e-llico.com mobile
 
  
  Santé / VIH
 
 
 Vaccins, antibiotiques ou antirétroviraux de plus en plus contestés - Paradoxe 
Paradoxe
Vaccins, antibiotiques ou antirétroviraux de plus en plus contestés
 

Vaccins, antibiotiques ou antirétroviraux: ces percées médicales ont permis de sauver des millions de vie durant le siècle écoulé mais, victimes de leur succès, sont aujourd'hui plus souvent contestées, écornées ou minimisées.

 
 
 
 

C'est un paradoxe: les avancées de la médecine moderne, en éloignant les maladies et les épidémies, rendent moins urgente aux yeux du public la nécessité des traitements.

"On est dans une dynamique régressive de défiance vis-à-vis de la médecine qui personnellement m'inquiète beaucoup et qui alimente l'appétence pour des médecines alternatives dont le concept simpliste est plus abordable" s'alarme le médecin, chercheur en microbiologie et professeur au Collège de France Philippe Sansonetti.

Retour sur trois avancées d'hier, aujourd'hui remises en question:

- Vaccinés contre les vaccins 

A la fin du 18e siècle, le médecin anglais, Edward Jenner, a l'idée d'inoculer la vaccine, une forme de variole bénigne pour l'homme, sur un enfant pour stimuler sa réaction immunitaire contre ce virus. La vaccination antivariolique est née.

Elle est rendue obligatoire en Angleterre dès 1853. Rapidement un front anti-vaccin s'organise et impose une "clause de conscience" qui permet aux récalcitrants britanniques d'échapper à l'obligation vaccinale. Grâce un effort global de vaccination, la variole est totalement éradiquée en 1980.

Les vaccins ont aussi permis de juguler poliomyélite, diphtérie, tétanos, rougeole... Pourtant les "antivax", ces adversaires résolus de la vaccination obligatoire, n'ont jamais été aussi visibles au nom de la dangerosité supposée des injections, de la lutte contre le "lobby pharmaceutique" ou de la liberté individuelle. "Le problème est que nous sommes victimes du succès de la vaccination. Comme on ne voit plus d'enfants mourir du tétanos ou de la rougeole, on perd la notion du risque", commentait en 2017 un expert de l'OMS Philippe Duclos dans le journal suisse Le Temps.

- Antibiotiques plus automatiques

Découverte par hasard en 1928 à Londres par le britannique Alexander Fleming, la pénicilline a révolutionné la médecine, permettant de soigner efficacement pour la première fois pneumonies, méningites ou syphilis. Les dizaines d'antibiotiques découverts depuis ont apportés 20 ans d'espérance de vie en plus à l'humanité, selon l'OMS.

Mais l'éclat de ces molécules s'est terni ces dernières années: utilisés à tort ou excessivement (y compris dans les élevages), les antibiotiques sont devenus moins efficaces pour certaines infections comme la tuberculose en raison de l'émergence de bactéries résistantes. Et les malades ont de plus en plus tendance à écourter leur traitement antibiotique dès que leurs symptômes disparaissent, ce qui selon les spécialistes est le meilleur moyen de favoriser la résistance des bactéries aux traitements.

- Tri dans les trithérapies

Lorsqu'au début des années 80 le sida apparaît sur l'écran radar de la médecine, la science s'avère totalement démunie: être infecté est alors synonyme d'arrêt de mort. Rock Hudson en 1985, Freddie Mercury en 1991, Rudolf Noureev en 1993: la liste des victimes célèbres s'allongent, le grand public prend conscience d'une épidémie qui explose.

En 1994, le sida devient première cause de décès pour les Américains de 25 à 44 ans. Un tournant s'opère au milieu de années 90 : de nouveaux médicaments antirétroviraux permettent des combinaisons efficaces contre le VIH. C'est la naissance des trithérapies.

Aujourd'hui l'épidémie n'a pas disparu mais le nombre de décès a diminué de 48% depuis le point culminant en 2005: les traitements permettent de museler très efficacement la maladie jusqu'à presque supprimer le risque de contaminer autrui. La "bonne observance" des traitements pris à vie est devenue un enjeu crucial car une prise irrégulière risque de faire apparaître des virus résistants.

Or des études américaines montrent que seuls 30% des patients respectent leurs prescriptions. En France, une étude du centre d'appel Sida Info Service répertoriait en 2010 3,6% d'usagers séropositifs en "arrêt de traitement" car parfois la "charge virale indétectable" chez le malade lui fait faussement croire que le virus est devenu "inoffensif".

(Avec AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
VIH
25e Sidaction du 5 au 7 avril pour ne pas oublier de donner
 

"N'oublions pas que le virus du sida est toujours là ! N'oublions pas de donner!" : 25 ans après le premier Sidaction, chaînes de télévision et radios lancent un nouvel appel aux dons lors d'un grand week-end de mobilisation du 5 au 7 avril.
 
 
 
 
  
Pédophilie dans l'Eglise
Les enfants cherchent spontanément la tendresse, selon l'abbé de la Morandais
 

L'abbé Alain de la Morandais, interrogé sur les scandales de pédophilie dans l'Eglise, a affirmé que les enfants cherchaient "spontanément la tendresse". Des propos qui ont choqué. 
 
 
 
 
  
Etats-Unis
80% des infections au VIH par des gens ignorant leur statut ou pas traités
 

Environ 80% des contaminations par le virus du sida aux Etats-Unis sont dues à des personnes ignorant qu'elles sont séropositives, ou des malades connaissant leur statut mais qui ne sont pas traités, selon une étude publiée lundi par les autorités sanitaires.
 
 
 
 
  
Estonie
Les minorités préoccupées par des discussions de coalition avec l'extrême droite
 

L'Estonie est au coeur des préoccupations des défenseurs de la démocartie et des minorités du fait d'une initiative sans précédent visant à inclure un parti d'extrême droite dans le prochain gouvernement de cet État balte.
 
 
 
 
  
Australie
Arnold Schwarzenegger félicite un champion culturiste gay pour son titre et son mariage
 

Rob Kearney, un bodybuilder et haltérophile gay, s’est marié avec son compagnon après être arrivé premier dans une compétition le week-end dernier. Il a été félicité par Arnold Schwarzenegger pour son exploit et son mariage.
 
 
 
 
  
Eglise catholique / Pédophilie
Le pape refuse la démission de Barbarin
 

Le diocèse de Lyon a annoncé que le Pape François a refusé la démission du cardinal Barbarin en  invoquant la "présomption d'innocence" alors que ce dernier a bel et bien été condmané ar la justice française. 
 
 
 
 
  
Homophobie
À Lyon, une bande de filles agresse un couple de femmes
 

Un couple de femmes qui se tenait la main a été agressé vendredi soir à Lyon par une bande de jeunes filles, dont l'une, arrêtée peu après les faits, a été mise en examen dimanche.
 
 
 
 
  
Gilets jaunes
La plaque commémorative dédiée au policier gay Xavier Jugelé vandalisée
 

La plaque commémorative dédiée à Xavier Jugelé, le policier gay tué lors d’une attaque djihadiste en avril 2017 sur les Champs-Elysées, a été vandalisée samedi dernier lors des débordements survenus à loccasion de la manifestation des gilets jaunes.
 
 
 
 
  
Eglise catholique / Pédophilie
Le cardinal Barbarin chez le pape pour présenter sa démission
 

Après sa condamnation à six mois de prison avec sursis, le cardinal Philippe Barbarin a présenté sa démission au pape François. Ce dernier pourrait se donner plusieurs semaines avant d'accepter ou non cette démission.
 
 
 
 
  
Homophobie
Trois jeunes en détention pour une tentative de meurtre homophobe à Drancy
 

Soupçonnés d'avoir attiré un homosexuel de 29 ans dans un guet-apens à Drancy (Seine-Saint-Denis) avant de le passer à tabac et de le poignarder, trois jeunes, dont deux mineurs, ont été mis en examen et placés en détention.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site