e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Zak, militant politique et LGBT algérien, poursuit ses combats en exil - Portrait  
Portrait
Zak, militant politique et LGBT algérien, poursuit ses combats en exil
 

"Ma religion, c'est l'activisme", sourit Zak Ostmane, contraint à l'exil en France après avoir milité pour la dépénalisation de l'homosexualité en Algérie et contre le régime d'Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, au pouvoir depuis 19 ans.

 
 
 
 

Né à Boufarik, à une trentaine de kilomètres d'Alger, dans une famille "progressiste", Zak, 38 ans, est le dernier d'une fratrie de sept enfants: "à la fois brebis galeuse et pourri gâté", ironise-t-il.

"Politisé dès le plus jeune âge" par une mère adorée qui l'emmène manifester contre le code de la famille "inique" de 1984, Zak se souvient des années 1980, comme d'une époque "où le rêve était encore permis en Algérie". Son adolescence est ensuite marquée par les "années de plomb", la montée de l'islamisme et les massacres de civils.

Au collège et au lycée, le jeune garçon ne cache pas son homosexualité et affronte moqueries et insultes. Dès cette période, il milite activement pour les droits des homosexuels sans jamais dissocier ce combat de la lutte pour les droits des femmes ou pour la démocratie.

"C'est un tout", dit Zak, qui n'a pas de mots assez durs pour Bouteflika qui selon lui a "sacrifié un pays et une génération". Le jeune homme ne passe pas son bac mais forge sa culture et son esprit critique grâce aux livres que sa mère lui offre, comme Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde.

"Toujours pour militer", il devient journaliste freelance, blogueur et auteur, en prenant symboliquement le nom de sa mère. "A mon avis, tu le sais très bien. Je suis homosexuel, j'aime les garçons", dit-il à sa mère à l'âge de 24 ans en tenant à faire un "coming-out" formel.

Ses parents non seulement ne le rejettent pas mais "recadrent" même l'un de ses frères devenu "homophobe et sexiste".

En Algérie, il constate, "révolté", que les homosexuels sont non seulement "considérés comme des criminels passibles de prison ferme" mais aussi "privés de toute protection" alors qu'ils sont "régulièrement la cible d'agressions, de viols ou de lynchages".

Continuer à militer

Lassé de "l'hypocrisie" entourant cette question "taboue", Zak publie en 2013 sur les réseaux sociaux un manifeste pour la dépénalisation de l'homosexualité en Algérie, relayé dans les médias algériens et étrangers. "J'ai pris des risques et aujourd'hui je le paie très cher", constate-t-il.

Pour Nicolas Noguier, président de l'association Le Refuge, basée à Montpellier et qui héberge de jeunes victimes d'homophobie, Zak a "éveillé les consciences" à travers ce texte et "force l'admiration par son courage".

"Cible de menaces de mort croissantes", Zak Ostmane s'engage pourtant dans le mouvement durement réprimé "Barakat !", ("Ca suffit!"), crée début 2014 contre un quatrième mandat du président Bouteflika. Doublement "dénigré", "menacé de mort", "filé", il part pour Marseille à la veille de la présidentielle 2014.

Revenir en Algérie, le pays qu'il "a dans le sang", serait selon les amis du militant "un suicide".

"En exil, c'est très important pour moi de continuer à militer", dit cet homme au visage à la fois chaleureux et volontaire. Zak dénonce notamment l'attitude "honteuse" de la France quand de jeunes homosexuels exilés vivent sous la menace d'une expulsion.

Venant régulièrement au Refuge pour partager son expérience, "il sait toujours trouver les mots justes", souligne Nicolas Noguier, précisant que l'association accueille notamment de jeunes migrants homosexuels "véritablement en danger dans leur pays".

Zak a rapidement obtenu le statut de réfugié. Il s'apprêtait à boucler son dossier de naturalisation lorsqu'en mars 2017, il a été séquestré, battu et violé par deux militaires dans une chambre d'hôtel de Marseille après avoir été drogué dans un bar.

Après ce traumatisme, le militant tente de se reconstruire à Montpellier. Mais, faute de logement pérenne dans cette ville réputée accueillante pour les homosexuels, il pourrait rapidement se retrouver à la rue.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Adoption
Le département de Seine-maritime soupçonné de discrimination envers les couples homosexuels
 

Le conseil départemental de Seine-maritime est soupçonné de discrimination envers les couples homosexuels dans l'attribution des adoptions d'enfants, après des propos d'une responsable de service sur France Bleu Normandie, "fermement" condamnés par le président UDI de la collectivité.
 
 
 
 
  
Marketing
Un visuel gay-friendly sur des bouteilles d'Evian fait bondir les anti-LGBT
 

Un dessin représentant un couple d’hommes se tenant par la main apposé sur les bouteilles d'Evian suscite de vives réactions homophobes sur les réseaux sociaux.
 
 
 
 
  
Grande-Bretagne
Premier mariage gay au sein de la famille royale d'Angleterre
 

Un cousin de la reine d'Angleterre va épouser son compagnon. Ce mariage de même sexe sera le premier au sein de la famille royale britannique.
 
 
 
 
  
Associations
GayLib se rallie au Mouvement radical
 

Après l'UMP et l'UDI, GayLib rejont les radicaux. 
 
 
 
 
  
Télé / C8
Le Conseil d'Etat confirme la sanction contre le canular homophobe de Cyril Hanouna
 

Le Conseil d'Etat a confirmé la sanction de 3 millions d'euros prononcée en juillet dernier après la canular homophobe diffusé dans une émission de Cyril Hanouna en mai 2017.
 
 
 
 
  
Ukraine
A Kiev, une gay pride sous haute protection face à l'extrême droite
 

La police ukrainienne a arrêté dimanche 56 militants d'extrême droite qui tentaient par la force d'empêcher le départ de la Gay Pride à Kiev, qui a rassemblé environ 5.000 personnes sous forte protection policière.
 
 
 
 
  
Reportage
Le dangereux exil des trans fuyant la violence du Honduras
 

La transgenre Roxana Hernandez fuyait le Honduras mais son exil s'est terminé de manière abrupte, quand elle est morte dans un centre de détention aux Etats-Unis. Malgré le danger, son amie Francis, lassée de la discrimination dans son pays, veut effectuer le même périple.
 
 
 
 
  
Fiertés LGBT
20.000 personnes défilent à la gay pride de Lyon
 

"Festive" et "pacifique", la 23e marche des fiertés LGBTI de Lyon a rassemblé samedi 20.000 personnes - selon la police et les organisateurs - qui ont transité sans incidents dans le "Vieux-Lyon", siège de groupuscules d'extrême droite, une première depuis 2010.
 
 
 
 
  
Terrorisme
Un projet d'attentat anti-gays déjoué, deux hommes arrêtés
 

Deux hommes de 21 et 22 ans, soupçonnés de préparer un attentat homophobe au nom de l'idéologie du groupe Etat islamique, ont été mis en examen mardi par un juge antiterroriste et écroués.
 
 
 
 
  
Ukraine
Des ONG s'inquiètent d'une hausse des violences homophobes
 

Plusieurs organisations internationales de défense des droits de l'Homme ont uni leurs voix jeudi pour dénoncer une "recrudescence" des violences en Ukraine, notamment racistes ou homophobes, de la part de groupes radicaux d'extrême droite, accusant les autorités de les encourager par leur inaction.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site