e-llico.com mobile
 
  
  Culture / Médias
 
 
 Le vertige du départ en exil  - Théâtre  
Théâtre
Le vertige du départ en exil
 

A quel moment décide-t-on de quitter son pays ? De la répression politique à l'oppression homophobe, une pièce de théâtre met en scène ce "point de bascule", à la fois intime et universel, qui témoigne d'un exil bien souvent inéluctable.

 
 
 
 

Une comédienne s'installe devant un petit groupe de spectateurs. Elle tient une tablette, sur laquelle apparaît Mirshekari Hura, l'une des sept membres de l'Atelier des artistes en exil, auxquels des acteurs donnent une voix, à la Maison des métallos, qui accueille la représentation destinée aux professionnels du milieu, dans le cadre de la résidence d'artiste octroyée dans ce théâtre parisien en février.

Pour cette peintre iranienne de 35 ans, l'exil s'est imposé quand elle a réalisé à quel point il était "difficile d'être une femme artiste et de s'exprimer en Iran". Pendant un séjour à l'étranger avec son mari, les autorités trouvent lors d'une perquisition des textes satiriques "sur les mollahs" ou encore des nus, "qui auraient suffi à nous condamner à mort". Cela entérine la décision.

"Depuis que je suis en France, je me suis remise à peindre, je suis libre de penser. Une artiste a besoin de liberté", se félicite-t-elle. A l'origine de la pièce, intitulée "Je passe 4", la metteuse en scène Judith Depaule, qui dirige l'Atelier des artistes en exil, a posé la même question à ses nouvelles recrues: "Se souvenir du moment exact où ils ont décidé de partir. Quel a été ce fameux point de bascule ?"

Changer les regards

"Faire entendre ces récits, c'était la meilleure façon de faire comprendre aux personnes que l'exil, c'était pas une partie de plaisir. Partir, tout laisser derrière soi, parfois ne même pas avoir le temps de dire au revoir à ceux qu'on aime, c'est quelque chose de vraiment lourd", explique-t-elle à l'AFP. "L'idée, c'était de faire changer les regards. On voit le décalage entre leurs histoires (...) et ce pour quoi ils sont faits, l'art", juge Judith Depaule, qui assume une mise en scène minimaliste au service du récit, parfois vertigineux.

Les comédiens se déplacent devant l'assistance pour déclamer, chacun, sept fois la même histoire, simultanément. Celle d'une queer iranienne, d'un compositeur congolais, d'un vidéaste amateur guinéen... "C'est pour dire qu'il n'y a pas une histoire de la crise migratoire, c'est plein d'histoires. C'est comme si vous défiliez dans la rue et que vous entendiez toutes les pensées des personnes", reprend Judith Depaule. "Toutes ces personnes ont quelque chose à vous dire. Tout d'un coup, votre oreille en retient une." -

Un lien entre nos histoires

Celle de Dighya Mohammed Salem, par exemple. La chanteuse de 48 ans, originaire du territoire disputé du Sahara occidental, revendiqué par Rabat, a "toujours été une réfugiée". Sa terre natale, elle ne s'en souvient même pas: ses parents ont fui "la violence et la peur" quand elle était enfant, avant de grandir dans des camps de migrants en Algérie.

"Je suis entièrement une lettre artistique et politique. C'est une catastrophe au Sahara occidental, il faut en parler: 130 ans sous occupation espagnole, maintenant le Maroc depuis 47 ans. Et il ne se passe rien. J'ai passé toute ma vie sans me construire", jusqu'à l'exil en France il y a deux ans, raconte-t-elle à l'AFP, émue aux larmes d'être aujourd'hui l'objet d'une pièce de théâtre.

"Notre rôle, en tant qu'acteur, actrice, c'est de passer la parole, pas l'interpréter, pas la jouer, mais vraiment se faire messager de ces paroles d'exil", confie Zelie Gillet, 24 ans, qui a donné sa voix à la chanteuse Sahraouie. En entendant les autres récits, Dighya Mohammed Salem a "senti une solidarité" se dégager. "J'ai le sentiment d'avoir vécu la même chose, même si je crois que leurs vies sont plus dures que la mienne", affirme-t-elle, le visage encadré d'un voile bleu. "Il y a un lien entre nos histoires."

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Turquie
Le transfert en France de Fabien Azoulay examiné selon la procédure habituelle, selon l'ambassade
 

Le transfert vers la France de Fabien Azoulay, un homosexuel de confession juive, victime selon ses avocats de "violences aggravées" dans une prison turque, est examiné "au même niveau de priorité" que les demandes similaires concernant d'autres détenus, a indiqué jeudi l'ambassade de Turquie à Paris.
 
 
 
 
  
GPA à l'étranger
Nées d'une mère porteuse, les filles d'un couple gay bloquées en Afrique du Sud
 

Rien ne semble perturber les siestes et les biberons de Maya et Paula, un mois, dans cette paisible maison de Johannesburg. Pourtant, filles d'un couple gay de Namibie et nées d'une mère porteuse sud-africaine, la question de leur citoyenneté agite.
 
 
 
 
  
Europe
La Bulgarie sommée de fournir un document de voyage au bébé apatride de lesbiennes
 

La Bulgarie, qui refuse d'accorder la nationalité à la fillette apatride d'un couple lesbien, doit lui fournir un document faisant mention de ses deux parents pour lui permettre de voyager, a estimé jeudi l'avocate générale de la Cour de justice de l'UE.
 
 
 
 
  
Elections régionales
Tentative d'effacement des positions anti-mariage gay de Valérie Pécresse sur sa page Wikipédia
 

La proximité des élections régionales donnent lieu à quelques manoeuvres. Ainsi Des partisans de Valérie Pécresse ont tenté d'effacer ses prises de positions anciennes anti-mariage gay sur sa page Wikipédia.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
Un ancien candidat de la téléréalité The Bachelor révèle son homosexualité
 

Colton Underwood, ancien candidat de l'émission de téléréalité américaine "The Bachelor, où un célibataire se prête au jeu de la séduction avec un groupe de prétendantes en vue d'une hypothétique demande en mariage, a révélé mercredi être homosexuel.
 
 
 
 
  
Paris
L'Inter-LGBT demande l'abandon du projet de place dédiée à Claude Goasguen
 

L’Inter-LGBT s’insurge contre la décision de la mairie de Paris de dédier une place de la capitale à la mémoire de Claude Goasguen, ancien élu parisien notoirement homophobe. Elle demande l'abandon de ce projet à Anne Hidalgo au nom de la cohérence politique.
 
 
 
 
  
Cameroun
Au moins 24 arrestations ou abus sur des personnes soupçonnées d'homosexualité
 

Les forces de sécurité camerounaises ont arbitrairement arrêté, battu ou menacé au moins 24 personnes soupçonnées d'homosexualité ou pour non-conformité de genre, depuis février 2021, a indiqué mercredi Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué.
 
 
 
 
  
Diplomatie
Les droits des LGBT en Russie et Tchétchénie oubliés du futur sommet Biden-Poutine ?
 

L'annonce d'un sommet Poutine-Biden n'auguren rien de bon quant à la question des droits des personnes LGBT en Russie ou en Tchétchénie que le Kremlin n'entend pas inscrire au programme de la rencontre. 
 
 
 
 
  
Algérie / Hirak
Manifestation de soutien à des militants accusant la police du viol d'un mineur
 

Une manifestation du Hirak a apporté son soutien à quatre militants écroués après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo d'un mineur de 15 ans accusant des policiers d'"attouchements sexuels" après son arrestation lors d'une précédente marche de protestation à Alger.
 
 
 
 
  
Donnés personnelles
Le Conseil d'Etat remet partiellement en cause l'application GendNotes des gendarmes
 

Le Conseil d'Etat a partiellement remis en cause mardi le fichier controversé de la gendarmerie "GendNotes", en dénonçant les risques de dérive et de détournement des données collectées par cette application, mais a refusé d'annuler le décret autorisant sa création.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site