e-llico.com mobile
 
  
  Culture / Médias
 
 
 Helio Oiticica, cocaïne, culture gay et marginalité - Expo à New York  
Expo à New York
Helio Oiticica, cocaïne, culture gay et marginalité
 

Ce n'est pas tous les jours qu'à Manhattan on peut marcher pieds nus en écoutant chanter les perroquets, ou s'allonger sur des matelas en se limant les ongles, entouré de dessins tracés avec des lignes de cocaïne.

 
 
 
 

Bienvenue dans le monde du Brésilien Helio Oiticica, l'un des artistes les plus originaux du 20e siècle, vedette d'une rétrospective du célèbre musée Whitney à partir de vendredi et jusqu'au 1er octobre. Oiticica (1937-1980), qui vécut près de 10 ans à New York dans les années 70, fut un inlassable précurseur jusqu'à sa mort à Rio de Janeiro, à 42 ans, des suites d'un accident vasculaire cérébral.

Après avoir débuté en dessinant des figures géométriques relativement classiques, il s'ouvre peu à peu à des oeuvres tri-dimensionnelles et crée des espaces, des ambiances qui stimulent les sens et plongent le spectateur dans une autre réalité en utilisant sons, toucher ou odorat.

Oiticica "vous incorpore en tant qu'individu dans l'oeuvre elle-même, et je crois que c'est cela que nous continuons à trouver si passionnant et si stimulant dans son travail", explique Donna De Salvo, une des commissaires de l'exposition.

"D'où l'intitulé de l'exposition: 'organiser le délire'. Car le délire, c'est l'endroit où l'on se perd: c'est un endroit de l'esprit, un endroit du corps, qui n'a pas de frontière, c'est quelque chose qui vous appartient. En tant qu'artiste, Oiticica vous invite à entrer, mais ce que vous en faîtes, c'est à vous. Cela dépend de vous", dit-elle.

Parmi les "invitations" de Oiticica: "Eden", une installation montée pour la première fois à Londres en 1969, un jardin de sable où on entre pieds nus, qui invite à la détente, à écouter de la musique, à lire, à observer le temps qui passe. Une installation illustrant la langue propre à Oiticica, qui n'a cessé d'inventer son propre langage: les pièces où l'on pénètre sont des "pénétrables", les matières organiques dans lesquelles on peut plonger la main des "météorites".

Oiticica, qui adorait écrire et théoriser sur ses oeuvres, décrivait "Eden" comme un espace de réflexion super-sensoriel, un espace "créoisif" ("crelazer" en portugais) - reflétant sa conviction que les loisirs sont essentiels à la créativité.

Autre installation visible au Whitney: la célèbre "Tropicalia", un des quatre portraits du Brésil, et de Rio en particulier, qu'Oiticica réalisera pendant sa carrière. L'oeuvre combine une série de clichés sur ce pays tropical - sable, gravier, perroquets, épais feuillages - avec d'autres aspects moins sympathiques de la vie du plus grand pays d'Amérique latine.

Dans l'un des "pénétrables", un téléviseur résonne à plein volume tandis que d'autres évoquent la précarité de la vie dans la "favela" de Mangueira. Un an plus tard, le célèbre musicien brésilien Caetano Veloso reprenait à son compte le mot "Tropicalia" en titre d'un album qui devait devenir un hymne contre la dictature militaire brésilienne (1964-1985) et donner naissance au mouvement artistique du même nom.

"Cosmococas", créés avec son ami Neville D'Almeida en 1973 et liés à l'utilisation artistique et récréative de la cocaïne, est un ensemble de petites pièces où sont projetés dessins, photos et compositions graphiques où certains traits (comme la moustache de Frank Zappa) sont tracés à la cocaïne, le tout sur fond de rock de Jimi Hendrix ou de rythmes nord-brésiliens.

Dans une des pièces, les visiteurs sont invités à s'allonger sur des matelas et des oreillers en se limant les ongles... Quand Oiticica vivait à New York, alors en pleine crise budgétaire, "il n'avait pas d'argent, la ville devenait un enfer", mais elle était aussi le théâtre d'une "fantastique culture gay" dont l'artiste brésilien faisait partie intégrante, explique l'autre commissaire de l'exposition, Elisabeth Sussman.

Oiticica, très sensible aux "communautés pauvres et marginales" après avoir visité des favelas et embrassé la culture de la samba qui les caractérise, "ne pensait pas que les musées étaient nécessairement l'endroit où ils voulaient voir ses oeuvres atterrir", "il ne s'intéressait pas au monde de l'art tel que nous le connaissons", dit Elisabeth Sussman.


 
  
  L'Actu
 
 
  
Eglise catholique
Le pape François réaffirme l'interdiction de la prêtrise aux homosexuels
 

Le Pape a mis en garde les évêques italiens de ne pas accepter les candidats homosexuels au sacerdoce dans un réunion tenue à huis clos en début de semaine.
 
 
 
 
  
Paris
Vandalisme homophobe contre la plaque honorant les derniers condamnés à mort pour homosexualité
 

Les fleurs déposées sur la plaque qui honore la mémoire de Bruno Lenoir et Jean Diot, les deux derniers condamnés à mort pour homosexualité en France, ont été brûlées par un individu hostile aux homosexuels.
 
 
 
 
  
Kenya
L'interdiction de Rafiki est ridicule, affirme la Commission kényane du Film
 

L'interdiction dans son propre pays du film kényan Rafiki, qui raconte une romance entre deux femmes et a été présenté au dernier festival de Cannes, est "ridicule", a soutenu vendredi la Commission chargée de promouvoir l'industrie cinématographique kényane.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Sephora va lancer des cours de maquillage pour les personnes trans
 

La géant international du maquillage Sephora lancera bientôt des cours de make up pour les personnes trans dans 150 magasins aux Etats-Unis. Ils seront dispensés par le personnel trans de l'entreprise.
 
 
 
 
  
Médias
Les OUT d'or reviennent pour une seconde édition
 

Les OUT d’or reviennent les 18 et 19 juin 2018 pour une seconde édition. Ces prix récompensent la visibilité LGBT dans les médias.
 
 
 
 
  
Presse gay
Nouvelle tentative de relance pour Têtu avec de nouveaux actionnaires
 

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d'entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l'impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
 
 
 
 
  
International
Un drapeau LGBT sur l'ambassade britannique au Bélarus rend Minsk furieux
 

Le Bélarus a violemment critiqué le Royaume-Uni pour avoir levé un drapeau LGBT sur le territoire de son ambassade à Minsk à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, assurant que les relations homosexuelles sont une "supercherie".
 
 
 
 
  
Etude
Pas de discrimination significative selon l'orientation sexuelle dans la Fonction publique
 

Les candidats suggérant leur homosexualité ne font pas l'objet d'une discrimination à l'embauche "significative" dans la fonction publique même si des "différences de traitement" existent, selon les premiers résultats d'une étude présentés vendredi dernier.
 
 
 
 
  
Repères
4 questions autour de la PMA pour toutes
 

Cinq ans après les débats houleux autour du mariage pour tous, l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules est le thème le plus polémique des États généraux de la bioéthique.
 
 
 
 
  
Gouvernement
Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out
 

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site

  
 Annonce