e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Une femme transgenre demande à être reconnue comme mère de sa fille - Genre / Parentalité  
Genre / Parentalité
Une femme transgenre demande à être reconnue comme mère de sa fille
 

La Cour de cassation dira ce mercredi 16 septembre si une femme transgenre, née homme, peut être reconnue comme mère de sa fille sans avoir à passer par l’adoption, une décision cruciale pour les enfants biologiques d’un parent transgenre.

 
 
 
 

En juin, l’avocate générale de la Cour de cassation s’était prononcée en faveur de cette reconnaissance.

Jusqu’ici, la justice a considéré que seule les mentions de "parent biologique" ou de père pouvaient lui être reconnues mais pas celle de mère.

Au coeur de ce dossier: la situation de Claire (prénom modifié), une femme transgenre de 51 ans, née homme et ayant eu un enfant après sa transition, qui se heurte à un vide juridique.

En 2011, Claire a officiellement été reconnue comme une femme sur son état civil. Après ce changement de genre, elle a eu une fille naturellement avec son épouse Sophie en 2014, car elle n’avait à l’époque pas encore été opérée et possédait encore ses organes reproducteurs masculins.

Depuis, elle réclame d’être reconnue comme la mère de sa fille, ce qui lui a toujours été refusé: en tant que géniteur, on lui proposait le statut de père, ou bien d’adopter sa propre fille en tant que seconde maman.

Fin 2018, la cour d’appel de Montpellier lui avait finalement accordé le statut de "parent biologique", dans un jugement inédit. Une catégorie qui "n’existe pas en droit français, c’est soit père, soit mère", a expliqué Me Mathieu Stoclet, l’avocat qui l’a défendue devant la Cour de cassation.

Dans son avis rendu en juin, l’avocate générale de la haute juridiction judiciaire soutenait le même raisonnement. "La désignation du parent dans l’acte de naissance de l’enfant (...) doit prendre en compte la réalité de l’état civil de chacun des parents", écrit-elle. Claire "étant d’un sexe féminin reconnu par jugement (...) elle doit figurer sur l’acte de naissance de sa fille en qualité de mère".

Mais l’avocate générale a suggéré aux juges d’apposer une mention supplémentaire sur l’acte de naissance, faisant référence à son changement de sexe. La défense de Claire s’y oppose, au nom du respect du droit à la vie privée.

> Mise à jour : La Cour de cassation n'a pas tranché dans cette affaire qui dure depuis 7 ans sur le fait de savoir si Claire, femme transgenre et parent biologique de sa fille, peut être reconnue comme mère, et non comme père ou comme parent adoptif.

Dans sa décision rendue mercredi, elle renvoie l’affaire devant la cour d’appel de Toulouse et préconise l’adoption de sa fille par Claire.

Face à ce scénario, l’avocate de la plaignante pense saisir la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH).

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <

"Depuis 2011, la République reconnaît qu’elle est une femme, la reconnaître comme mère, c’est une histoire de cohérence", pour Me Stoclet.

 


 
  
  L'Actu
 
 
  
Discrimination
Japan Airlines adopte la neutralité de genre pour saluer ses passagers
 

Plus de "mesdames et messieurs" sur les vols Japan Airlines (JAL): la compagnie aérienne nippone a annoncé que ses annonces à bord des avions et dans les aéroports adopteraient dès le 1er octobre un langage neutre en genre.
 
 
 
 
  
Sortir du placard
Les lesbiennes gagnent en visibilité en France
 

Des chanteuses, des actrices, des intellectuelles, des militantes féministes: les lesbiennes, jusqu'à récemment peu visibles dans la société française, sortent de l'ombre, prêtes à endosser le rôle de modèles pour les jeunes générations.
 
 
 
 
  
Epidémie
Les ravages du nouveau coronavirus comparés à d'autres virus mortels
 

Le bilan de la pandémie de Covid-19 a franchi le seuil du million de morts, déjà bien au-dessus de ceux d'autres virus émergents récents, mais largement en deçà de celui de la terrible "grippe espagnole" il y a un siècle.
 
 
 
 
  
Diplomatie
Près de 50 pays appellent la Pologne à respecter les droits de la communauté LGBT
 

Les ambassadeurs d'une cinquantaine de pays accrédités en Pologne ont appelé dimanche, dans une lettre ouverte, les autorités polonaises à mieux faire respecter les droits de la communauté LGBT.
 
 
 
 
  
Covid-19 / Paris
Les bars de nuit gay impactés par la mesure de fermeture anticipée à 22 heures
 

Les bars devront fermer à 22h à Paris à partir de lundi. Cette mesure affecte les établissements gay de nuit qui réalisent leur activité après cet horaire. Certains ont déjà fermé dans le Marais notamment.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Le premier homme guéri du VIH est en phase terminale d'un cancer
 

Timothy Ray Brown, l'Américain initialement connu comme le "patient de Berlin" et qui devint en 2008 le premier homme à guérir du VIH, est en phase terminale d'un cancer, a annoncé son compagnon.
 
 
 
 
  
Paris
La mairie double ses subventions aux associations LGBT
 

La maire socialiste Anne Hidalgo augmente les dotations des associations LGBT et promet aussi de créer une Maison des cultures LGBT et un Centre d’archives, projet de de longue date.
 
 
 
 
  
Genre
J. K. Rowling à nouveau accusée de transphobie
 

J. K. Rowling est de nouveau accusée de transphobie. Mardi 22 septembre, l’auteure a posté sur Twitter l’image d’un tee-shirt portant l’inscription "Cette sorcière ne brûle pas", ajoutant un lien vers le site de la boutique où elle l’a acheté, Womyn by Womyn.
 
 
 
 
  
Disparition
Icône de la chanson française et alliée de la cause gay, Juliette Gréco est morte
 

Icône de la chanson française et alliée de la première heure de la cause homosexuelle, Juliette Gréco est morte mercredi à l'âge de 93 ans après plus de 60 années d'une carrière où elle a interprété les plus grands et affiché constamment son engagement féministe et anti-raciste.
 
 
 
 
  
Parentalité
Doublement en 2021 du congé paternité, y compris pour les lesbiennes
 

Réclamé de longue date, l'allongement du congé paternité prévu en 2021 est largement salué par les pères, les élus et les associations féministes, qui attendaient toutefois plus que les 28 jours dont 7 obligatoires annoncés par Emmanuel Macron.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site