e-llico.com mobile
 
  
  Santé / VIH
 
 
 Un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH  - Chili  
Chili
Un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 

Plus précoces, plus libérés, parfois inconscients, les jeunes Chiliens envoient valser les tabous sur la sexualité au Chili, avec pour conséquence une explosion des cas d'infection au VIH, un phénomène qui inquiète les autorités de ce pays réputé conservateur.

 
 
 
 

C'est la plus forte hausse de la région: alors que 2.900 nouveaux cas avaient été recensés dans le pays sud-américain en 2010, 5.816 l'ont été en 2017, un bond de 96%, selon les autorités, qui doivent bientôt dévoiler un nouveau Plan national de prévention du VIH.

Les jeunes de 15 à 29 sont les plus exposés. "Il y a un changement de comportement sexuel chez les jeunes Chiliens, lié aux nouvelles façons d'expérimenter la sexualité", explique Claudia Dides de la Corporation Miles, une ONG qui défend les droits des femmes et l'accès à la procréation pour les couples homosexuels.

Les motivations des jeunes ont évolué. Un certain nombre d'entre eux ont des relations sexuelles après avoir consommé de la drogue ou de l'alcool, pas toujours en pleine conscience. Par ailleurs, "ça n'a plus rien à voir avec les sentiments ou la passion, ce sont seulement des rencontres", explique le Dr Carlos Beltran, spécialiste des maladies infectieuses.

Et les frontières entre homosexualité et hétérosexualité ont tendance à être plus poreuses chez les jeunes Chiliens, ce qui est de nature à favoriser le développement de l'épidémie, souligne ce médecin membre de la commission chargée d'élaborer le nouveau plan de prévention. "A présent, les jeunes font des rencontres sexuelles", c'est tout.

Politiques publiques désuètes

Cette évolution des moeurs sexuelles chez les jeunes ne touche pas le reste de la société chilienne, particulièrement la classe politique, très conservatrice. Aussi y a-t-il "un décalage total entre les discours et les pratiques, mais ni le gouvernement, ni les parlementaires ne veulent le voir.

Du coup, les politiques publiques ont 30 ans de retard" dans ce domaine, affirme Claudia Dides. Pas moins de 71% des jeunes Chiliens se déclarent sexuellement actifs et seuls 30% ont déjà fait le test de dépistage du sida. Et peu d'entre eux (20%), reconnaissent avoir des pratiques à risques, selon les chiffres de l'Institut national de la jeunesse (Injuv), alors même que l'usage du préservatif se perd: chez les 15-24 ans, il a chuté de 30 à 22,1% entre 2016 et 2017, d'après les chiffres du ministère de la Santé.

L'absence d'éducation sexuelle au collège et au lycée depuis une dizaine d'années, principalement à cause de l'opposition de groupes conservateurs, a probablement joué un rôle.

"La représentation sociale du VIH est très différente d'il y a quelques années: il y a une certaine banalisation ou normalisation de cette épidémie", déclare le représentant de l'Onu Sida au Chili, Carlos Passarelli. Selon le Dr Carlos Beltran, "les jeunes Chiliens n'ont plus peur du sida. En fait, ils sont prêts à s'exposer volontairement au virus en ayant des rapports avec des personnes infectées".

Vivre avec le VIH

Carolina del Real, 37 ans, se consacre à la prévention depuis qu'elle a été diagnostiquée séropositive il y a sept ans. "Je vous en prie, faites le test" du sida, supplie cette blonde aux yeux verts en s'adressant à des jeunes. Elle a frôlé la mort, à cause des préjugés qui entourent le VIH au Chili: comme elle était issue d'un milieu plutôt privilégié, "personne n'a pensé" qu'elle devait faire le test du sida, explique-t-elle. "Et moi non plus. Je ne savais même pas comment ça s'appelait", confie-t-elle.

Touchée par une série d'infections, elle a alors fait le tour des médecins sans comprendre ce qui lui arrivait. Après être venue à bout d'une très sévère pneumonie, et une fois son diagnostic connu, elle a décidé de partager son récit. "Je suis sortie de la clinique en racontant ce qui m'était arrivé à mes amis, aux amis de mes amis. J'ai eu besoin de leur dire: s'il-vous-plaît, faites le test, ça peut vous arriver."

Comment vit-on avec le VIH au Chili? "Au jour le jour, ça se passe normalement (...) mais je me sens vulnérable", raconte Carolina, qui s'administre chaque soir les antirétroviraux fourni par le système de santé chilien, lequel prend en charge ce type de traitement. Mais elle continue de lutter au quotidien contre les préjugés: plus moyen de trouver un emploi stable, d'accéder à un crédit ou de contracter une assurance.

Que se passe-t-il si je meurs vieille et seule? Si à 37 ans une fièvre me terrasse, comment ce sera quand je serai âgée?", se demande-t-elle. "Je n'ai jamais imaginé que le VIH représenterait pour moi la possibilité de trouver davantage de sens à ma vie, de rendre le monde un peu meilleur", dit-elle. "J'ai transformé ma maladie en une opportunité. Mais (...) évidemment, j'aurais préféré ne pas attraper le VIH."

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Adoption
Le département de Seine-maritime soupçonné de discrimination envers les couples homosexuels
 

Le conseil départemental de Seine-maritime est soupçonné de discrimination envers les couples homosexuels dans l'attribution des adoptions d'enfants, après des propos d'une responsable de service sur France Bleu Normandie, "fermement" condamnés par le président UDI de la collectivité.
 
 
 
 
  
Marketing
Un visuel gay-friendly sur des bouteilles d'Evian fait bondir les anti-LGBT
 

Un dessin représentant un couple d’hommes se tenant par la main apposé sur les bouteilles d'Evian suscite de vives réactions homophobes sur les réseaux sociaux.
 
 
 
 
  
Grande-Bretagne
Premier mariage gay au sein de la famille royale d'Angleterre
 

Un cousin de la reine d'Angleterre va épouser son compagnon. Ce mariage de même sexe sera le premier au sein de la famille royale britannique.
 
 
 
 
  
Associations
GayLib se rallie au Mouvement radical
 

Après l'UMP et l'UDI, GayLib rejont les radicaux. 
 
 
 
 
  
Télé / C8
Le Conseil d'Etat confirme la sanction contre le canular homophobe de Cyril Hanouna
 

Le Conseil d'Etat a confirmé la sanction de 3 millions d'euros prononcée en juillet dernier après la canular homophobe diffusé dans une émission de Cyril Hanouna en mai 2017.
 
 
 
 
  
Ukraine
A Kiev, une gay pride sous haute protection face à l'extrême droite
 

La police ukrainienne a arrêté dimanche 56 militants d'extrême droite qui tentaient par la force d'empêcher le départ de la Gay Pride à Kiev, qui a rassemblé environ 5.000 personnes sous forte protection policière.
 
 
 
 
  
Reportage
Le dangereux exil des trans fuyant la violence du Honduras
 

La transgenre Roxana Hernandez fuyait le Honduras mais son exil s'est terminé de manière abrupte, quand elle est morte dans un centre de détention aux Etats-Unis. Malgré le danger, son amie Francis, lassée de la discrimination dans son pays, veut effectuer le même périple.
 
 
 
 
  
Fiertés LGBT
20.000 personnes défilent à la gay pride de Lyon
 

"Festive" et "pacifique", la 23e marche des fiertés LGBTI de Lyon a rassemblé samedi 20.000 personnes - selon la police et les organisateurs - qui ont transité sans incidents dans le "Vieux-Lyon", siège de groupuscules d'extrême droite, une première depuis 2010.
 
 
 
 
  
Terrorisme
Un projet d'attentat anti-gays déjoué, deux hommes arrêtés
 

Deux hommes de 21 et 22 ans, soupçonnés de préparer un attentat homophobe au nom de l'idéologie du groupe Etat islamique, ont été mis en examen mardi par un juge antiterroriste et écroués.
 
 
 
 
  
Ukraine
Des ONG s'inquiètent d'une hausse des violences homophobes
 

Plusieurs organisations internationales de défense des droits de l'Homme ont uni leurs voix jeudi pour dénoncer une "recrudescence" des violences en Ukraine, notamment racistes ou homophobes, de la part de groupes radicaux d'extrême droite, accusant les autorités de les encourager par leur inaction.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site