des Fiertés LGBT 2019 de Paris défilera samedi 29 juin derrière le mot d’ordre "Filiation, PMA : marre des lois a minima !".
 
 
 
 
  
Eglise catholique
Accusé d'agressions sexuelles, le nonce apostolique confronté mercredi aux plaignants
 

Le représentant du Vatican en France, visé par une enquête à Paris pour "agressions sexuelles", doit être confronté mercredi à ses accusateurs, a-t-on appris mardi de sources concordantes.
 
 
 
 
  
Afrique
La justice kényane se prononce sur une décriminalisation de l'homosexualité
 

La justice kényane s'apprête à rendre vendredi un jugement très attendu sur la constitutionnalité de deux lois datant de l'époque coloniale et criminalisant l'homosexualité, même si la communauté gay et lesbienne craint un nouveau report.
 
 
 
 
  
Sport
Le prise de parole forte d'Antoine Griezmann contre l'homophobie dans le foot
 

L'homophobie dans le football, "maintenant ça suffit !", lance l'attaquant vedette des Bleus Antoine Griezmann qui fait la couverture du magazine Têtu mercredi.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site