e-llico.com mobile
 
  
  Culture / Médias
 
 
 Helio Oiticica, cocaïne, culture gay et marginalité - Expo à New York  
Expo à New York
Helio Oiticica, cocaïne, culture gay et marginalité
 

Ce n'est pas tous les jours qu'à Manhattan on peut marcher pieds nus en écoutant chanter les perroquets, ou s'allonger sur des matelas en se limant les ongles, entouré de dessins tracés avec des lignes de cocaïne.

 
 
 
 

Bienvenue dans le monde du Brésilien Helio Oiticica, l'un des artistes les plus originaux du 20e siècle, vedette d'une rétrospective du célèbre musée Whitney à partir de vendredi et jusqu'au 1er octobre. Oiticica (1937-1980), qui vécut près de 10 ans à New York dans les années 70, fut un inlassable précurseur jusqu'à sa mort à Rio de Janeiro, à 42 ans, des suites d'un accident vasculaire cérébral.

Après avoir débuté en dessinant des figures géométriques relativement classiques, il s'ouvre peu à peu à des oeuvres tri-dimensionnelles et crée des espaces, des ambiances qui stimulent les sens et plongent le spectateur dans une autre réalité en utilisant sons, toucher ou odorat.

Oiticica "vous incorpore en tant qu'individu dans l'oeuvre elle-même, et je crois que c'est cela que nous continuons à trouver si passionnant et si stimulant dans son travail", explique Donna De Salvo, une des commissaires de l'exposition.

"D'où l'intitulé de l'exposition: 'organiser le délire'. Car le délire, c'est l'endroit où l'on se perd: c'est un endroit de l'esprit, un endroit du corps, qui n'a pas de frontière, c'est quelque chose qui vous appartient. En tant qu'artiste, Oiticica vous invite à entrer, mais ce que vous en faîtes, c'est à vous. Cela dépend de vous", dit-elle.

Parmi les "invitations" de Oiticica: "Eden", une installation montée pour la première fois à Londres en 1969, un jardin de sable où on entre pieds nus, qui invite à la détente, à écouter de la musique, à lire, à observer le temps qui passe. Une installation illustrant la langue propre à Oiticica, qui n'a cessé d'inventer son propre langage: les pièces où l'on pénètre sont des "pénétrables", les matières organiques dans lesquelles on peut plonger la main des "météorites".

Oiticica, qui adorait écrire et théoriser sur ses oeuvres, décrivait "Eden" comme un espace de réflexion super-sensoriel, un espace "créoisif" ("crelazer" en portugais) - reflétant sa conviction que les loisirs sont essentiels à la créativité.

Autre installation visible au Whitney: la célèbre "Tropicalia", un des quatre portraits du Brésil, et de Rio en particulier, qu'Oiticica réalisera pendant sa carrière. L'oeuvre combine une série de clichés sur ce pays tropical - sable, gravier, perroquets, épais feuillages - avec d'autres aspects moins sympathiques de la vie du plus grand pays d'Amérique latine.

Dans l'un des "pénétrables", un téléviseur résonne à plein volume tandis que d'autres évoquent la précarité de la vie dans la "favela" de Mangueira. Un an plus tard, le célèbre musicien brésilien Caetano Veloso reprenait à son compte le mot "Tropicalia" en titre d'un album qui devait devenir un hymne contre la dictature militaire brésilienne (1964-1985) et donner naissance au mouvement artistique du même nom.

"Cosmococas", créés avec son ami Neville D'Almeida en 1973 et liés à l'utilisation artistique et récréative de la cocaïne, est un ensemble de petites pièces où sont projetés dessins, photos et compositions graphiques où certains traits (comme la moustache de Frank Zappa) sont tracés à la cocaïne, le tout sur fond de rock de Jimi Hendrix ou de rythmes nord-brésiliens.

Dans une des pièces, les visiteurs sont invités à s'allonger sur des matelas et des oreillers en se limant les ongles... Quand Oiticica vivait à New York, alors en pleine crise budgétaire, "il n'avait pas d'argent, la ville devenait un enfer", mais elle était aussi le théâtre d'une "fantastique culture gay" dont l'artiste brésilien faisait partie intégrante, explique l'autre commissaire de l'exposition, Elisabeth Sussman.

Oiticica, très sensible aux "communautés pauvres et marginales" après avoir visité des favelas et embrassé la culture de la samba qui les caractérise, "ne pensait pas que les musées étaient nécessairement l'endroit où ils voulaient voir ses oeuvres atterrir", "il ne s'intéressait pas au monde de l'art tel que nous le connaissons", dit Elisabeth Sussman.


 
  
  L'Actu
 
 
  
PMA, fin de vie et autres débats brûlants
Coup d'envoi des Etats généraux de la bioéthique
 

PMA pour toutes, fin de vie, génétique... Ces sujets brûlants vont être débattus dans les prochains mois à travers la France lors des Etats généraux de la bioéthique, lancés jeudi, en préambule à une nouvelle révision de la loi.
 
 
 
 
  
Etude
Les personnes LGBTI se sentent discriminées dans leurs parcours de soins
 

Plus de la moitié des personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bis, trans et intersexes) se sont déjà senties discriminées lors d'un parcours de soins, révèle une étude publiée mercredi.
 
 
 
 
  
Mariage gay
Au procès des violences contre des Femen, les dénégations des prévenus
 

Plusieurs hommes jugés à Paris pour des violences contre des membres du mouvement féministe Femen lors d'une manifestation de catholiques opposés au mariage homosexuel en 2012 ont nié mercredi les avoir commises, au premier jour de leur procès.
 
 
 
 
  
XV de France/Toulon
Le rugbyman Mathieu Bastareaud suspendu trois matches pour injure homophobe
 

Le centre international de Toulon Mathieu Bastareaud a été suspendu trois semaines, et manquera donc le match du XV de France face à l'Irlande, pour avoir qualifié un joueur de Trévise de "pédé", a annoncé mercredi l'organisateur de la Coupe d'Europe.
 
 
 
 
  
Vidéo sexuelle, prostitution
Le blogueur gay Jeremstar dans la tourmente
 

Le nom du blogueur gay Jeremstar est cité dans une histoire trouble de prostitution et une vidéo intime le montrant se mastrubant de lui a été diffusée en ligne. Résultat: C8 suspend sa collaboration à l'émission de Thierry Ardisson. 
 
 
 
 
  
Etats-Unis
La nouvelle Journée de la liberté religieuse de Donald Trump est une attaque supplémentaire contre les LGBT
 

Donald Trump a décrété une nouvelle "Journée de la liberté religieuse" aux Etats-Uis qui s'avère être dans les faits une initiative renfoçant la possible discrimination des peronnes LGBT dans les services ou le commerce.
 
 
 
 
  
Protection des données personnelles
Inquiétudes après le rachat de Grindr par une société chinoise
 

D'anciens responsables de services de renseignement ont fait part de leurs inquiétudes après le rachat de l'application de drague gay Grindr par une société chinoise.
 
 
 
 
  
Tunis
La différence est la bienvenue dans le premier festival queer en Tunisie
 

Douze films sont au programme du premier festival cinématographique queer en Tunisie, qui veut à travers l'art faire une place aux minorités sexuelles et défendre leurs droits, dans une société où l'homosexualité reste illégale et réprouvée.
 
 
 
 
  
Australie / USA
Vistaprint envoie des brochures religieuses sur le péché à un couple gay au lieu du programme de son mariage
 

Un couple gay poursuit Vistaprint après avoir reçu de tracts religieux sur le péché à la place de leurs programmes de mariage.
 
 
 
 
  
Cinéma
120 battements par minute récompensé par le Club Média Ciné
 

Le film de Robin Campillo "120 battements par minute" continue de collectionner les récompenses. Cette fois, c'est le Club Média Ciné qui lui a décerné son grand prix. 
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce