e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Une femme transgenre demande à être reconnue comme mère de sa fille - Genre / Parentalité  
Genre / Parentalité
Une femme transgenre demande à être reconnue comme mère de sa fille
 

La Cour de cassation dira ce mercredi 16 septembre si une femme transgenre, née homme, peut être reconnue comme mère de sa fille sans avoir à passer par l’adoption, une décision cruciale pour les enfants biologiques d’un parent transgenre.

 
 
 
 

En juin, l’avocate générale de la Cour de cassation s’était prononcée en faveur de cette reconnaissance.

Jusqu’ici, la justice a considéré que seule les mentions de "parent biologique" ou de père pouvaient lui être reconnues mais pas celle de mère.

Au coeur de ce dossier: la situation de Claire (prénom modifié), une femme transgenre de 51 ans, née homme et ayant eu un enfant après sa transition, qui se heurte à un vide juridique.

En 2011, Claire a officiellement été reconnue comme une femme sur son état civil. Après ce changement de genre, elle a eu une fille naturellement avec son épouse Sophie en 2014, car elle n’avait à l’époque pas encore été opérée et possédait encore ses organes reproducteurs masculins.

Depuis, elle réclame d’être reconnue comme la mère de sa fille, ce qui lui a toujours été refusé: en tant que géniteur, on lui proposait le statut de père, ou bien d’adopter sa propre fille en tant que seconde maman.

Fin 2018, la cour d’appel de Montpellier lui avait finalement accordé le statut de "parent biologique", dans un jugement inédit. Une catégorie qui "n’existe pas en droit français, c’est soit père, soit mère", a expliqué Me Mathieu Stoclet, l’avocat qui l’a défendue devant la Cour de cassation.

Dans son avis rendu en juin, l’avocate générale de la haute juridiction judiciaire soutenait le même raisonnement. "La désignation du parent dans l’acte de naissance de l’enfant (...) doit prendre en compte la réalité de l’état civil de chacun des parents", écrit-elle. Claire "étant d’un sexe féminin reconnu par jugement (...) elle doit figurer sur l’acte de naissance de sa fille en qualité de mère".

Mais l’avocate générale a suggéré aux juges d’apposer une mention supplémentaire sur l’acte de naissance, faisant référence à son changement de sexe. La défense de Claire s’y oppose, au nom du respect du droit à la vie privée.

> Mise à jour : La Cour de cassation n'a pas tranché dans cette affaire qui dure depuis 7 ans sur le fait de savoir si Claire, femme transgenre et parent biologique de sa fille, peut être reconnue comme mère, et non comme père ou comme parent adoptif.

Dans sa décision rendue mercredi, elle renvoie l’affaire devant la cour d’appel de Toulouse et préconise l’adoption de sa fille par Claire.

Face à ce scénario, l’avocate de la plaignante pense saisir la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH).

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <

"Depuis 2011, la République reconnaît qu’elle est une femme, la reconnaître comme mère, c’est une histoire de cohérence", pour Me Stoclet.

 


 
  
  L'Actu
 
 
  
Assassinat de Xavier Jugelé
10 ans de prison pour le principal accusé
 

La cour d’assises de Paris a condamné Nourredine Allam, 31 ans, pour avoir vendu à l’assaillant l’arme ayant servi à tirer sur le policier, en 2017.
 
 
 
 
  
Familles d'accueil homo
La Cour suprême des Etats-Unis accorde une victoire en demi-teinte aux milieux religieux
 

La Cour suprême des Etats-Unis a donné raison jeudi à un organisme catholique qui refusait de placer des enfants dans des familles d'accueil homosexuelles au nom de ses convictions religieuses.
 
 
 
 
  
USA / Lingerie
Victoria's Secret engage la footballeuse lesbienne Megan Rapinoe comme égérie
 

La marque américaine de lingerie Victoria's Secret a engagé la footballeuse lesbienne Megan Rapinoe comme égérie, signe de sa volonté de rompre avec un modèle de femme jugé caricatural, symbolisé par son fameux défilé annuel de mannequins.
 
 
 
 
  
Mémorial de la Shoah
Une exposition sur la persécution des homosexuels dans l'Europe nazie
 

Le Mémorial de la Shoah propose une exposition sur l'histoire des persécutions des homosexuels et lesbiennes en Allemagne et en Europe à l'époque du nazisme, et la lente reconnaissance de leurs discriminations après-guerre. 
 
 
 
 
  
Union européenne
Bruxelles examine la conformité de la loi hongroise sur la promotion de l'homosexualité au droit européen
 

La Commission européenne a indiqué mercredi qu'elle était en train d'"analyser" le texte adopté la veille en Hongrie interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs, dénoncé par Washington et des ONG comme une nouvelle atteinte aux droits des LGBT.
 
 
 
 
  
Europe
Le Conseil de l'Europe appelle les collectivités polonaises à protéger les personnes LGBTI
 

Le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, instance du Conseil de l'Europe représentant les collectivités locales, a exhorté jeudi les collectivités polonaises à protéger les droits des minorités sexuelles, et à abandonner les textes hostiles à leur encontre.
 
 
 
 
  
Justice
18 ans de prison requis dans le procès de l'assassinat de Xavier Jugelé
 

Le ministère public a requis mercredi à Paris une peine de 18 ans de prison à l'encontre du principal accusé dans le procès de l'assassinat du policier gay Xavier Jugelé, sur les Champs-Elysées en avril 2017, alors que ses avocats ont réclamé son acquittement.
 
 
 
 
  
Justice
La plainte pour viol sur mineur contre Jeremstar à Nîmes classée sans suite
 

La plainte pour "viol sur mineur" à l’encontre du chroniqueur de télévision et personnalité des réseaux sociaux Jeremstar a été classée sans suite, a confirmé, mercredi 16 juin dans la soirée, à l’Agence France-Presse le procureur de Nîmes, Eric Maurel.
 
 
 
 
  
Hongrie
Le parlement interdit la promotion de l'homosexualité auprès des mineurs
 

La Hongrie a adopté mardi un texte interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs, suscitant l'inquiétude des défenseurs des droits, alors que le gouvernement souverainiste de Viktor Orban multiplie les restrictions visant les LGBT.
 
 
 
 
  
Hongrie
Nombreuses réactions d'inquiétude après le passage d'une loi homophobe
 

Les réactions internationales se sont multipliées après l'adoption par le parlement hongrois d'un texte interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs. L'inquiétude des défenseurs des droits s'intensifie alors que le gouvernement populiste de Viktor Orban multiplie les restrictions visant la communauté LGBT.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site