e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Zak, militant politique et LGBT algérien, poursuit ses combats en exil - Portrait  
Portrait
Zak, militant politique et LGBT algérien, poursuit ses combats en exil
 

"Ma religion, c'est l'activisme", sourit Zak Ostmane, contraint à l'exil en France après avoir milité pour la dépénalisation de l'homosexualité en Algérie et contre le régime d'Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, au pouvoir depuis 19 ans.

 
 
 
 

Né à Boufarik, à une trentaine de kilomètres d'Alger, dans une famille "progressiste", Zak, 38 ans, est le dernier d'une fratrie de sept enfants: "à la fois brebis galeuse et pourri gâté", ironise-t-il.

"Politisé dès le plus jeune âge" par une mère adorée qui l'emmène manifester contre le code de la famille "inique" de 1984, Zak se souvient des années 1980, comme d'une époque "où le rêve était encore permis en Algérie". Son adolescence est ensuite marquée par les "années de plomb", la montée de l'islamisme et les massacres de civils.

Au collège et au lycée, le jeune garçon ne cache pas son homosexualité et affronte moqueries et insultes. Dès cette période, il milite activement pour les droits des homosexuels sans jamais dissocier ce combat de la lutte pour les droits des femmes ou pour la démocratie.

"C'est un tout", dit Zak, qui n'a pas de mots assez durs pour Bouteflika qui selon lui a "sacrifié un pays et une génération". Le jeune homme ne passe pas son bac mais forge sa culture et son esprit critique grâce aux livres que sa mère lui offre, comme Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde.

"Toujours pour militer", il devient journaliste freelance, blogueur et auteur, en prenant symboliquement le nom de sa mère. "A mon avis, tu le sais très bien. Je suis homosexuel, j'aime les garçons", dit-il à sa mère à l'âge de 24 ans en tenant à faire un "coming-out" formel.

Ses parents non seulement ne le rejettent pas mais "recadrent" même l'un de ses frères devenu "homophobe et sexiste".

En Algérie, il constate, "révolté", que les homosexuels sont non seulement "considérés comme des criminels passibles de prison ferme" mais aussi "privés de toute protection" alors qu'ils sont "régulièrement la cible d'agressions, de viols ou de lynchages".

Continuer à militer

Lassé de "l'hypocrisie" entourant cette question "taboue", Zak publie en 2013 sur les réseaux sociaux un manifeste pour la dépénalisation de l'homosexualité en Algérie, relayé dans les médias algériens et étrangers. "J'ai pris des risques et aujourd'hui je le paie très cher", constate-t-il.

Pour Nicolas Noguier, président de l'association Le Refuge, basée à Montpellier et qui héberge de jeunes victimes d'homophobie, Zak a "éveillé les consciences" à travers ce texte et "force l'admiration par son courage".

"Cible de menaces de mort croissantes", Zak Ostmane s'engage pourtant dans le mouvement durement réprimé "Barakat !", ("Ca suffit!"), crée début 2014 contre un quatrième mandat du président Bouteflika. Doublement "dénigré", "menacé de mort", "filé", il part pour Marseille à la veille de la présidentielle 2014.

Revenir en Algérie, le pays qu'il "a dans le sang", serait selon les amis du militant "un suicide".

"En exil, c'est très important pour moi de continuer à militer", dit cet homme au visage à la fois chaleureux et volontaire. Zak dénonce notamment l'attitude "honteuse" de la France quand de jeunes homosexuels exilés vivent sous la menace d'une expulsion.

Venant régulièrement au Refuge pour partager son expérience, "il sait toujours trouver les mots justes", souligne Nicolas Noguier, précisant que l'association accueille notamment de jeunes migrants homosexuels "véritablement en danger dans leur pays".

Zak a rapidement obtenu le statut de réfugié. Il s'apprêtait à boucler son dossier de naturalisation lorsqu'en mars 2017, il a été séquestré, battu et violé par deux militaires dans une chambre d'hôtel de Marseille après avoir été drogué dans un bar.

Après ce traumatisme, le militant tente de se reconstruire à Montpellier. Mais, faute de logement pérenne dans cette ville réputée accueillante pour les homosexuels, il pourrait rapidement se retrouver à la rue.

(Source AFP)


 
  
  L'Actu
 
 
  
Irak
Destruction d'un bâtiment utilisé par l'Etat Islamique pour des exécutions d'homosexuels
 

Un des joyaux de l'architecture irakienne moderne que les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) avaient utilisé pour jeter dans le vide ceux qu'ils accusaient d'homosexualité a commencé à être démoli à Mossoul, où sa destruction ravive le débat sur la mémoire.
 
 
 
 
  
Rapport
La mission parlementaire favorable à l'ouverture de la PMA
 

La mission parlementaire sur la loi de bioéthique, dont le rôle est de préparer le débat législatif, préconise d'ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules et de la faire rembourser par la Sécu, dans son rapport publié mardi.
 
 
 
 
  
Fédération de Russie
Reprise de la purge anti-gays en Tchétchénie
 

La purge anti-gays se poursuit en Tchétchénie. Plusieurs personnes soupçonnées d'être homosexuelles auraient été arrêtées dernièrement. Plusieurs sources font même état de morts. 
 
 
 
 
  
Homophobie
Après une polémique, l'Opéra de Paris retire une invitation au danseur ukrainien Polounine
 

L'Opéra de Paris est revenu sur sa décision d'inviter l'Ukrainien Sergueï Polounine, "l'enfant terrible du ballet", à venir danser en février après des propss sexistes, homophobes et élogieux de Poutine qui ont provoqué une polémique sur les réseaux sociaux.
 
 
 
 
  
Allemagne
La première parlementaire transgenre prend ses fonctions en Bavière
 

La première parlementaire transgenre allemande, Tessa Ganserer (Verts), a appelé à une réforme du droit pour les transgenres et à un plan d'action national contre l'homophobie et la transphobie.
 
 
 
 
  
Mariage gay
La Lituanie doit accorder les permis de séjour aux conjoints homosexuels épousés à l'étranger
 

La Cour constitutionnelle lituanienne a décidé vendredi que la Lituanie devait accorder des permis de séjour aux conjoints étrangers de citoyens homosexuels, même si les unions de même sexe ne sont pas reconnues par la loi.
 
 
 
 
  
Internet
Le YouTuber Logan Paul crée la polémique en annonçant vouloir devenir gay pendant un mois
 

Logan Paul, un YouTubeur américain qui compte près de 19 millions d'abonnés, a déclenché une polémique après avoir déclaré dans un podcast vouloir se lancer le défi de "devenir gay pendant un mois".
 
 
 
 
  
VIH
Avec Jean Paul Gaultier, la mode se mobilise pour Sidaction
 

Le couturier Jean Paul Gaultier présidera le 24 janvier la 17e édition du Dîner de la Mode au profit de Sidaction qui réunira à Paris 500 personnalités et artistes, a annoncé lundi l'association de lutte contre le sida.
 
 
 
 
  
Démocratie
Les anti-mariage pour tous infiltrent le débat des gilets jaunes
 

Les opposants au mariage homosexuel profitent du mouvement des "gilets jaunes" pour tenter d'imposer leurs revendications dans le débat public tout en défendant de toute "récupération".
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Les parents de deux jeunes filles suicidées mettent en cause le harcèlement homophobe
 

Le harcèlement homophobe pourrait avoir contribué au suicide d'une fillette de 11 ans et de sa petite amie, selon le père d'une des fillettes.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site